Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Ecologie en Algérie:L'association oranaise "Main dans la main" célèbre la journée mondiale de l'environnement" par Karim Tedjani (dernière partie)

4-« Une après midi au paradis parmi les anges ». Compte rendu du repas organisé en compagnie d’enfants trisomiques, suivi d’un entretien avec le président de « l’association d’aide aux enfants cancéreux » d'Oran: 

 

Un ange me sourit....  

Il est environ 14h30, c’est l’heure de nous rendre près de Cap blanc, toujours dans la commune de Boutlelis, au centre de convalescence des enfants cancéreux. Ici nous avions rendez-vous avec des enfants trisomiques accompagnés de leur famille.

 En arrivant au centre « Souyah Lahouari », je suis impressionné par la beauté des lieux. C’est une villa située au sommet d’une colline offrant un panorama sur des côtes montagneuses d’une rare beauté. L’endroit est très bien tenu, partout des fleurs, des arbres, des buissons apportent une touche supplémentaire au charme fou  de ce centre. On se croirait au paradis… Puis, arrivent des anges pour nous accueillir avec un sincère enthousiasme et beaucoup de joie. Ce sont les enfants trisomiques  qui n’attendaient que nous pour faire la fête.

Sitôt les présentations faites, la compagnie gnawa « El Bahia » se remet au travail, la musique a un effet instantané sur les enfants qui se mettent à danser. Les étudiants de Mme Haroun, ainsi que les familles des jeunes trisomiques se joignent à la ronde. C’est la communion la plus pure entre tous les convives et, il fallait voir à ce moment  le  sourire de satisfaction et de fierté bien mérités qui rayonnait sur le visage de Mme Baba Ahmed. Dans ces yeux ont percevait non seulement une grande émotion, mais aussi toute la grandeur de son âme animée par un désir ardent de faire le bien autour d’elle. Une jeune fille ainsi qu’un étudiant s’étaient déguisés en clown  pour le plus grand plaisir de tous les enfants, qu’ils soient handicapés ou non. Cet après-midi, toutes  les différences semblaient s’être évaporées sous la chaleur des lieux et des cœurs….

Puis, c’est le moment de déguster la délicieuse paëlla qu’avait préparé ce matin (vers trois heures !!!) la présidente de l’association « Main dans la main » qui méritait son nom plus que jamais en cet après midi de   juin. Tout le monde s’installe, des services s’organisent et malgré le nombre non négligeable des invités, la salade ainsi que la paëlla n’ont jamais manqué. Personnellement au regard de la succulence des mets, je me suis resservi plus d’une fois.  « La biodiversité dans vos assiettes » un adage cher à l’organisatrice des festivités prenait tout son sens ici et à ce moment précis. Un des convives m’apprend que le mot paëlla viendrait d’une déformation du terme arabe « el bakala » qui signifie les restes. Ainsi, à l’époque de l’occupation musulmane en Espagne, les seigneurs arabes, qui étaient de grands mangeurs, laissaient toujours leurs restes à leurs serviteurs espagnols. Ce mélange de « bakaya » donna par la suite le terme paëlla avec la prononciation des espagnols. L'anecdote est un peu tirée par les cheveux, mais c'est ce genre d'histoires qui rendent les algériens attendrissents tellement ils sont fiers de leur nature. 

Puis, Mr le Maire de Boutlelis suivi de ces proches collaborateurs, viennent se joindre à nous, apportant ainsi leur  soutien à cette opération qui n’est pas dénuée de signification en cette journée mondiale de l’environnement. Mr Brahimi Bensalem, journaliste à l'APS, est aussi de la partie en tant qu'ami de Mme Baba Ahmed et de son association.

 On oublie  trop souvent, que l’environnement, c’est aussi la santé des citoyens, l’harmonie entre tous les habitants d’une même nation. Des sites comme ce centre, parce qu’ils sont bien tenus et situés dans des zones naturelles d’exception, permettent à des enfants trisomiques ou cancéreux d’oublier un instant, dans la féerie des lieux,  leurs handicaps ou bien leur maladie. Pour leurs parents, c’est aussi un moment  de répit mais surtout la sensation d’être, eux  aussi,   entourés par des gens qui compatissent à leur situation et de se réunir pour partager leur expérience. Toute cette nature luxuriante, ce calme paradisiaque contribuent à apaiser les souffrances, à donner du baume au cœur .

C’est je pense le message qu’à voulu nous faire passer Mme Baba Ahmed qui n’a pas oublié en cette journée mondiale de l'Environnement  que la solidarité est la base de toute action sociale. Elle nous suggère aussi que préserver cette nature c’est aussi veiller à la bonne santé de notre société et ce dans tous les sens du terme. Elle a voulu aussi nous montrer une fois de plus que la femme rurale qu’elle est , peut jouer bien des rôles dans cette société et que son lien intime avec la nature , ses nombreux savoirs faires sont un trésor précieux que nos autorités se doivent de mettre en valeur en aidant par tous les moyens toutes ces femmes dans leurs nobles  entreprises. J’en profite ainsi pour lancer un appel à qui de droit …

Je me dirige vers Mr Lahouari Missoum, le président de « l’association d’aide aux enfants cancéreux » d’Oran afin d’en savoir un peu plus sur cet organisme.

Cet homme rayonnant d’une grande bonté  m’apprend que ce centre a été fondé en  1989, sous l’impulsion du professeur Agarsif,  par des citoyens dont Mr Souyah Lahouari fut le plus prestigieux instigateur. C’est d’ailleurs en hommage à cet illustre homme que cet établissement a pris son nom. Il m’explique que l’ancien président Chadli a été le parrain de cette initiative dans laquelle son épouse s’est beaucoup investie.

Ainsi, c’est un programme visant à assurer la convalescence des enfants cancéreux après leur séjour à l’hôpital. Chaque jeune malade, une fois  soigné,   doit ainsi passer une semaine dans ce havre de paix avant  de retourner dans son foyer. Les lieux peuvent accueillir jusqu’à soixante quinze enfants par mois. Il est ouvert toute l’année. Mr est dans le monde associatif depuis 1947 et c’est un ancien scout, c’est lui, assisté par le bureau de l’association qui. Au vue de l’immense réussite de cette entreprise,  il est prévu de construire bientôt un autre centre dans les environs, à Bouzedjour plage. L’association a obtenu le permis de construire, il reste à trouver les fonds nécessaires. Je me permets de féliciter cet homme pour le travail que son association à accompli et lui fait remarquer que son établissement n’a rien à envier à ceux que j’ai pu visiter en France.

 

5- Conclusion

La journée s’achève, il est temps pour tout le monde de regagner la ville d’Oran qui est une cité  digne de sa réputation. J’y ai rencontré des gens chaleureux, tolérants, cultivés, d’une grande générosité. Les paysages qui entourent cette ville sont sublimes et brillent de toutes les couleurs de l’Algérie. Les côtes sont à vous couper le souffle tant elles sont magnifiques et bien entretenues. Son  architecture  où le passé et le futur se mêlent harmonieusement,  ses infrastructures ainsi que les services qui y sont assurés, sa grande compétence en matière de tourisme,  font d’Oran une autre  capitale de notre pays. C’est une ville qui sait accueillir où l’on mange bien et où l’on sait faire la fête mais où l’on n’oublie pas aussi d’être sérieux et solidaires.

Mais, ce que je retiendrais surtout de ce séjour, c’est ma rencontre avec une grande Dame, la plus digne des ambassadrices de la femme rurale en Algérie en la personne de Mme Baba Ahmed. Ses initiatives, au sein de son association « Main dans la main », qu’elle porte avec un enthousiasme sans faille, ses nombreuses compétences, sa grande générosité m’ont rappelé que la femme algérienne est le trésor le plus précieux de notre pays. Sans ces femmes, ses mères, ses filles, fières, hospitalières, courageuses et toujours soucieuses de bien faire les choses, notre pays, notre culture n’auraient pas survécus de la même façon  à toutes les intrusions qu’elle a subit. La femme algérienne a combattu sur tout les fronts aux côtés de leur pères, leur maris et leur frères et ce souvent avec  grande discrétion et humilité.

Mme Baba Ahmed a voulu à travers cette journée, nous rappeler ainsi que le monde rural en Algérie est la clef de voûte de notre environnement et que les savoirs qu’il possède doivent être pris encore plus en compte par quiconque désire vraiment veiller à l’équilibre environnemental de notre pays. La Nature Algérienne, que ce soit au niveau de sa biodiversité qu’au niveau de sa culture ne doit pas disparaître. La femme rurale algérienne, parce qu’elle est notamment une  source  de  transmission intarissable, parce qu’elle veille dans chacun de ses gestes quotidien à préserver ce patrimoine et  qu’elle est un partenaire fiable et dévoué, doit être absolument  à l’honneur dans un événement tel que cette journée mondiale de l’environnement….

J’aimerais aussi en profiter pour remercier Mr Baba Ahmed et son fils Anouar pour leur sens incomparable de l’hospitalité ainsi que leur grande disponibilité à mon égard et saluer chaleureusement Mme Hayet Haroun ainsi que tous les membres de son ministère à qui je souhaite beaucoup de réussite.

Reportage photo réalisé par Karim Tedjani pour "Nouara, le portail de l'écologie en Algérie"

Alger le 7 juin 2011.

Une après-midi au paradis parmi les anges... Une après-midi au paradis parmi les anges...

cliquez sur le lien en bleu pour consulter l'album photo

 

Association de la promotion de la femme rurale "Main dans la main"

Contactez Mme Baba Ahmed A.

allouraho@yahoo.fr

0770421018 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article

safia 27/06/2012 04:52


dommage que de nos jours la femme rurale n'est plus ce quelle était, adieu la basse cour, adieu le tissage, adieu le troupeau ; la télé le progrès la bureaucratie  les ont ratrapé . elle ne
mange plus bio comme dans le temps 

abdellah farah 06/10/2011 21:35



je salut cette presidente de l ass main dans la main rurale et moderne et qui sais beaucoup de choses sur l'ecologie et le monde rural



Karim Tedjani 07/10/2011 13:31



Merci pour votre visite sur ce portail...



mesroua said 17/09/2011 19:10



lacommunaute sourde vous souhaite bon courage et bonne continuation au monde sonore signe l interprete en langage des signes des sourds l s a merci



AkarQacentina 08/06/2011 09:55



Merci pour ce reportage d'Oran plein de vie et d'espoir pour notre beau pays l'Algérie et le bel hommage rendu à la femme algérienne toujours combattante et fière pour son pays et les causes
justes. Ensemble pour un monde solidaire pour relever les grans défis de ce 21e siècle. C'est le plus beau combat qui glorifiera l'intelligence humaine.