Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Environnement et emploi : «Entre la jeune Algérie et l’environnement, les choses bougent aussi dans le bon sens… » par Karim Tedjani.

 

On a coutume de dire que les algériens, dont la grande majorité est  constituée de jeunes, ne se sentent pas vraiment concernés par les problèmes environnementaux de leur pays. Cela est, à mon  humble avis,  de moins en moins vrai.

 

Il faut dire qu’aujourd’hui, en Algérie, il est difficile de ne  pas constater que la pollution a pris une  ampleur  inquiétante à travers tout le territoire.  Si, jusque là, les associations algériennes  actives dans ce domaine étaient majoritairement encadrés par des seniors et des quarantenaires, de plus en plus de jeunes s’impliquent dans la protection de la Nature Algérienne et tentent de créer leurs propres organisations. Ils viennent, de ce fait, gonfler les rangs des partisans d’une Algérie qui se développe, certes, mais qui veille à assurer un environnement sain et « bio-varié »  aux habitants de ce pays. 

 

J’ai pu en rencontrer quelques uns. Leurs  profils sont à la fois semblables et particuliers.

Ils se ressemblent, parce qu’ils partagent tous et toutes l’envie de participer,  à leur échelle citoyenne, aux efforts mis en place à travers tout le pays  pour que notre biodiversité et nos paysages ne soient plus autant mis en périls. Une inévitable  modernisation  des infrastructures physiques et sociales de la jeune Algérie est en cours. De la manière  dont elle semble s’effectuer pour l’instant, de nombreux impacts négatifs sur l’environnement national et la santé publique sont à déplorer. Ces jeunes cherchent des solutions viables et réalisables pour que les choses évoluent de façon plus harmonieuse entre les algériens et  leur  Nature.

 Certains, comme Mohamed Amir (informaticien ),  Akim Abdelhamid( géophysicien, pédologue)  ou bien encore Kahina (étudiante en science de l’environnement) sont des jeunes urbains  qui ont , ou auront bientôt ,  le niveau de qualification  nécessaire pour être les cadres compétents d’une société algérienne  moderne et « évoluée » (au lieu de développée). 

D’autres, comme   Karim  Kerrache et Redouane Belmoures  sont de jeunes  ruraux qui s’impliquent sur le terrain dans la protection et l’étude de notre patrimoine naturel. Par ce que depuis leur premier souffle ils ont évolué  au contact de la nature, ces jeunes, pour peu  qu’ils soient un peu mieux formés et encadrés,  peuvent jouer des rôles  très importants dans le processus de développement écologique et responsable de l’Algérie. Souvent, d’ailleurs, ils sont chômeurs. Leur intégration dans la société algérienne à travers des projets à la fois écologiques et créateurs d’emplois ne peut être qu’une bonne chose pour ce pays.

D’autres encore, comme Yacine Fengal, vivent à la campagne mais sont diplômés, souvent ils éprouvent de grandes difficultés à trouver dans leur localité un emploi à la mesure de leur niveau d’étude. Ils pourraient être  par exemple de bons partenaires pour la mise en place d’un tourisme vert de qualité en Algérie. Ce sont souvent des jeunes capables de parler au moins trois langues et ils disposent d'un niveau de culture suffisant pour être de bon guides ou accompagnateurs.

Bref, comme un peu partout dans le monde, l’environnement et l’économie sont inévitablement liés. Les métiers et les services liés à l’environnement offrent   de merveilleuses perspectives pour  la jeune algérie. Notre proche  voisin et cousin, le Maroc, est en train de prendre ce chemin en route. Il faut ne faudrait pas que la rentière Algérie se repose sur des lauriers qui se tariront un jour fatalement.Le pétrole n'est pas , jusqu'à preuve du contraire, une énergie renouvelable.   

En Algérie, il y a normalement beaucoup d’outils juridiques et institutionnels ainsi qu’un ministère de l’Environnement et de l’aménagement du territoire afin d’encadrer les initiatives citoyennes en matière d’environnement. Un des pôles de la stratégie du ministère de Mr Rahmani, est la formation des cadres de l’environnement de demain ainsi que de sensibiliser les algériens dès leur plus jeune âge au respect de la Nature ainsi qu’à l’écologie.

Je ne cesserais aussi de rappeler qu’il existe des clefs et des essentiels dans la culture propre au peuple algérien, celui qui foule cette terre depuis bien des siècles. Beaucoup de gestes et de valeurs d’autrefois sont à se ré approprier et pourquoi à revisiter. Les jeunes et les anciens doivent rester connectés. L’histoire des ruraux et de leur modes de vie, mérite d'être plus  mise plus en valeur . L’Artisanat, parce qu’il est un secteur qui utilise souvent  des matériaux naturels ainsi que  des techniques ancestrales, est un domaine corollaire à l'écologie et il semble que le gouvernement algérien    veut soutenir  ce secteur à nouveau.

Malgré les nombreuses tentatives passées  de dénaturer la culture et les traditions des habitants de ce pays, la nature algérienne, au sens abstrait du terme, est la valeur ajoutée que les algériens doivent apporter à l’écologie mondiale. Cet environnement culturel et celui plus physique de notre nature sont interdépendants. Une culture algérienne de l’environnement, capable de participer à l’effort mondial de préserver l’écosystème de la planète Terre….

 Si la situation environnementale de ce pays est  actuellement périlleuse, il est heureusement possible d’espérer que la jeunesse algérienne se  prépare activement à relever les défis écologiques de l’Algérie en voie de modernisation. J’aimerais profiter de cet article pour les encourager à persister ainsi qu’a apprendre à travailler collectivement et objectivement pour  le bien  d’une Algérie moderne et propre et prospère...

 

 Portraits:

  

Mohamed Amir| Facebook

 

 

Mohamed A.Parc d'el Hamma 19.02

 

 

 

 

 

Ce jeune homme, informaticien  travaille pour une société étrangère basée en Algérie. Il  est très actif sur le web. C'est est un des membres fondateurs de la page ecolo talk| Facebook. Ces derniers temps il multiplie les initiatives afin de rassembler des jeunes autour de projets concrets pour l'environnement en Algérie. Il a participé notamment à une récente réunion qui s'est déroulée à Alger  et qui a donné le jour à un jeune mouvement citoyen et écologique.

Photo:  Mohamed Amir lors d'une de nos rencontres au Jardin d'essai d'Alger.

 

 

Abdelghani Akdim| Facebook

                                                            Photos-des-articles-4455.JPG                                                                                                                                                                                      Ce jeune surdoué est un ancien danseur qui s'est  reconverti dans l'étude de la géophysique  ainsi que de  la pédologie. C'est un consultant très sollicité par les bureaux d'études environnemetales en Algérie. Résidant à Bejaia, il  voyage à travers   le territoire algérien . Nous avons eu l'occasion de nous rencontrer lors du tournage d'un documentaire sur la forêt d'Akfadou en compagnie notamment de Mr Messaouden de l'INRF (Institut national des recherches forestières) d'Azzagah (Tizi Ouzou). Le pétillant Abdelghani est toujours prêt à participer bénévolement à des projets associatifs et son travail scientifique est d'une grande utilité pour mieux connaitre nos sols, et savoir ainsi comment mieux les préserver.

 Photo: Abdelghani Akdim lors de la préparation du tournage d'un documentaire sur la forêt d'Akfadou (Tizi Ouzou).

 

 

 

  

  

Redouane Belmoures

 Photos-des-articles-7153.JPG 

 

 

 

Rédouane vit dans le petit village de Anneb, au pied du Mont Zwaoui dans la commune d'Ibn Ziad. Il est membre de l'association Constantinoise "El Mebdoue". Ce jeune homme est non seulement un guide bénevole pour tous les gens désireux de faire des randonnées à travers sa région, mais aussi un protecteur des rapaces de ses montagnes natales. Nous avons participé d'ailleurs ensemble au sauvetage d' un aigle royal bléssé. Il fut transporté, après un mois de soins chez Redouane,  au Parc zoologique de Jijel. Mr Abdelhouab Kaarali fut l'investigateur de cette action. Il est aussi formateur en informatique dans sa localité et représente son association lors d'expositions interrégionales.

 

Voici un article à propos de cette opération:

"Les trésors cachès de l'Algérie" (Ou comment un aigle royal a été ...

 

Vous en saurez bientôt plus sur Karim et Yacine dans un reportage photo  à paraître prochainement sur Nouara. Il m'ont invité dans leur localité "Ait Smail" à Bejaia afin visiter la forêt de cèdres atlassiens de Takoucht.

Quand à Kahina, qui étudie  les sciences environnementales  en France nous nous sommes rencontré plusieurs fois à la faculté Mentouri de Constantine, voici son profil  Facebook "Kahina Persy ".

Les photos de cet articles  ont été prise par Karim Tedjani (tous droits réservès 2011)

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article