Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Développement durable en Algérie-Fondation « Djanatu Al Arif » : développer l’humain pour durer…" Par Karim Tedjani

rose-cmdd.JPG

Photo: Tedjani K. (Tous droits reservés)

"Développement durable" est une expression qui est devenue très à la mode dans le discours de nombreux acteurs de la société algérienne. Surtout  depuis qu’en 2003, ce concept fut officiellement inscrit dans la réglementation environnementale de notre pays.

Cependant, bien que j’aie toujours considéré le scepticisme comme un des plus  infructueux travers de mes compatriotes algériens, je ne peux m’empêcher de constater que la plupart   de ceux qui s’en réclame en Algérie  semblent aborder ce sujet avec une autre fâcheuse tendance endémique : privilégier la forme au fond, pourvu qu’elle soit un bon prétexte pour faire  bonne illusion afin  servir des intérêts purement personnels et économiques. Le développement durable ne doit pas être un placébo,  un générique  de la croissance continue si chère à  une « intelligentsia »  mondiale dont le  capitalisme aussi libéral que vorace et féroce risque de plonger l’Humanité dans le plus incurable abîme dont la dégradation de l’environnement mondial est un des symptômes les plus flagrants.

Le Cheikh Bentounes, leader spirituel de la Fondation « Djanatu al Arif », en créant à Mostaganem le Centre Méditerranéen du Développement Durable dans la ferme de sa zawiya,  a heureusement prouvé qu’il existe encore en Algérie des gens dotés d’une vraie vision quant au  développement de notre si beau pays: celui d’une humanité qui rayonne sur son environnement et non qui  s’acharne  à dégrader la Nature  à mesure que la sienne se détériore à cause de son avidité et de ses irresponsables  appétits stimulés par les puissants lobbies de l’industrie mondiale.

Développer ce n’est pas seulement construire des immeubles, doter  une nation de coûteuses infrastructures, exploiter les ressources naturelles que la Divine Providence a bien voulu la gratifier. C’est éduquer un peuple pour  le mener sur la voie de la Fraternité, de l’intérêt commun.  C’est lui donner les moyens culturels  d’accéder au statut de  vraie Société. Le développement n’est pas une formule que l’on doit utiliser à tort et à travers pour faire semblant de ne pas continuer à croire l’économie ne pourra jamais  pas redevenir  une activité qui doit veiller au bien-être de la majorité et non l’arme d’un « happy few » pour exploiter leurs prochain. Développer l’humain  pour durer voilà à mon sens la seule voie pertinente pour un  pays, comme le notre, dont la principale richesse est la jeunesse de sa population bien plus que l’obsolescente opulence de ses sous sols.  A quoi bon planter un arbre pour une génération suivante qui n’aura pas appris à en faire autant, de même que d’en assumer un entretien pérenne ?

Si le « Djanatu al Arif » est un haut lieu de l’innovation, du Savoir au service de la Communauté, si rien n’a été négligé pour en faire un espace  où  l’on cultive des hommes et des femmes capables de veiller à la pérennité de tout ce qui y aura été planté ou construit,  je suis humblement convaincu que c’est parce que s es membres  ont  conscience que si  le développement matériel est limité dans la durée par les frontières de notre planète , celui de  l’esprit  n’a d’autres limites que l’ignorance ainsi que la mauvaise volonté.  

Mon second séjour dans l’enceinte de ce centre a confirmé ma première impression : l’action  de cette fondation est durable, au sens le plus noble du terme.  Ici, la Nature Algérienne a trouvé un havre pour perdurer au présent  en accord avec son passé et surtout en regardant l’avenir avec une ambitieuse sérénité. Sensibiliser, former, aider les projets pertinents à voir le jour, sont autant  d’actions  dans lesquelles cette fondation s’applique afin de développer l’humain pour qu’il soit en harmonie avec son environnement*.

Bien entendu, le but de cet article n’est pas d’être dénudé d’objectivité ; lors de mes nombreux entretiens avec certains membres de cette fondation nous avons souvent échangés des avis différents sur la manière la plus rationnelle de procéder ; mais ils furent rarement contraires et mes idées ont toujours trouvé une oreille attentive de la part des bénévoles de « Djanatu al Arif ». A chacune  de mes visites, j’ai pu accéder aux moindres recoins de du C.M.D.D et à toutes mes questions, des réponses claires et censée ont été apportées. C’est  d’ailleurs essentiellement pour cela que je n’aurais de cesse de venir me ressourcer dans cet Eden d’émulation et de soutenir cette fondation qui m’a toujours accueillie à bras ouvert.

Karim Tedjani pour Nouara, le portail de la Nature et de l’écologie Algérienne.

 *Voir  mon article précédent sur le sujet.

Consulter le nouvel album photo

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article