Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

EN ALGÉRIE, LE JASMIN NE SE CULTIVE PLUS

Jasmin                                                                                         Photo: Tedjani K. 

Le jasmin avant d’être le symbole d’une révolution en Tunisie était un produit d’exportation en Algérie. Mais cela remonte à loin. Le jasmin a été emporté par les changements successifs de modèles agricoles. L’Algérie ne fait plus partie des pays qui le produisent et l’exportent. Retour sur une disparition liée à l’incohérence des politiques agricoles en Algérie.

L'Algérie ne fait plus partie des pays producteurs et exportateurs de jasmin,  avec lequel les grands parfumeurs fabriquent les grandes marques de parfum. Les différents modèles agricoles expérimentés depuis l'indépendance ont eu raison d'une culture pratiquée à grande échelle dans la plaine de la Mitidja, au pied de l'Atlas blidéen Le déclin de la culture du jasmin en Algérie illustre en fait les cruels aléas de l'agriculture algérienne qui, entre 1972 et 1990, avait basculé sur trois systèmes d'exploitation différents. Des anciennes coopératives agricoles de production de la révolution agraire (CAPRA), le secteur a basculé vers les domaines agricoles socialistes, puis, en 1987 vers les entreprises agricoles collectives (EAC) et les EAI. Le démembrement des terres agricoles sera total et sonnera ''le glas'' de la culture du jasmin, qui se pratiquait à une grande échelle dans la plaine de la Mitidja, à Boufarik, La Chiffa ou Mouzaia, selon une ingénieure en agronomie. Progressivement évincée du marché international, la production des plantes à parfum, dont le jasmin, a touché le fond en 1986 lorsque l'Algérie a dû importer d'Allemagne des essences de synthèse pour les parfumeurs et fabricants de cosmétiques locaux. Le retour des terres anciennement ''nationalisées'' à leurs propriétaires n'a pas profité à la culture du jasmin.

Un retour improbable

Rym B, agronome et spécialistes des huiles essentielles, estime que ''les coûts de financements de la production de plantes à parfum, dont le jasmin, sont trop élevés, et les agriculteurs préfèrent cultiver des légumes plutôt que des arbustes sans valeur ajoutée immédiate''. ''Il y a également la préférence des agriculteurs pour les cultures à rendements rapides'', ajoute-t-elle. Les banques ne jouant pas leur rôle, les agriculteurs ont opté pour des cultures à rendements rapides, comme le maraîchage qui n'exigent que des investissements limités à court terme. "Même si les agriculteurs savent que la culture des plantes à parfum rapporte énormément, ils n'ont pas les moyens de les développer, ni l'argent nécessaire pour rénover les anciennes installations d'irrigation" propres à la culture du jasmin estime l'ex-responsable de la distillerie de La Chiffa, reprise en main par un investisseur privé. Avec la fleur de jasmin, on fait la concrète de jasmin, une pâte obtenue à partir des fleurs traitées par un solvant, une substance qu'exportent les pays producteurs. Les fabricants tirent ensuite de la concrète de jasmin l'absolu de parfum,  une sorte d'âme liquide des fleurs et dont le kilogramme vaut jusqu'à 10.000 euros, pour les meilleures origines. Un marché très rentable, mais fort coûteux en main d'œuvre. Actuellement, les grands producteurs de jasmin sont l'Egypte et l'Inde, dont le coût de la main d’œuvre est le plus bas au monde, même si la production du Maroc est qualifiée par les spécialistes de bonne qualité. Pour autant, ''il y a longtemps que les grands parfumeurs européens ne s'approvisionnent plus sur le marché algérien des plantes à parfum'', résume Rym B. Depuis l'indépendance, l'agriculture algérienne a connu tellement d'expériences, souvent désastreuses, qu'elle a fini par perdre la piste de ses meilleures ''essences'', celles qu'affectionnaient les grandes franchises de parfums.

Source: 
 MAGHREBEMERGENT
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article