Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Entrepreneuriat social :C’est possible en Algérie..." par Meziane Rahbi ( Liberté)

Entrepreneuriat social

Jeudi 28 Juin 2012

Par : Meziane Rabhi

Bionoor, une entreprise algérienne, qui est aussi présente en France, a développé une filière de production et de vente de dattes, bio et équitable, à Ouargla. Cette entreprise travaille avec des agriculteurs de Ouargla, en leur permettant d’avoir des débouchés commerciaux nouveaux en France et ailleurs. Aravind, une entreprise indienne, a un centre ophtalmologique qui réalise des opérations de la cataracte à faible coût pour les populations à faibles revenus. Dans ce centre, 47% des opérations sont gratuites pour le patient, 18% sont à un prix plus faible que le prix de revient et seuls 35% des patients paient le prix normal, ce qui permet tout de même de financer l’ensemble. Vitamine T, un groupe de 3 000 salariés, qui fait un chiffre d’affaires d’environ 50 millions d’euros, a créé un environnement particulier pour pouvoir employer des personnes éloignées du marché du travail.  Le groupe remet sur les rails les laissés-pour-compte de l’économie de marché. Ce sont autant d’exemples d’entrepreneuriat social, évoqué mercredi par Tarik Ghezali, spécialiste de la question, lors d’une conférence sur “L'entreprenariat social : défis et perspectives pour l'Algérie”, la Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie (AHK Algérie) et la fondation Friedrich-Naumann pour la liberté. Ce sont des initiatives économiques au service de l’intérêt général. Des démarches entrepreneuriales qui vont chercher à répondre à des besoins sociaux qui ne trouvent pas de solution, ou sont mal traités par le marché.  
Face aux besoins sociétaux, que ni les services publics ni la logique de marché ne peuvent pleinement satisfaire, l’entrepreneuriat à finalité sociale constitue, dans le cadre du développement durable, une réponse responsable au service des hommes et de la collectivité. Tarik Ghezali est convaincu que l’Algérie dispose de beaucoup de potentialités et de domaines d’activité où elle peut développer l'entreprenariat social, d’autant que “la fin de la rente est pour bientôt”. Du coup, il faut anticiper cette fin, en mettant en place des services publics efficaces.  
M. Ghezali a estimé qu’il existait, citant  plusieurs domaines d’activité où les entrepreneurs algériens peuvent adopter cette démarche, les filières du commerce équitable, l’artisanat, la lutte contre la désertification et, surtout, le tourisme durable et écologique qui ne représente que 1% à peine du tourisme méditerranéen.
L’expert a indiqué que l’Algérie disposait d’un potentiel touristique important qu’elle peut exploiter dans ce domaine, non pas par la construction de grands hôtels sur la côte, mais par une démarche touristique respectueuse des citoyens et de l’environnement. Pour M. Ghezali, les entrepreneurs sociaux sont une force d’innovation capables d'influencer et de collaborer avec les pouvoirs publics et les entreprises privées à but lucratif, afin de générer des changements systémiques.   Ce combat contre l’exclusion semble à bien des égards perdu d’avance. Au mieux, peut-on espérer remporter quelques maigres batailles. Mais les entrepreneurs sociaux sont animés d’un certain idéalisme que portent les entrepreneurs sociaux, cette volonté de participer à la création d’un nouveau paradigme économique, ce rêve de fonder une société où chacun pourra trouver sa place. Tarik Ghezali a donné la parole aux jeunes qui se sont investis dans ce type d’entrepreneuriat. Le Maroc et la Tunisie sont en train de se passionner sur ce créneau ; pourquoi pas l’Algérie ?

 


M. R.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article