Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani


Source: http://www.protection-des-animaux.org/ipb/index.php?showtopic=27447



Sur les 188 espèces de mammifères dans le monde classées en « danger critique d’extinction », soit le niveau de menace le plus élevé avant la disparition de l’espèce, l’Algérie à elle seule en compte trois.

C’est ce que nous a révélé un porte-parole de l’Union internationale pour la conservation de la nature, qui vient de publier la nouvelle Liste rouge des espèces menacées, à l’occasion de son congrès mondial qui se tient à Barcelone jusqu’au 14 octobre.

Ainsi, le guépard de l’Ahaggar franchit un seuil de menace supérieur et rejoint le phoque-moine méditerranéen et la gazelle dama. Bien que le statut de ces deux derniers reste inchangé, des doutes subsistent sur l’existence de la gazelle qui pourrait rapidement rejoindre les espèces éteintes, au même titre que l’oryx et, nouveau venu dans cette catégorie, l’addax.

L’évaluation la plus complète jamais réalisée des mammifères – le point fort de cette nouvelle liste rouge – permet ainsi aux experts d’être plus alarmistes que jamais. La moitié des espèces de mammifères sont en déclin et probablement un tiers sont menacées d’extinction.

« Et la situation réelle pourrait être bien pire, ajoute-t-on à l’IUCN, puisque 836 mammifères sont classés dans la catégorie ‘’données insuffisantes’’.

Et selon certains spécialistes, l’Algérie est pleinement concernée par le manque de données. Plus de trente espèces figuraient sur la Liste Rouge 2007 en attente d’informations pour un classement, à l’instar du fennec ou du lycaon, classés ‘’en danger d’extinction’’, donc leur présence chez nous reste incertaine.

Les mammifères ne sont pas les seuls ; nous manquons aussi d’observations fiables sur les oiseaux : l’ibis chauve et le courlis à bec grêle restent donc classés « en danger critique d’extinction » en Algérie, aux côtés du puffinus mauretanicus, alors qu’ils pourraient avoir complètement disparu.

« Plus nous attendons, plus cela coûtera cher de prévenir des extinctions futures », a indiqué Jane Smart, directrice du Programme des espèces de l’UICN. « A l’heure actuelle, nous savons quelles espèces sont menacées, quelles sont les menaces et où elles se trouvent ; nous n’avons plus d’excuses pour regarder en spectateurs sans rien faire. »

source: http://www.algerie-m...rticle3757.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ali Medhi 07/02/2020 14:00

J'ai déjà vu une meute de six à sept lycaons durant l'hiver 1988 à Bechar sur la hmada de lahmar. C'était vers 6h00 du matin aux abords d'un campement . Il y avaient passé la nuit vraisemblablement. C'était des lycaons j'en suis sûr. Une semaine après quelques ânes errants se sont fait sauvagement attaqués durant la nuit.