Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.11.12 | 10h00 Le groupe allemand Bosch vient d’annoncer son retrait du projet, quelques semaines à peine après celui du conglomérat Siemens.

Le gigantesque projet Desertec, destiné à alimenter l’Europe en énergie solaire à partir de l’Afrique du Nord, connaît un autre épisode contrariant pour ses initiateurs. Des défections en chaîne des entreprises allemandes qui en constituent le noyau financier et technologique sonnent depuis quelques semaines comme un mauvais présage. Le groupe industriel allemand Bosch vient en effet d’annoncer son retrait, à la fin de l’année, du projet quelques semaines à peine après celui du conglomérat allemand Siemens qui a prévu de liquider l’ensemble de ses activités liées au solaire. Ces retraits surviennent alors que l’Algérie, qui a signé un mémorandum d’entente en décembre 2011 avec l’entreprise allemande Desertec initiative (DII), ne semble pas, de toute façon, très pressée de conclure des accords concrets de production, malgré des déclarations d’intention favorables.

En cause la perspective de servir de territoire d’implantation de gigantesques installations importées en vue de produire et d’exporter de l’énergie solaire vers les pays européens sans véritable transfert technologique ni participation industrielle locale. Une lacune à maintes fois mise à l’avant et qui est à l’origine des longues hésitations qui ont précédé le feu vert donné par Bouteflika au projet. Les retraits annoncés et les raisons invoquées en liaison avec la crise en Europe ne sont pas faits pour encourager un élan de la part des décideurs algériens. «Nous avons décidé de ne pas prolonger notre participation à Desertec l’année prochaine (...) en raison d’une situation économique plus difficile», a déclaré une porte-parole du groupe Bosch après la décision de son retrait du projet.

Pour sa part, Desertec se veut rassurant. Tout en regrettant le retrait de Bosch et de Siemens, Desertec fait valoir que des discussions sont actuellement en cours avec plusieurs nouveaux partenaires potentiels, dont l’espagnol Elecnor, l’américain First Solar ou encore le chinois SGCC. Mauvais présage, plusieurs ministres annoncés présents à la troisième conférence annuelle de Desertec à Berlin ont finalement fait faux bond la semaine dernière, à quelques heures d’une table ronde, invoquant des «agendas chargés». «Le soutien du gouvernement allemand était jusqu’à présent verbal, mais il n’y a pas eu véritablement de soutien concret», rappelle à l’AFP Hans-Joseph Fell, député écologiste au Bundestag, en charge des questions énergétiques.

Par ailleurs, un accord d’intention sur un premier projet de raccordement électrique entre l’Union européenne et le Maroc bute toujours sur les réticences de l’Espagne qui n’a pas encore donné son feu vert. «Le projet Desertec est certainement un projet intéressant pour l’alimentation en électricité du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord. (...) Mais que des quantités significatives d’électricité solaire soient importées de la Méditerranée vers l’Allemagne est loin d’être certain», résume la fédération allemande de l’énergie solaire. Lancé à grand bruit en 2009, Desertec, qui regroupe 21 sociétés et 36 partenaires dans une quinzaine de pays, vise à créer d’ici 40 ans un vaste réseau d’installations éoliennes et solaires en Afrique du Nord, dont des installations solaires en Algérie et au Moyen-Orient, pour un investissement estimé à 400 milliards d’euros.

Zhor Hadjam
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article