Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

 

 

L’Avenir a rencontré hier le docteur Lambert Mubobo, médecin à la Clinique kinoise pour apporter quelques éclaircissements à nos lecteurs sur l’impact et le facteur des risques environnementaux sur notre santé que plusieurs d’entre nous ignorent. D’entrée de jeu, le Dr Mubobo a dit qu’il existe une publication consacrée aux normes essentielles qui doivent être respectées en matière de santé environnementale dans les structures de soins des pays à revenu faible. Celle-ci présente une étude complète sur la manière dont l’environnement dans son ensemble a un impact direct sur la santé. Le pourcentage de la maladie, imputable à l’environnement est donné pour 85 catégories de maladies et de traumatismes, a-t-il indiqué.

Les résultats de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) montrent que des facteurs de risques environnementaux jouent un rôle dans plus de 80% des maladies régulièrement recensées par l’Organisation mondiale de la Santé. Globalement, on estime que 24% de la charge mondiale de morbidité et 23% de tous les décès peuvent être attribués à des facteurs environnementaux. Parmi les enfants (0-14 ans), ces chiffres s’élèvent à plus d’un tiers de la charge de morbidité. Notre interlocuteur a ajouté que ces premières estimations peuvent avoir d’importantes implications pour les preneurs de décisions car les risques environnementaux pris en compte dans cette recherche pourraient être réduits de façon significative par des interventions dont le ratio coût-efficacité a été prouvé. Il a approuvé que l’environnement concerne tous les facteurs physiques, chimiques et biologiques exogènes et tous les facteurs connexes influant sur les comportements. Cette notion recouvre l’étude des facteurs environnementaux susceptibles d’avoir une incidence sur la santé, ainsi que la lutte contre ceux-ci.

L’hygiène du milieu vise à prévenir les maladies d’origine environnementale et à créer un environnement favorable à la santé. Le Dr Mubobo a renchéri qu’assurer de l’eau potable et des moyens d’assainissement pour les établissements sanitaires constitue une priorité absolue. De l’eau de boisson sûre, des moyens d’assainissement de base et l’élimination hygiénique des déchets infectieux permettront d’éviter la propagation des maladies et d’améliorer la situation sanitaire. Dans tous les cas, de bonnes pratiques de l’hygiène est essentielle pour prévenir la transmission des maladies. L’eau doit être fournie en quantité suffisante pour permettre une hygiène appropriée. Il faut se laver les mains immédiatement après avoir été aux selles et après avoir manipulé des excréments de bébés, avant de préparer la nourriture et avant de manger.

Prévenir la maladie grâce à un environnement sain

Une estimation de la charge de morbidité imputable à l’environnement. Le problème des infections liées aux soins de santé est un sujet de préoccupation croissante pour la communauté internationale. Signalons qu’un quart environ de la morbidité mondiale peut être attribuée aux dangers environnementaux. Cette proportion s’élève à près de 35 % en Afrique subsaharienne. Un environnement plus sain permettrait d’éviter, chaque année, près de 13 millions de morts. « Chacun est incité à contribuer à la conservation et à la protection des ressources en salubrité de l’environnement pour nous épargné des maladies liées à l’environnement malsain », a-t-il conclu.

Laurette Kambamba

 

http://www.groupelavenir.cd/spip.php?article33351

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article