Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Le temps
Mercredi 9 janvier à 20:24

 

exploration de gaz de schiste, les députés apportent leur soutien

Un consensus semble être trouvé chez la classe politique à propos de la proposition faite par le gouvernement sur l’exploration du gaz de schiste en l’Algérie.

 

C’est du moins ce qui ressort des interventions, hier, des députés à l’APN à l’occasion du débat sur le projet de loi relatif aux hydrocarbures. «Après avoir écouté les spécialistes de la question et les responsables du ministère de l’Energie, je crois que l’Algérie peut entamer l’exploration de cette énergie non conventionnelle vu que toutes les mesures et précautions ont été prises sur l’impact de cette utilisation sur l’environnement, la santé, la recherche et autres», nous a affirmé Bakir Mohamed Kara, député RND.

Pour lui, «l’Algérie peut avancer à l’aise dans ce projet d’autant qu’il est retenu pour le long terme et non pour l’immédiat». Cette même option a été également défendue par le FLN, l’Alliance de l’Algérie verte (AAV) et le PT dont les députés ont salué cette initiative sans montrer aucune réserve à l’égard de ce projet proposé par Youcef Yousfi, ministre du secteur, présent lors des débats. «Nous sommes contre ces voix qui s’élèvent et parlent de l’impact catastrophique de l’utilisation de gaz de schiste sur l’environnement.

Les Etats-Unis, puissance mondiale et premier utilisateur de cette nouvelle énergie, comptent déjà des milliers de gisements de cette énergie non renouvelable. Evoquer la protection de l’environnement est une carte qu’on utilise pour dissuader les pays à ne pas utiliser cette énergie, histoire de préserver le monopole sur le marché international», dira Djeloul Djoudi, du Parti des travailleurs.

«On n’a pas le droit de sceller les mains de l’Etat qui cherche à préserver les ressources énergétiques du pays», a dit Ramdan Tazibt, député de la même formation politique. Le PT a salué les dispositions de cette nouvelle loi qui a «consacré et maintenu la règle 51-49 de partenariat économique en Algérie». «La règle 51-49 consacre le monopole de Sonatrach sur le transport de l’énergie, ce qui est un acquis considérable», dira M. Djoudi.

«L’Algérie a ainsi résisté devant les pressions étrangères exercées pour revenir sur cette règle d’investissement et cela nous garantit une sécurité énergétique», a ajouté M. Tazibt. Le seul refus enregistré dans ce domaine concerne celui du parti islamiste le Front de la justice et du développement (FJD) présidé par Abdellah Djabellah.

«Nous rejetons l’article 23 bis de cette loi sur l’exploration du gaz de schiste compte tenu des conséquences hydrologiques et hydrogéologiques désastreuses. Cette exploration va porter atteinte au plus grand réservoir d’eau de l’Algérie et de l’Afrique et va investir des montants faramineux sur ce projet», a affirmé un député de ce parti.

Les autres intervenants sont revenus sur les pénuries répétitives de carburants, l’absence d’un programme fixe de maintenance des unités d’exploration des hydrocarbures et de l’exportation de carburants par l’Algérie. Certains ont proposé la révision de la fiscalité pétrolière, notamment vis-à-vis des collectivités locales.

Un député du FLN s’est interrogé sur les suites de l’affaire des détournements de fonds de Sonatrach où sont impliquées les responsables de la firme italienne Saipem. «Une enquête judiciaire a été diligentée en Italie mais qui n’a été pas été suivie par une autre enquête en Algérie», a-t-il dit.

Le député s’est aussi interrogé sur ce scandale qui a vu le versement de commission de l’ordre de 180 millions de dollars à travers des banques étrangères en Algérie. Un autre député de l’AAV a demandé à s’intéresser de «plus près» aux autres scandales ayant secoué le secteur des hydrocarbures.

N. B.

 

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source



 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article