Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

L’amélioration urbaine ne repose pas uniquement sur la réfection des trottoirs et le bitumage des routes. Elle doit englober le nettoiement et l’entretien permanents dans l’ensemble du territoire de la wilaya.



Les déchets de toutes sortes jonchent les cités et les abords de la ville. Des bouteilles et canettes de boissons alcoolisées et d’eau minérale, sachets en plastique de toutes les couleurs, et autres détritus, remplacent la verdure. Ce spectacle sinistre est visible dans les quatre coins de la wilaya. En dépit de ses plages splendides, la Corniche n’échappe pas à la désolation. Beaucoup s’interrogent : « Que faut-il faire pour venir à bout de ces atteintes à l’environnement, notamment face au manque de civisme et à l’incapacité des pouvoirs publics à imposer des règles de conduite pour lutter contre ce comportement rétrograde qui prend de jour en jour des allures inquiétantes ? » Les gens de passage ou les visiteurs qui empruntent les routes, vers toutes les directions, découvrent ce triste décor qui agresse les yeux, particulièrement au niveau des pourtours des agglomérations. Ce sont surtout les terres en jachère et les abords des forêts qui sont les plus touchés par ces méfaits de l’homme. « Les actions conjoncturelles de sensibilisation et d’information sur la protection de l’environnement contre la pollution, sous toutes ses formes, ont montré leurs limites du fait qu’elles n’ont pas suscité l’impact escompté », constate Abdelwahab Guerbi, un universitaire de Annaba.

Les services de l’environnement ne contrôlent pour le moment que les entreprises qui présentent des risques de pollution. « L’amélioration urbaine ne repose pas uniquement sur la réfection des trottoirs, le bitumage des routes, l’aménagement des espaces verts et la démolition des constructions illicites, elle devrait englober aussi le nettoiement et l’entretien permanents dans l’ensemble du territoire de la collectivité », ajoute notre interlocuteur. Il serait utile d’installer des poubelles le long des routes extra-urbaines pour protéger et sauvegarder l’environnement contre les multiples agressions dues au manque de civisme et au laisser-aller. La récupération et le recyclage des déchets solides demeurent limités à certains endroits, alors que cette activité devrait englober toute la wilaya. Se limiter à l’exploitation de la décharge de Guelta Zergaa (El Bouni) et emballages en carton des magasins ou autres pour des raisons de coût, n’est pas forcément l’unique moyen pour les entreprises de récupération et de recyclage des déchets de réaliser des profits substantiels. « Ces dernières devraient en principe se déployer à travers le territoire de la wilaya pour récupérer les déchets solides susceptibles d’être valorisés sans favoriser tel produit par rapport à un autre. La récupération des quantités de bouteilles de boissons alcoolisées en verre, canettes en métal et celles d’eau minérale en plastique, jetées le long des routes, représente une source de revenus qui n’exige pas de gros moyens matériels et humains », préconisent des universitaires.



Par Leïla Azzouz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article