Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web environnement et écologie en Algérie

Traversant une bonne partie de la ville de Blida l’oued Beni Azza devient fatalement tout au long de son parcours un dépotoir et exutoire recevant des quantités incommensurables de déchets domestiques et industriels qui le polluent fortement au point qu’il constitue aujourd’hui une réelle menace pour l’environnement et la santé publique. 

D’une longueur de 30 km, l’oued, qui prend sa source à Chréa avant de rejoindre l’oued Mazafran, constitue une menace pour les habitants des communes de Blida, de Ouled Yaich et de Beni Merad, qu’il longe du sud au nord, et tout particulièrement pour les résidents des habitations précaires, érigées le long de ses rives.

Dans cette décharge à ciel ouvert on y trouve, mêlés, des ordures ménagères, des déchets industriels et des gravats provenant des chantiers de construction qui ont réduit considérablement le lit de l’oued qui reçoit de surcroît les eaux usées des habitations environnantes, de celles érigées notamment au niveau de la localité de Ben Achour.

Tout passager en ce lieu est frappé par le décor désolant et des plus repoussant, formé par les tas d’immondices qui obstruent le lit de l’oued et par les eaux noirâtres qui y coulent, où pullulent des tas d’insectes et de rongeurs, agents transmetteurs de maladies diverses.

Cette situation est exacerbée par le fait que la wilaya de Blida abrite une population d’environ 1,2 million d’habitants et possède de nombreuses unités industrielles.

Conscientes de cette menace, les autorités locales s’attellent actuellement à la réhabilitation de l’unique station d’épuration (Step) qui existait à Beni Merad, mais est à l’arrêt depuis quatre (4) ans, pour cause de dégradation due à sa saturation, sachant qu’elle a été réalisée dans les années 80.

 Une opération de réhabilitation et d’extension de cette station a été inscrite par le ministère des Ressources en eau pour une enveloppe de quatre milliards de dinars, a indiqué, à cet effet, à l’APS le chargé de l’assainissement au niveau de la Direction des ressources en eau, en précisant que la capacité de traitement de cette installation passera de 70.000 m3/jour actuellement à 450.000 m3 cubes/jour. Sa gestion sera confiée à l’Office national d’assainissement (ONA).

A sa mise en exploitation, elle permettra de récupérer un volume d’environ 70.000 m3 d’eau pour le destiner à l’irrigation.

 La direction de wilaya des Ressources en eau de la wilaya a également élaboré un plan d’action portant sur la réalisation de cinq (5) stations d’épuration, dont une à Beni Chougrane, pour la prise en charge des communes de Mouzaia, Chiffa, El Affroun et Ain Romana. Cette station sera dotée d’une capacité de traitement de 200.000 habitants équivalents/jour.

Pour sa part, la commune d’Oued Djer, à l’ouest de la wilaya, bénéficiera d’un système "spécifique" adapté à son relief accidenté.

Une troisième Step est prévue dans la commune de Beni Khellil. Son champ d’action s’étendra aux communes de Beni Tamou, Oued El Alleug, Ben Salah, Ben Chabane et Boufarik. Une enveloppe de 3,7 milliards de dinars a été mobilisée pour sa réalisation.

S’agissant du traitement des eaux usées de la partie orientale de la wilaya, sa prise en charge sera dévolue aux deux step de Meftah et de Larbaa.

 A l’ensemble de ces stations d’épuration s’ajoutera celle de la Nouvelle ville de Bouinan.

 

 

APS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article