Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara



10 milliards de dollars ; c’est le « chiffre d’affaires » global annuel de la pêche illicite à l’échelle mondiale. C’est du moins l’une des conclusions majeures d’un récent rapport du Fonds mondial pour la nature (WWF). Tiré par la demande croissante des pays riches, ce braconnage mondialisé est en pleine expansion. Près de 30% des produits de la mer extraits des océans ne figurent dans aucune déclaration de capture selon la FAO.

Certes, ce fléau n’épargne aucune zone du globe. Mais, il touche particulièrement le continent africain qui ne dispose pas des moyens techniques et financiers pour contrôler efficacement ses vastes espaces maritimes. Le manque à gagner, qui découle du raclage des fonds marins africains par des navires étrangers, est estimé à deux milliards de dollars par an. Le chiffre en dit long sur la décision de l’Union africaine et la FAO de prendre le problème à bras le corps.

Bateaux fantômes et sociétés écrans. La pêche illicite dans les eaux africaines comporte de multiples facettes. Elles va de l’infraction à la réglementation (pêche en dehors de la saison ou de la zone autorisée, dépassement de quotas, utilisation de techniques de pêche destructrices) au pillage pur et dur pratiqué par des navires sans licence.

Le butin est souvent transbordé sur des navires frigorifiques, mélangé à des prises légales puis débarquées et vendues dans des ports légaux comme Las Palmas (Iles Canaries) ou suva (Iles Fidji). L’identification des navires hors-la-loi est d’autant plus difficile que les pêcheurs pirates parcourent les mers souvent sous pavillon des pays peu regardants quand à leurs activités. Pire encore, les navires peuvent changer facilement de pavillon et de nom plusieurs fois par saison pour embrouiller les autorités de surveillance. L’opacité de cette pratique, connue sous le nom de « la valse des pavillons », est complétée par le fait que les propriétaires de bateaux fantômes se dissimulent généralement derrière des sociétés écrans, domiciliées dans des paradis fiscaux.

Poissons volés ou l’avenir des pêcheurs africains compromis. Les navires hors-la-loi ciblent essentiellement des espèces à forte valeur ajoutée (thon rouge, légine australe, crevettes, homards…) et emploient des techniques particulièrement destructrices, comme le chalutage de fond, la pêche à l’explosif et le rejet massif en mer de poissons jugés nom rentable. De ce fait, la pêche pirate prive les pêcheurs locaux de leurs ressources et empêche le développement de filières d’exportation.

L’UA et la FAO resserrent les filets. Pour tenter de contrer les phénomène, l’Union africaine (UA) a adopté, lors d’une réunion tenue du 06 au 07 avril derniers, une «stratégie maritime africaine intégrée» qui vise la protection des côtes africaines contre la pêche illicite, les actes de piraterie et les trafics en tous genres (rejet de produits toxiques, trafic de drogue, émigration clandestine).

Cette stratégie préconise une mutualisation des opérations de surveillance des côtes ainsi que la création d’une base de données sur toute la flotte présente dans les eaux africaines.

De son côté, la FAO a adopté en date du 25 novembre 2009 à Rome un nouveau traité qui interdit l’accès aux ports des navires versés dans la pêche illégale.

Cet accord, qui entrera en vigueur une fois qu’il aura été ratifié par 25 Etats, prévoit notamment l’instauration d’autorisations préalables d’accès aux ports ainsi que des inspections régulières des permis de pêche, du matériel utilisé et des livres de bord. Jusqu’ici, le nouveau traité de la FAO a été paraphé par l’Angola, le Brésil, le Chili, la Communauté européenne, les Etats-Unis d’Amérique, l’Indonésie, l’Island, la Norvège, Samoa, la Sierra Leone et l’Uruguay.

 

 

© Copyright La Nation (Djib)

Visiter le site de: La Nation (Djib)

 
18/06/2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article