Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

Le marché des plantes fait recette...

Publié le 30 septembre 2012

 

Même si l’on n’est pas encore au stade où, à la moindre occasion, on offre le bouquet de fleurs de circonstance, il reste qu’à Oran, le marché des fleurs et des plantes ornementales est en pleine expansion. Selon les professionnels, la demande est tirée, depuis quelques années, vers le haut. Faisant dans la culture des plantes, des fleurs, de gazon, d’arbustes et autres palmiers, les pépiniéristes, fleuristes, jardiniers, paysagistes, potiers et décorateurs floraux contribuent à enraciner la culture florale chez les citoyens. Ce n’est pas encore l’idéal mais c’est toujours ça de gagné pour les environnementalistes. Cette évolution des mentalités se vérifie par le nombre de plus en plus important de pépinières qui trouvent leur place dans un marché oranais en pleine effervescence. Pour ne pas être en reste, les Oranais se mettent, de plus en plus, à orner leurs balcons ou leurs commerces avec des pots de fleurs et des plantes. Malheureusement, et même si elle a sa petite clientèle — chambres des grands hôtels, tables de restaurants ou cérémonies de mariage —, la fleur dite coupée qui sert à confectionner les bouquets n’est pas encore entrée dans les habitudes des Algériens. La culture du bouquet de fleurs, qui n’arrive pas à disputer sa place à la tarte conventionnelle, n’est toujours pas ancrée dans les mœurs de la société algérienne, constatent les professionnels. Contrairement à la fleur ou à la plante de pot qui offre l’avantage de durer plus longtemps quand elle est bien entretenue.

A. Abbas

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article