Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

Domespace introduit son concept de maison écologique au Maroc, après l’Europe, Taiwan, les USA et l’Algérie.

Au départ en France, en 1988, le projet était ambitieux. Il s’agissait de construire la maison la plus respectueuse et la plus saine possible pour l’homme et la nature. Pour cela, il a fallu allier forme sphérique de la maison, composée à 95% de bois replanté, à une isolation de 30 cm en moyenne et surtout à un système de rotation régulant la température intérieure.

Pari réussi d’après le bilan thermique obtenu: selon Marchand, la construction d’une maison classique en béton est 5 fois plus vorace en énergie et la consommation domestique est 25% plus élevée que celle d’un domespace. Toujours dans un souci éthique, zéro importation, les matériaux proviennent en effet du pays où la maison est construite. Exception faite du Maroc qui doit préserver ses forêts et par conséquent le bois sera importé du Cameroun.

Au Maroc, c’est dans ce dernier secteur que l’entreprise estime avoir le plus de potentiel à exploiter. Cependant, l’objectif à terme serait d’arriver à la naissance de villages écologiques comme en France. À environ 12.500 DH le m² , terrain non inclus (je trouve un petit peu cher), reste à savoir si entrepreneurs et particuliers seront prêts à adopter un produit typiquement adapté au marché européen et délaisser le patrimoine qui est le leur.

En effet, le Maroc, comme l’Amérique latine, l’Andalousie ou le Pakistan, est détenteur d’une technique de construction ancestrale basée sur le pisé et qualifiée d’écologique. Ce mélange de sable, d’argile et d’eau a permis, une fois compressé, d’élever sans le soutien d’autres matériaux les ksars et les kasbahs qui surplombent les vallées du Dadès et du Draâ. Un principe simple sur le papier mais qui, à cause d’un grand besoin de main-d’œuvre et d’un savoir-faire qui tend à disparaître, a conduit à une marginalisation des constructions en pisé.

L’on assiste cependant à un retour du matériau dans les plans des architectes. Fort de ses qualités écologiques, il s’inscrit dans l’air du temps. En plus, les constructions en pisé sont à 100% dégradables. Comment peut-on faire mieux? demande un architecte. En effet, aucune pollution due au traitement de la terre crue ni à la construction. De plus, les murs stockent naturellement la chaleur pour la restituer quand elle vient à manquer et l’humidité en surplus suit le même processus. Des caractéristiques idéales pour les climats marocains.

Cependant, seule une poignée de constructeurs exploitent pleinement les propriétés du pisé, contournant ainsi un code de l’urbanisme qui oblige à renforcer les constructions à l’aide d’autres matériaux comme le béton par peur des risques sismiques.

En effet, contrairement au béton qui a une norme universelle, la terre diffère selon les régions et doit donc être l’objet d’études faites au cas par cas. Un effort d’investissement qui permettra à terme de rendre les prix des maisons plus qu’intéressants. Un rapport simple: une maison en pisé est 3 à 4 fois moins onéreuse qu’une maison standard en ciment. La terre crue étant un des matériaux les moins chers, l’essentiel du coût est absorbé par la main-d’œuvre.
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Les maisons écologiques nouvelles tendances arrivent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article