Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

“Ce n’est pas une opération conjoncturelle” 

Actualité Dimanche, 23 Septembre 2012 09:50 

L’opération portant hygiène des villes, lancée récemment par les autorités publiques, “n’est pas conjoncturelle. Elle ira en accélérant”, a affirmé le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales. Les secteurs concernés ont identifié
5 000 points noirs qui donnent aux grandes agglomérations algériennes leur réputation de villes sales. Jusqu’au 16 septembre dernier, les 49 412 agents, mobilisés pour les besoins de l’opération, ont ramassé 83 647 tonnes d’ordures de toutes sortes. Les walis ont témoigné de la déstructuration des services engagés dans le nettoiement, mais aussi le manque de moyens financiers dont souffrent les communes auxquelles est dévolue cette mission. La secrétaire d’État chargée de l’Environnement a exposé les résultats d’une étude sur le coût réel d’une gestion rationnelle des ordures ménagères sans traitement. Elle a informé que le balayage revient à la commune à 400 DA par habitant par an. La collecte des ordures coûte 600 DA par habitant par wilaya. L’enlèvement des ordures ménagères est estimé à 4 000 DA par ménage par an. La taxe y afférente ne couvre que 25% de ce montant. Encore, elle n’est recouvrée actuellement qu’à hauteur de 24%. “Le problème de financement se pose avec acuité pour les communes”, a-t-elle conclu, en estimant qu’il ne faudrait pas surexploiter les centres d’enfouissement techniques, qui ont des objectifs précis et une durée de vie limitée. “Justement, il s’agit de mettre en place une organisation dans l’enlèvement des ordures, puis de fournir les moyens. Les ressources financières de l’État sont disponibles”, a répondu M. Ould Kablia.
Amara Benyounès, le nouveau ministre de l’Aménagement du territoire, de l’environnement et de la ville, a estimé que la responsabilité dans la saleté dans les centres urbains incombe à part égale aux autorités publiques et au citoyen. De son point de vue, il faut non seulement réglementer les horaires de sortie des poubelles, mais aussi réhabiliter les métiers de concierge et de gardien d’immeubles.
“Les règles d’hygiène et d’environnement doivent être strictement respectées. On doit immédiatement passer à l’acte, et en cas de dépassements, ça va être la sanction.”


S. H.

 
DIlem
Dilem du 24 Septembre 2012
Galerie Agrandir
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article