Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologique Nouara

J’interroge une collègue algérienne, Fatiha Chara : « Quels sont les principaux problèmes de l’environnement en Algérie ? » Je m’attends à ce qu’elle me parle d’eau, de changement climatique, de désertification. Mais non. « Tous les problèmes commencent par l’éducation, dit-elle. Il y a un manque terrible d’éducation environnementale. On avait une très bonne culture, adaptée aux conditions de notre environnement, elle est devenue une culture de consommation, et l’on tombe maintenant dans les erreurs que les autres cherchent à résoudre. »

Je crois que Fatiha a raison, et pas seulement pour l’Algérie : le problème écologique le plus crucial dans le monde est celui de la culture. Pas la culture de la Joconde, d’Ibn Khaldoun ou de Mozart. Non, la culture quotidienne de la consommation, des comportements, des désirs. Par exemple, le niveau de vie des 36 millions d’Algériens s’est élevé depuis plusieurs décennies et, par la télévision et les contacts avec l’Europe, le mode de vie d’outre Méditerranée est devenu le modèle de référence, même s’il est loin de se réaliser pour tous.

On peut généraliser l’observation : si à l’échelle mondiale, les pauvres restent majoritaires, une « classe moyenne mondiale » s’est développée. Selon une étude menée en 2010 par Homi Karas pour l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique), les pays du sud comptent déjà 850 millions de membres des classes moyennes, c’est-à-dire disposant d’un revenu allant de 10 à 100 dollars par jour et par tête en parité de pouvoir d’achat (un indice tenant compte de la variation des échelles de prix selon les pays).

Autant de personnes qui visent le mode de vie érigé en référence de la modernité depuis l’avènement de la « société de consommation » - voitures automobiles, consommation quotidienne de viande, possession de multiples gadgets électroniques, etc. - et qui se traduit par un gaspillage élevé de matières, et un impact sur la biosphère de plus en plus destructeur. La rivalité ostentatoire – qui pousse chacun à vouloir imiter le mode de consommation des plus prestigieux – s’exerce maintenant à l’échelle mondiale.

Peut-on changer la culture, afin de réduire l’impact écologique ? Pas simplement. Mais le mode de consommation projeté par les Occidentaux doit être mis en cause. Et la télévision et la publicité, qui alimentent la frustration et le désir planétaires, doivent devenir des enjeux de la lutte pour l’écologie.

Hervé Kempf


 

Source : Cet article a été publié dans Le Monde daté du 13 mai 2012.

REPORTERRE
Le site de l'écologie
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article