Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Ecolo Nouara

L'Expression - Le Quotidien
Par 

L'Office national de la météorologie a une drôle de manière de souhaiter un bon Ramadhan. Dès le premier jour (mercredi dernier) de ce mois sacré, un responsable de l'office a confié à l'APS (que tous les journaux ont repris) que ««L'Algérie ne connaîtra pas de vague de chaleur durant les mois de juillet et août, selon les prévisions saisonnières que nous avons établies. Toutefois, il pourrait y avoir un pic de chaleur de deux jours».

Pour savoir ce qu'il considère comme étant une «vague de chaleur», nous avons tendu l'oreille. Ce responsable a précisé, à l'APS, que les températures durant les mois de juillet et août seront de 30° à 31° pour les régions nord du pays, entre 36° et 37° pour les Hauts-Plateaux et près de 40° pour les régions du Sud. Si l'on comprend bien, jusqu'à 40°, ce n'est pas encore une «vague de chaleur».

Cela commence sûrement à partir de 41° et se poursuit à l'infini. Dans ces conditions, notre météo croit pouvoir faire des «prévisions saisonnières» sans se déjuger, au cas où cela ne se passe pas tout à fait comme prévu. D'ailleurs, «les deux jours de pic» ajoutés à la fin ne l'ont pas été pour rien. Il faut savoir que «pour établir les prévisions saisonnières (prévoir le climat moyen d'un, deux à trois mois), nous avons utilisé des indicateurs océanographiques, a précisé le même responsable de notre météo. Comme on le voit, toutes les précautions ont été prises.

Sauf que cette «sortie» météo pose des questions. D'abord, à quoi doit-elle servir? A nous rassurer? A nous faire espérer des mois de juillet et août cléments? Et si ces «prévisions saisonnières» (à long terme) connues des spécialistes pour être en phase expérimentale et aux résultats approximatifs, s'avéreraient inexactes? Dans les pays avancés, on ne s'en sert même pas pour planifier les vacances. La déception chez nos citoyens sera encore plus grande une fois que la météo leur promet de la «fraîcheur». De plus, ce type d'annonce risque de mettre en confiance des services sensibles comme ceux de Sonelgaz qui déploient de grands efforts contre les pics de consommation en été. Leur dire qu'il n'y aura pas de canicule, c'est les inciter à moins de vigilance. Que des dégâts, cette annonce.

Il y a le risque de désillusionner 38 millions d'Algériens et celui d'induire en erreur ceux qui nous évitent les délestages. Quelle autre «utilité»? On ne voit pas! Par contre, l'autre dégât et l'hypothèque ainsi lancée sur la crédibilité des informations de l'office de la météo. En décidant sa «sortie» de mercredi dernier, le responsable de l'office n'avait pas prévu tous ces effets. Il était concentré sur d'autres «prévisions».


30 à 31° pour les régions Nord avait-il prévu. Jeudi nous avons eu droit à 36° et hier à 35°. Quant aux 36° et 37° pour les Hauts-Plateaux et les 40° pour les régions Sud, c'est tout de même des «vagues de chaleur» et c'est toujours l'Algérie. Si l'office a voulu saisir l'occasion du Ramadhan pour se faire un peu de pub disons que c'est cher payé. Pour des «prévisionnistes», il y a comme un manque de vision globale. Même les «deux jours de pic» prennent l'air d'une «sortie» de secours. On peut être fort en climatologie mais pas du tout en communication. La réunion des deux, dans un sens ou l'autre, est plutôt rare. Restons sur des prévisions à cinq jours que la science permet aujourd'hui. Certains poussent jusqu'à 14 jours. Que nos prévisionnistes fassent des recherches sur des mois, c'est bien! Mais sans étalage public!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article