Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

http://www.lalsace.fr/

le 03/11/2013 à 05:00Geneviève Daune-Anglard/
Pour André Cicollela, président du Réseau Environnement Santé, « il faut une prise de conscience de l’opinion publique pour que les choses changent ». Photo Dominique Gutekunst

Pour André Cicollela, président du Réseau Environnement Santé, « il faut une prise de conscience de l’opinion publique pour que les choses changent ». Photo Dominique Gutekunst

André Cicollela, président fondateur du Réseau Environnement Santé (RES) national, a annoncé mercredi, à Schiltigheim, le lancement de l’antenne alsacienne de son réseau.

« Nous voulons développer le Réseau Environnement Santé en régions, a expliqué son président André Cicollela. Après Lyon, le Nord Pas-de-Calais et la Basse-Normandie, c’est au tour de l’Alsace de voir s’implanter une antenne régionale de RES. Il est nécessaire de s’organiser pour agir sur les problèmes de santé liés à l’environnement. »

Les perturbateurs endocriniens dans le collimateur

L’impact des polluants de l’environnement sur la santé est au cœur du combat du RES et au cœur du dernier livre d’André Cicollela. « La première campagne du réseau a été le bisphénol A et a conduit à son interdiction dans les biberons en juin 2010. Puis dans les boîtes de conserve. »

Les perturbateurs endocriniens sont dans le collimateur de l’association. « Il y a un changement dans la vision du risque chimique, reprend le président du RES. On commence à réaliser qu’il y a un impact sanitaire sur l’enfant, l’adulte, mais aussi sur les générations suivantes. »

Selon lui, on commence également à admettre que « ce n’est pas seulement la dose qui fait le poison mais aussi la période d’exposition » , notamment pendant la grossesse, et « l’effet cocktail » , quand plusieurs substances sont mélan-gées et peuvent avoir un effet beaucoup plus fort chacune d’entre elle seule.

Explosion des cancers et des maladies chroniques

Plus généralement, l’extension du modèle occidental d’alimentation et de mode de vie, beaucoup plus sédentaire, ainsi que la multiplication des produits chimiques ou polluants dans l’environnement ont provoqué ces vingt dernières années une explosion des cancers, des maladies métaboliques comme le diabète et l’obésité, mais aussi une diminution de la fertilité des hommes.

En France, un homme sur deux aura un cancer et deux femmes sur cinq. 1 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque jour. Et l’espérance de vie en bonne santé diminue. Elle est passée de 63 ans en 2007 à 61,8 ans en 2010 pour les hommes et de 64,6 ans en 2008 à 63,5 ans en 2010 pour les femmes. Le corollaire étant que 23 millions de Français ont une maladie chronique.

Le surcoût de ces maladies ces quinze dernières années représente 400 milliards d’euros. « C’est un enjeu à la fois sanitaire, économique et politique » , souligne André Cicollela. Et il poursuit : « Il faut une prise de conscience de l’opinion publique pour que les choses changent. »

Peser sur les politiques régionales de santé

D’autant qu’on observe des disparités importantes selon les régions. Ainsi, le nombre d’accidents vasculaires cérébraux a quasiment doublé en Alsace (+91 %) entre 2003 et 2011, « sans que l’on sache vraiment pourquoi… Mais ce n’est pas normal ! » Lui préconise que les citoyens, « à partir de la situation sanitaire de la région » , pèsent sur le Plan régional santé environnement piloté par l’Agence régionale de santé (ARS). Et il plaide pour une véritable politique de prévention, seule à même d’éviter l’implosion du système de Sécurité sociale : « En 2007, le seul remboursement des médicaments contre l’asthme a coûté un milliard d’euros… »

En Alsace, le Réseau Environnement Santé est coordonné par Nathalie Caille, docteur en sciences de l’environnement, de l’Ensaia de Nancy.

CONTACTER le RES Alsace auprès de sa coordinatrice, Nathalie Caille, courriel : resalsace@gmail.com Le RES regroupe de nombreuses associations dont le WWF et des personnes individuelles.

LIRE Toxique planète, le scandale invisible des maladies chroniques , par André Cicollela, éd. Seuil, collection Anthropocène, octobre 2013.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article