Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

 BRANCHEZ-VOUS! Matin

 

 

Le World Wildlife Fund a dévoilé mercredi un rapport, publié tous les deux ans, qui fait plusieurs constats pessimistes quant à l'état actuel de la Terre.

Le rapport Planète Vivante 2010, publié sur le site Internet de WWF, se veut un bilan de santé de notre planète. Le dossier publié mercredi insiste sur deux points principaux, soit la biodiversité et l'empreinte écologique.

Or, le WWF estime que la biodiversité est toujours en déclin, essentiellement dans les zones tropicales et les habitats d'eau douce, et dit constater une baisse générale de 30% depuis 1970.

«Le rythme de perte de la biodiversité est le plus alarmant dans les pays à bas revenus et souvent situés en zone tropicale alors que les pays développés vivent dans un paradis factice, alimenté par une consommation excessive et des émissions de carbones élevées», déclare Jim Leape, directeur général de WWF International.

En se basant sur des données de 2007, l'organisation affirme que l'empreinte écologique de la Terre a dépassé sa biocapacité de 50%. Ce dérèglement est notamment causé, selon WWF, par la surpêche et la pollution qui entraîne le changement climatique.

WWF estime aussi qu'en ce moment, 71 pays font face à une situation de stress hydrique sur les ressources en eau dite «bleue». L'organisation craint donc qu'en 2025, les deux tiers de la population mondiale, soit 5,5 milliards de personnes, auront à vivre dans des régions soumises à des stress hydriques modérés à sévères.

Le WWF se désole aussi de constater que l'impact de la dégradation environnementale s'abat essentiellement sur les peuples les plus pauvres.

Par ailleurs, les dix pays ayant la plus forte empreinte écologique par individu sont les suivants, selon l'organisation:

- Les Émirats Arabes Unis
- Le Quatar
- Le Danemark
- La Belgique
- Les États-Unis
- L'Estonie
- Le Canada
- L'Australie
- Le Koweit
- L'Irlande.


Le WWF propose la mise en place des mesures suivantes, pour faire face aux défis les plus urgents:

- Augmentation de la proportion d'aires protégées à 15% de l'ensemble des régions écologiques.
- L'aide à la gestion durable des forêts.
- L'arrêt de la surconsommation d'eau et de la fragmentation des écosystèmes d'eau douce.
- L'élimination de la surpêche et des pratiques de pêche destructrices.
- Des investissements dans la biocapacité.
- Valorisation de la biodiversité et des services rendus par les écosystèmes.
- Résolution des dilemmes entre l'alimentation et l'énergie, créés notamment par les agrocarburants.
- Porter plus d'attention aux problèmes soulevés par l'allocation des terres et la planification de l'usage de terres.
- Le partage des ressources naturelles limitées.

 

Le rapport a été produit par WWF en collaboration avec la Société Zoologique de Londres et le Réseau Empreinte Ecologique Globale. Il est disponible sur les différents sites nationaux de WWF.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article