Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Du contrat social au pacte environnemental . Petit manifeste d’écologie algérienne (#2: Un nouveau contrat social, la racine du vrai changement) Par Karim Tedjani

 

Introduction générale 

 

Il y a, de nos jours,  beaucoup trop de gens qui  pensent encore  qu'au 21ème siècle,  se soucier de   l’environnement n’est pas une priorité pour les  pays en voie de développement. A mon très humble avis, ils ne réalisent sûrement  pas, ou bien, pire encore, ne veulent pas admettre, à quel point  ce domaine est la clef qui pourrait faire de ces jeunes nations des  « puissances écologiques » très influentes.

Dans un contexte de croissance économique et industriel sans précédent lors du siècle dernier, les pays développés  ont imposé leur règne sans partage sur l’économie et la politique  mondiale. A présent,  face à une crise écologique et économie globale, leurs tentatives de proposer des sociétés indépendantes et novatrices vis-à-vis d'un  développement capitaliste  écocidaire tardent à faire des émules, et cela encore plus parmi les pays en voie de dévellopement comme le notre

Les pays en voie de développement ont une faible empreinte écologique, pour la plupart, et disposent  de grandes réserves en  biodiversité sauvage   ainsi qu'en ressources naturelles . Souvent, ces richesses sont  peu ou  mal exploitées  dans l'intérêt seul  de la collectivité nationale. Les ressources humaines sont rarement mises en valeur  dans ces pays , au point  d'être  incapables d’en assurer tous seuls l’exploitation rationnelle. Ils deviennent donc dépendants à nouveau de leurs anciens maîtres,  qui , eux, s’affichent  à présent comme  les maîtres de l’eau, de la qualité de l’air, de l’énergie renouvelable, du dessalement des eaux de mer  alors que ( c’est une  intime conviction qui n’engage que moi) la Nature n’a qu’un seul Maître et ce n’est pas l’Homme.

A vrai dire, le principal champ d’action où l’Homme est le plus  libre de s’exprimer, d’influer, c’est la Culture, les mentalités, la nature des sociétés. Voilà pourquoi la pollution est une conséquence avant d’être une cause. C’est la pollution   des esprits  dans  notre environnement social  qui est  la cause principale  de la dégradation de notre environnement physique. Tout pacte environnemental doit donc prendre sa source dans la recherche d’un contrat social plus adapté aux enjeux écologiques  de ce nouveau millénaire.

L’Algérie, en tant que leader africain et  jeune nation au rayonnement mondial, ne serait-ce que par le nombre impressionnant d’Algériens qui résident  au  quatre coins du Monde, doit comprendre qu’elle dispose de quasiment toutes les cartes pour relever ce défi . Sauf d'une qui est, cependant,  la plus maîtresse :un contrat social soutenable pour les Algériens et leur environnement.

 

 

 

Un contrat social sincère,  la  racine d’un vrai  changement…

Qui ne rêve pas de changement en Algérie ?  Dans un pays où la jeunesse occupe une place dans la démographie nationale à la mesure de la faible influence qu’on lui a donné dans la société, il parait évident que de profondes mutations socio économiques, mais également environnementales, nécessaires  au développement vertueux de cette jeune nation, ne pourront s’effectuer sans cette dernière catégorie sociale. Certains même  s’activent déjà  à instaurer, ou bien encore  tentent de définir,  cette mutation dans un système algérien où, pour l’instant,  la notion même de changement est perçue comme  pernicieuse et  subversive   par les vieux pontes  récurents  d’un  pouvoir dont la légitimité est de plus en plus contesté  par la société civile dans son ensemble.

 A vrai dire cette tendance n’est pas seulement  à incomber à la jeune société algérienne, elle s’avère  être  globale. Certes les exemples les plus flagrants de cette velléité de changement à travers le monde,  d’autant qu’ils se sont déroulés aux portes de notre pays, sont  les récents « printemps arabes ». Mais,  doit-on rappeler que, c'est  le slogan « Le changement,c’est maintenant »  qui a fait élire le dernier président Français, une des nation qui compte parmi  les plus influentes de la planète; que ce pays est en train de vivre une des plus profondes transformation de sa société : « le mariage pour tous ». Tandis  qu’une part grandissante de l’opposition milite pour une VIème République, c’est-à-dire un nouveau contrat social.

Revenons, si j’osais le dire, à nos moutons, pour à présent s’interroger sur les moyens dont dispose la société algérienne pour véritablement influer sur un changement en profondeur de son système de gouvernance.   

Sans une  société cohérente qui ne favorise pas l’émulation entre la société civile et la sphère politique,  toute  ambition de Changement ne peut-être que  de nature cosmétique.  Faut-il rappeler que dans  la récente affaire du gaz de schiste à laquelle la plupart des citoyens algériens vraiment au courant des impacts catastrophiques de ce type  d’exploitation  se sont opposés  avec virulence. Le débat national dont l’état Algérien se targue hors de nos frontières s’est déroulé sans leur présence et ce projet a été voté   en haut lieu avec une majorité presque absolue.  

Combien d’Algériens sont-ils vraiment au courant? Je parcours régulièrement le pays et j’ai pu constater que malheureusement le citoyen lambda est complètement ignorant des enjeux en cours,  qu’il ne sait  souvent même pas ce qu’est le gaz de schiste.  Comment alors débattre pour le Changement quand, à vrai dire,  le gouvernement débat seul, les  intellectuels indépendants sont mis à l’écart  de toute influence sur les décisions nationales   et  que le « peuple »  ne semble   avoir  l’envie où  les moyens  de participer à d’autres questionnements que ceux qui  concernent  pas son quotidien  ?

 

Doit-on également insister sur le fait que les principaux changements dont a été victime la société Algérienne naissante, sont le fruit de décisions émanant exclusivement de la sphère  du pouvoir et que ces derniers, pour beaucoup d'Algériens  n’ont pas été  suffisament à la mesure des formidables espérances  à travers le monde que l’Algérie avait suscité au lendemain de son indépendance ?

Le but d’un contrat social, titre notamment d’un célèbre essai sur le sujet  écrit par Jean Jacques Rousseau (philosophe français  du 18ème siècle), doit être plus qu'un outil de conciliation ou de réconciliation  nationale. Ce doit être, à mon humble avis, un accélarateur  de cohésion sociale. Celle qui aura raison des principaux  antagonismes qui dispersent la population algérienne et l’éloigne de son véritable destin. Cette réconciliation entre les politiques, l’Armée  et le « Peuple » qu’il faudrait plutôt appeler « la Jeunesse » puisqu’elle représente soixante dix pour cent de la démographie algérienne, ne peut être que la principale garante d’un système algérien soutenable pour la population et  il en va de même pour son son environnement.

Cette cohésion doit s’effectuer autour d’un radical commun : l’intérêt public. Elle doit faire du bien public le  bien de tous et de toutes, c’est-à-dire un  patrimoine dont chacun des Algériens aurait  d'ailleurs la responsabilité avant le droit de jouissance. Sans la conscience d’un intérêt commun, il ne peut y avoir de confiance entre les citoyens. Or, la peur de l’autre est le pire ennemi de la démocratie et de la paix sociale. 

C’est parce que les intérêts des Algériens divergent, en fonction de leur statut dans le système actuel, que la cohésion sociale qui doit faire du peuple Algérien une société Algérienne n’est pas envisageable pour le moment. L'intérêt personnel de nombre de citoyen n'est pas en résonnance avec celui de la communauté. La corruption systémique qui a gangrené l’Algérie  est le symptôme le plus incontestable qu’il n’y a pas d’intérêt commun entre ceux qui ont la responsabilité de ce pays et le reste de la population. 

C’est d’ailleurs la corruption des esprits qu’il faudrait accuser avec encore plus de virulence, car c’est elle qui a permis celle de toute chose en Algérie. Les Algériens sont en train de devenir à l’image du reste des sociétés de consommation, ils privilégient la satisfaction instantanée de leur pulsions ainsi que la rivalité comme moteurs  de progression sociale.Cela au point d’être même en compétition avec leur environnement.

Pourtant, la nature Algérienne,celle dont mes grands parents m'ont parlé,  c'est à la base, la pondération, la solidarité, la curiosité et l'ouverture sur le reste du monde, le respect de la communauté. Si la nature en Algérie souffre, c’est justement parce que la nature des Algériens a été corrompue et qu’ils ne voient plus cette dernière comme un bien commun, un patrimoine national. Si la majorité des Algériens se souciaient de leur environnement comme de leur équipe nationale de football, alors peut-être que les choses avanceraient plus vite dans ce domaine…

Si les rues sont sales, c’est parce que la place publique a été enlevée aux citoyens qui ne la considèrent plus comme un bien commun, mais comme l’incarnation d’un pouvoir qu’ils ont de plus en plus de mal à considérer comme garant de l’intérêt public. Le pire, c’est que la plupart du temps , on lui a enlevé quelque chose que l'Etat  a  laissé en pâture à toutes les incivismes et les conflits d’intérêts entre le secteur public et privé.  Les principaux bénéficiaires de ce défaut de radical commun sont les entreprises étrangères qui s’enrichissent de nos pauvretés en "savoir -s'entendre"  et donc en savoir-faires.

Si la santé publique est en péril, c’est aussi à cause du fait que l’intérêt économique s’est substitué dans l’esprit de beaucoup d’Algériens, au point qu’ils ne la considèrent plus comme un des piliers de la souveraineté nationale. Que peut-être l’avenir d’un pays où des maladies que  la plupart des sociétés modernes ont éradiqué , ont  été  un jour capables de refaire surface chez nous; souvent à cause d’un manque de coordination entre la société civile et la sphère politique. Un peuple malade peut-il être autonome ?

C’est donc l’intérêt public, le bien commun qui doivent reprendre leur place dans le nouveau contrat social qui doit être instauré en Algérie. Un contrat social écrit, mais aussi, et surtout moral entre tous les Algériens.Car  l’Histoire des hommes est jonché  de Constitutions bafouées par des réseaux  d’influences minoritaires  dont les intérêts divergent de ceux de la population et qui ont pourtant les manettes des pays qu’ils « colonisent » socialement  avec machiavélisme.

Le but de ce modeste billet n’est pas de théoriser sur la création de ce contrat social car il ne pourra être instauré sans un débat national où, militaires, politiques et société civile s ’accorderont  sur le fait que le système algérien  actuel n’est pas assez efficace pour faire de l’intérêt commun (à tous les algériens) un  véritable intérêt national .

Si je me suis permis de partager avec vous  ces quelques réflexions, c’est avant tout parce que je demeure persuadé que la crise écologique qui sévit en Algérie ne pourra être résorbée sans une gestion de la crise Algérienne dans sa globalité. Les bonnes idées doivent être portées par un système capable de les identifier, non pour les corrompre, mais bien pour qu'elle s'épanouissent au sein de la société. Il en va de même pour l'environnement. Aucune loi, aucun discours ou programme ne pourra vraiment faire avancer les choses, si la société algérienne, dans son ensemble et ses fonctionnements, n'en est pas sincèrement convaincue. Voilà pourquoi, à mon humble avis, un  bon pacte  environnemental n'est possible que s'il a pour racine un contrat social capable de le mettre en place. 

Karim Tedjani

(A suivre)

Lire également : 

 "Du contrat social au pacte environnemental (petit manifeste d’écologie algérienne)- #1

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article