Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Ecolo Nouara

http://www.elwatan.com/

En lançant des projets immobiliers moins énergétivores que ceux réalisés présentement, l’Algérie réduira les émissions à effet de serre, et de ce fait pourrait vendre du crédit carbone.

 

 

«Des négociations sont en cours pour atteindre le montant de 15 à 20 euros la tonne de CO2. Ce qui pourrait représenter une autre source de revenus pour le pays», estime le docteur Axel Michaelowa, membre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Il est enseignant à l’université de Zurich. Intervenant lors d’une conférence-débat organisée par la fondation Friederich Nauman, hier à Alger, le docteur Michaelowa estime que «l’Algérie pourrait renforcer son rôle de pionnier africain dans les négociations sur le changement climatique». «Les crédits carbone peuvent être exportés comme les hydrocarbures», explique, à El Watan, l’invité de la Fondation.

 

La synthèse d’un rapport, présenté lors de la conférence, indique que «l’Algérie est particulièrement vulnérable aux impacts du changement climatique». Il existe en revanche «des mécanismes qui ciblent l’atténuation des gaz à effet de serre dans de grands segments économiques, comme les transports, l’agriculture, la production d’électricité et l’urbanisme. Ces mécanismes ont été proposés par la convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique».

 

Par ailleurs, le rapport souligne que l’inventaire des émissions des gaz à effet de serre en Algérie demeure assez méconnu et incomplet. Une étude réalisée dans le cadre du programme Eco Bat montre que «le secteur du bâtiment a été identifié comme le secteur le plus propice. Il consomme plus de 42% d’énergie finale et émet près de 20 Mt de CO2 par an. Une réduction d’environ 40% de la consommation énergétique est possible par l’isolation thermique». Un projet pilote en cours au Mexique a été présenté en matière de construction de logement écologique. Dans ce sillage, le docteur Michaelowa souhaite que «les banques algériennes lancent des crédits ‘‘verts’’, pour permettre aux citoyens et aux entrepreneurs de construire des logements plus respectueux de l’environnement et surtout économisant de l’énergie».

 

 

 

Bsikri Mehdi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article