Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Energie solaire en AlgérieAlgérie - Ils proposent un premier investissement d’un montant d’un milliard d’euros. Les Allemands entendent investir davantage en Algérie.

Ils sont déjà présents à travers 110 sociétés. D’autres grosses cylindrées allemandes de pétrochimie, chimie, et d’autres infrastructures d’un volume de plus d’un milliard d’euros sont en négociation pour d’autres investissements. Cette fois-ci, à peine rendu public, les Allemands veulent coûte que coûte mettre la main sur le projet qui consiste à ramener le taux de l’énergie renouvelable à 6% d’ici à 2015.

L’énergie solaire participe pour une très faible part dans le bilan énergétique national, soit seulement 0,02% de la consommation nationale d’électricité (5 GWH). Le pays est qualifié de très en retard en matière d’investissement dans le domaine des énergies renouvelables. Pourtant, l’Algérie dispose de l’un des gisements solaires les plus importants au monde. Lors d’un séminaire organisé, hier à Alger, par la Chambre algéro-allemande de l’industrie et du commerce, l’intention de concrétiser le voeu algérien a été clairement affichée par les Allemands. «Vu qu’à l’horizon 2010, environ 5% de l’électricité en Algérie sera produite par l’énergie solaire, nous sommes convaincus que la technologie allemande aura sa place en Algérie».

Leader mondial dans le domaine des énergies renouvelables, l’Allemagne est réellement «excitée» par le potentiel de gisement solaire algérien. Pourvu que les instances algériennes en charge s’y mettent. C’est l’heure. Car, l’on a trop traîné à vanter le potentiel de gisement solaire sans pour autant, concrètement, avancer dans son exploitation. Retard législatif et structurel, l’Algérie n’a pu promulguer de loi sur la maîtrise de l’énergie qu’en 1999 (décret exécutif 04-149 du 19 mais 2004). Quant à l’agence New Energy Algeria (Neal), une structure qui se colle la mission de «la mise en oeuvre du développement des énergies renouvelables», celle-ci n’a pu voir le jour qu’en 2002.

Encore un retard! Le Programme national de la maîtrise de l’énergie (Pnme) demeure encore dans les tiroirs du gouvernement, en instance d’approbation. Le comble, pour trois actions d’ores et déjà sélectionnées, l’Algérie est toujours «à la recherche de bailleurs de fonds». Il s’agit, entre autres, de produire une eau chaude sanitaire et de développer le pompage par l’énergie solaire et éolienne. A en croire Karima Aït-Saïd, de l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (Aprue), l’Algérie a pu obtenir un financement partiel de la part du Fonds mondial de l’environnement pour la concrétisation des trois actions.

D’autres pays, à l’instar de l’Allemagne, sont déjà au stade de penser à une politique d’un tarif de plus en plus régressif. Une chose est certaine, les hydrocarbures ne sont guère une source sûre, à l’avenir. La stratégie allemande présentée, hier, à Alger, aux Algériens, s’appuie sur trois piliers. Il s’agit de travailler sur la voie d’un programme spécial pour la stimulation du marché des énergies renouvelables, exonération d’impôt pour l’utilisation du biocarburant ainsi que la réforme fiscale écologique. L’entreprise Novatec Biosol spécialisée dans la production des panneaux solaires compte s’installer en Algérie.

Ses capacités s’élèvent jusqu’à 220.000m2 de champs solaires par an pour seulement une ligne de production. Ce qui représente, d’après son directeur général, Martin Selig, quelque 15 à 17 MGW. Quant au coût du produit, celui-ci ne dépasse pas les 160 euros pour 1m². En tout cas, pour les seuls projets prévus à Béchar, Adrar, Tindouf et Timimoun, les Allemands proposent déjà un volume d’investissements chiffré à 1 milliard d’euros. Le ministère de l’Energie, quant à lui, est responsable de la concrétisation de cet objectif. Celui de hisser à 5%, à l’horizon 2010, le taux d’utilisation de l’énergie solaire.

Par Ali Titouche - L'Expression, le 12 décembre 2006.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article