Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

 

http://www.elwatan.com/

 

 

Le ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, a décidé, hier, de répondre aux multiples «supputations» entourant l’exploitation des gaz de schiste en Algérie.

Une question est revenue sur les lèvres du ministre au cours de ses réponses aux parlementaires tel un leitmotiv : «Pourquoi les grands pays producteurs d’hydrocarbures non conventionnels désirent développer les gaz de schiste, alors que l’on voudrait l’interdire à l’Algérie ?» Le ministre ira même plus loin en affirmant que «les grands pollueurs de la planète n’ont pas à se faire passer pour des donneurs de leçon en matière d’environnement et d’écologie».

L’orateur estime d’ailleurs qu’il est aujourd’hui vital pour l’Algérie d’aller vers le développement des gaz de schiste, contrairement à certains pays ayant imposé un moratoire sur ce genre d’industrie afin de préserver leur nucléaire. Une «nécessité impérieuse», lorsque l’on pense que les restes des technologies ne suffiront nullement «à assurer la satisfaction des besoins énergétiques du pays». Anticipant sur la présentation au gouvernement du modèle de consommation nationale, le premier responsable du secteur a insisté sur la croissance des besoins énergétiques futurs de l’Algérie.

Des besoins qui induiront une facture à l’import de près de 100 milliards de dollars pour les produits énergétiques, si l’on décide d’interdire l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels pour attendre l’assèchement des gisements conventionnels. Ainsi, les besoins en électricité passeront de 1350 KWH actuellement à 3000 en 2030.

De même que la consommation en carburants passera de 15 à 50 millions de tonnes en 2040, tandis que les besoins en gaz passeront de 30 à 100 milliards de mètres cubes à la même échéance. Il indique dans ce sens que sans énergie, il ne peut y avoir de développement. D’où la nécessité d’aller vers les hydrocarbures non conventionnels d’autant que les réserves actuelles s’épuisent à vue d’œil et que le reste des alternatives n’arrivera jamais à couvrir les besoins des populations et de l’économie nationale.

Il se livrera ensuite, chiffres à l’appui, au démontage de tous les arguments des détracteurs des gaz de schiste, comme les besoins en eau de la fracturation hydraulique, le risque de pollution des aquifères ainsi que l’essence même de cette technique qui remonte, selon lui, aux années 1970. On apprend d’ailleurs que le champ de Hassi Messaoud est le plus grand gisement d’hydrocarbures non conventionnels. Le pétrole conventionnel ne représente que 25% du potentiel du gisement. Il se demande, à ce titre, pourquoi se priver d’une telle richesse.

Melissa Roumadi
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article