Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

ENVIRONNEMENT EN ALGERIE- "Les défis d'une jeune nation sur un territoire millénaire"... Par Karim Tedjani (5/6)

 

               Photo de couv'

              Un des slogans enseigné aux enfants dans les clubs verts...(photo: Tedjani K.)

6 : Pour une gestion des déchets vraiment systémique…

« L’Enfer c’est les autres » ?

L’Algérie est devenue un pays sale. Tellement insalubre que plus personne ne semble plus vraiment s’y indigner de  constater à quel point la place publique ressemble de plus en plus à une poubelle à ciel ouvert. Cette saleté ne s’est pas seulement incrustée dans notre environnement matériel. Elle a colonisé la tête des citoyens, s’est imposée comme une fatalité quotidienne. Elle a généré le plus dommageable des laisser aller, justifié les pires comportements.

Cette pollution n’est pas seulement une maladie physique, elle est surtout le symptôme d’une déprime généralisée qui a gangréné toute la société algérienne.  Comment pourrait-il en être autrement dans un pays où la  population, face  au  « pouvoir »,   n’a  le droit à la parole  que pour causer toujours. Un dialogue de sourd où toute  remise en question de l’Etat  se doit  de rester muette,  et le citoyen de rester aveuglement confiant  dans la pertinence des choix de ses dirigeants, même quand leur incompétence dans certains cas lui paraissent criante. 

 La frustration de toute une génération ne trouve plus que la rue comme seul champ d'expression. Non plus  dans le vacarme salutaire  des marches et des slogans passionnés , non, c’est une contestation sourde. Celle de  la défection et de la défiance  qui séparent un peuple de son gouvernement.

Ainsi  toute forme d’espace publique est appréhendée  non plus comme un bien commun, mais comme l’incarnation d’une autorité de moins en moins légitime aux yeux de la plupart des citoyens. D’ailleurs la notion même de bien commun ne semble plus faire recette  parmi tant de gens qui peuplent ce pays. Seul l'intérêt privé compte. Dieu est pour tous, certes, mais pour le reste, c'est chacun pour soi...

Seule la famille, le clan, la sphère intime n’apparaissent à présent  comme   véritable rempart  contre cette « hogra » dont se plaignent tant de gens en Algérie. Il suffit de se rendre chez n’importe quel Algérien pour constater à quel point son intérieur est propre, ordonné, régit par des règles de bienséances auquel aucun membre ne peut totalement  déroger. Quid de ces sublimes jardins  privés que cultivent beaucoup de  nos concitoyens, tandis que nos  espaces verts publiques font le plus souvent peine à voir…

Passé le pas de sa porte, la   « Scara », la « Makra » vis-à-vis de tout se qui peut la symboliser  cette « Hogra » deviennent  les armes silencieuse d’un citoyen  qui, malheureusement, ne  lui permettront  de gagner aucun combat, pas même l’ombre d’une bataille contre ce qui l'oppresse au plus haut point. Parce qu'au fond, il contribue surtout à entretenir  autour de lui ce chaos   , cet égoïsme ainsi que cette méfiance de tout qui a paralysé tout un jeune pays. 

« L’Enfer, c’est les autres »,  voilà ce qu’il faut enlever de la tête des gens dans ce pays si l’on veut en faire autre chose qu’un vaste huit clos.

Un homme ne peut être vraiment libre quand il  s’isole des autres.  La Liberté se gagne  en respectant  celle de l’Autre, sinon elle rime avec ce que l’Anarchie a de pire à proposer à l’Humanité.  La Démocratie est  une expérience collective  faite de dialogues, de droits et de devoirs  vis-à-vis d’autrui et de son territoire. Pour aspirer à cette liberté, il faut une société civile harmonieuse et une Patrie, un foyer collectif   bienveillant,  géré  par  de  bons pères de familles pour  des enfants épanouis parce que confiants en l'avenir qu'on leur destine avec leur consentiment…

Trier pour recycler…

La politique actuelle en matière de déchets domestiques  semble criante à ce propos au regard des constantes oppositions de la société civile à l’installation de CET ou d’incinérateurs dans leur environnement. Pourtant, en haut lieux, on s’obstine à imposer une telle alternative à ce fléau qui, rappelons-le, ne tire  vraiment sa source que dans une absence de contrat social  et de pacte environnemental sincère entre les Algériens. 

Certes, il faut remédier au plus vite à la prolifération des décharges sauvages. A ce titre les centres d’enfouissements peuvent apparaître comme une démarche qui répond à l’urgence. Mais ce n’est qu’un pis aller.  De plus, quand ils sont mal gérés, ce qui semble encore le cas en Algérie, ces infrastructures deviennent même encore plus nocifs pour l’environnement. C’est d’ailleurs parce que  la rumeur de ces défaillance a gagné  la population algérienne,   qu'elle refuse en bloc une telle option.

La meilleure solution, à en voir  les succès  des nations nordiques dans ce domaine, semble être  justement de limiter au maximum la quantité de déchets qui finissent dans nos décharges, aussi  performantes qu’elles sont supposées l’être.

Pour générer moins de déchets, il faut maîtriser  au maximum la production des produits manufacturés  consommés par les Algériens . Notamment en ce qui concerne leurs conditionnements qui doit être largement recyclable. Ces déchets doivent être réintroduits dans un tissu industriel et agricole  algérien  par une politique  nationale de tri et de recyclage intelligente.

Nos déchets organiques peuvent être compostés industriellement , et c’est toute l’agriculture qui pourra profiter d’engrais biologiques à un prix défiant toute concurrence. Moins d'importations, une agriculture biologique au possible qui ne serait pas dispensée de productivité parce qu’elle aura tourné le dos à la chimie  ainsi qu’à la déforestation. Cela n'est pas une chimère, mais bien la nouvelle modernité qui s'annonce pour ce siècle. 

Le biogaz produit  par  nos ordures est également   une source d’énergie qui pourrait profiter à diversifier notre mix énergétique national dans bien des localités, notamment dans les zones rurales qu’il faut impérativement rendre plus viables pour nos fellahs.

Tous les matériaux recyclables présents dans nos décharges doivent être triés et recyclés avant même de s’y retrouver.  

Mais, il ne s’agit pas, une fois de plus de se contenter de les exporter à l’état de matière première. L’industrie algérienne renaissante doit s’approvisionner en priorité de  ces matières recyclées sur le territoire algérien. Les produits  nationaux manufacturés  issus du recyclage devraient profiter de tarifs qui les rendraient plus attractifs auprès du consommateur Algérien.

En ce qui concerne les boissons, l’utilisation du verre consigné doit être systématique et, la consommation de l’eau du robinet encouragée par un   meilleur service à la fois  d’un point de vue quantitatif  que  qualitatif.

Tout se recycle, rien ne se perd, quand tout ce qui se produit dans un pays est recyclable. C’est aussi simple  que  cela. A la réserve près que les modes de recyclages doivent être respectueux de l’environnement et non source de  nouvelles pollutions. Ce petit détail pour certains  est à vrai dire un grand défi à relever pour le bien-être de tous les autres…

En créant une véritable filière, on crée des millions  emplois durables.  En ce qui concerne le recyclage, ont pourrait également revitaliser tout un environnement.  Ainsi, en rendant « tout ce qui nous entoure et nous influence »  plus propre et plus  beau tout en créant de la richesse, on distillera  dans l’esprit de toute une société le meilleur remède pour sortir de sa déprime : un environnement sain…

A suivre...

ENVIRONNEMENT EN ALGERIE- "Les défis d'une jeune nation sur un territoire millénaire"... Par Karim Tedjani (4/5)

ENVIRONNEMENT EN ALGERIE- "Les défis d'une jeune nation sur un territoire millénaire"... Par Karim Tedjani (3/4)

ENVIRONNEMENT EN ALGERIE- "Les défis d'une jeune nation sur un territoire millénaire"... Par Karim Tedjani (2/4)

ENVIRONNEMENT EN ALGERIE- "Les défis d'une jeune nation sur un territoire millénaire"... Par Karim Tedjani (1/4)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article