Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

La secrétaire d’État à l’Environnement à Aïn Témouchent

Par : M. Laradj

“Des journées et autres rencontres avec les services de sécurité et le secteur de la justice sont programmées par le secrétariat d’État de l’Environnement à l’image de la journée d’étude qui s’est déroulée durant le mois de Ramadhan avec le corps de la Police de l’urbanisme et de la protection de l’environnement (Pupe) relevant de la DGSN dans le but de le redynamiser.” C’est ce qu’a déclaré, jeudi, Dalila Boudjemaâ, secrétaire d’État auprès du ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de la Ville, à Aïn Témouchent où elle a effectué une visite de travail. 
En effet, lors d’une rencontre avec les représentants des associations pour la protection de l’environnement qui s’est déroulée à la Maison de l’environnement, la secrétaire d’État a révélé qu’“au début, on ne voulait pas faire de la répression car on a beaucoup plus misé sur l’éducation et la sensibilisation. Mais on a dit qu’il arriverait un moment où il faut passer aux mesures répressives parce que la loi-cadre sur l’environnement est très claire avec pollueur payeur comme principe fondamental qu’il faudra retenir même s’il faudra d’abord expliquer, sensibiliser et éduquer avant de sanctionner. Ce sera fait par étape et progressivement. Après la Pupe, d’autres rencontres sont programmées avec la gendarmerie et les magistrats”. Pour l’hôte de Aïn Témouchent, la politique nationale en matière de déchets est une gestion intégrée dont la première étape a consisté en la planification, la normalisation et la mise en place d’outils pour démarrer les premiers chantiers de l’environnement, et ce, à la faveur des schémas directeurs de gestion des déchets dont est doté l’ensemble des communes. À ce titre, elle indiquera que pas moins de 112 centres d’enfouissement technique (CET) sont prévus d’ici la fin de l’année 2014 contre 60 actuellement. Ce qui permettra d’éradiquer un grand nombre de décharges sauvages. Mme Boudjemaâ précisera que les déchets constituent un gisement de matières premières pour les jeunes qui veulent créer leur propre microentreprise pour faire de l’industrie de l’environnement. “L’État met en place différentes possibilités pour la création des postes d’emploi dans le secteur de l’environnement qui est une opportunité d’investissement et un facteur de croissance de l’économie algérienne.”
Pour elle, le déchet ne devrait pas être considéré comme une nuisance mais plutôt comme une matière première qui a de la valeur marchande. “Aujourd’hui, en Algérie, nous avons une production de 13,5 millions de tonnes de déchets dont plus de 65% sont recyclables’’, a-t-elle souligné. Une convention sera signée dans les tous prochains jours entre le secrétariat d’État à l’Environnement et le ministère de la Solidarité nationale et de la Famille pour le financement des projets portant sur la protection de l’environnement à travers les différents dispositifs de l’emploi des jeunes gérés par celui-ci à l’image de Blanche Algérie, TUP à HIMO, DAIP, etc. pour aider les jeunes à se lancer dans des projets de recyclage et de collecte des déchets.

À cette occasion, la secrétaire d’État a appelé les investisseurs potentiels à s’intéresser à ce créneau porteur qui génère de la valeur ajoutée. Elle a annoncé, en outre, le lancement d’une opération-pilote dans la commune de Dély-Ibrahim prévue mardi prochain avec comme objectif la création d’emplois dans le secteur de l’environnement.


M. L

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article