Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

Le ministre de l’Agriculture a décidé de soutenir une vaste opération de développement de la culture de la pomme de terre à Aïn Salah. Cette région du Grand-Sud pourra profiter de l’expérience des agriculteurs de Aïn Defla.
Le savoir-faire des producteurs de pomme de terre de Aïn-Defla s’exporte. Après la région d’El Oued, ces agriculteurs devraient s’engager plus au sud, à In Salah. Les autorités locales offrent, en effet, des conditions exceptionnelles pour soutenir la culture de la pomme de terre. «Les responsables de la Direction de l’agriculture de la wilaya de Tamanrasset nous proposent d’investir dans un périmètre agricole de 6 000 ha situé dans la daïra de In Salah. L’objectif étant d’encourager un groupe de producteurs de pomme de terre de Aïn Defla à investir sur place. C’est une véritable opération de transfert de savoir-faire. Les autorités locales offrent de très bonnes conditions puisque l’eau et l’électricité sont disponibles sur place», a indiqué, lundi, Abdelkader Kettou, sous-directeur de la Direction des services agricoles (DSA) de la wilaya de Aïn-Defla. Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, qui était jeudi à Aïn Defla, a apporté son soutien à cette opération. Ainsi, Rachid Benaïssa a indiqué que l’Etat prendrait en charge le transport de 2000 quintaux de semences de pomme de terre et des quantités nécessaires d’engrais et de produits phytosanitaires. La contribution des pouvoirs publics concernera également l’organisation de cycle de formation en faveur des agriculteurs de In Salah. Notons que lors de sa sortie dans la wilaya de Aïn Defla, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural a eu l’occasion d’aborder plusieurs dossiers concernant son secteur. C’est notamment le cas des fermes pilotes qui ont été placées sous la tutelle d’une SGP. «Nous avons décidé de mettre toutes les fermes pilotes sous la coupe de la Société de gestion des participations développement agricole. Soixante-dix fermes pilotes sont concernées par cette décision. Cette SGP se charge uniquement de la coordination, il n’y aura pas d’intervention dans la gestion des fermes pilotes. Le but n’est pas de centraliser la prise de décision ou de diluer les responsabilités. Le rôle de la SGP sera d’accompagner, de contrôler et d’évaluer le développement. D’ailleurs, chaque ferme pilote sera soumise à un contrat de performance et fera l’objet d’une mise à niveau de ses capacités», a souligné Rachid Benaïssa.
T. H.

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/09/22/article.php?sid=106301&cid=2

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article