Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Focus: " Zones Humides en Algérie #1"

 

 

#1

 

 

Un patrimoine national, une valeur ajoutée potentielle pour bien des économies locales en Algérie...

 

Zone Humide Fleuve El Kebir et retenue collinaire .Tedjani

Beaucoup trop de zones humides comme celle de Oued Kebir (Skikda), sont victimes d'actes irresponsables comme cette retenue collinaire en amont.  On pourra, au passage,  apprècier la différence de couleur d'eau qui suggère  les vertus de ces sites naturels sur le filtrage de l'eau. (Photo: Tedjani K.)

 

 

La Direction Générale des Forêts  algérienne a  répertorié  en 2006 pas moins de 1451 zones humides sur le territoire Algérien.  762 sont naturelles, 689 artificielles.

 

 

Leurs types sont  très variés, ce qui fait de ce pays, un formidable terrain d’exploration pour la préservation des zones humides dans le monde ainsi que leur mise en valeur par une gestion intégrée.  A ce propos l’Algérie a ratifié  en 1982 la Convention de  Ramsar pour la protection des zones humides d’importance internationale, s’engageant ainsi s’investir dans la gestion intégrée ainsi que  la préservation de 50 sites dont la superficie représente, toujours selon la même source officielle,  3 millions d’hectares, soit 50% de la superficie totale estimée des zones humides en Algérie.

 

La Convention de Ramsar définit les zones humides comme  « […]des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d'eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l'eau est stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée, y compris des étendues d'eau marine dont la profondeur à marée basse n'excède pas six mètres ».

 

 

Ce sont des sites autant utiles écologiquement,  que potentiellement très rentables. Selon les Nations Unies, la valeur des zones humides à l’échelle mondiale est estimée à 15 000 milliards d’Euros, ce qui représente  environ la moitié de la valeur globale des écosystèmes planétaire qui avoisine les 33 000 milliards.

 

Elle contribuent au développement d'une grande partie de la biodivesité mondiale alors qu'elles ne représentent que 6% de la surface terrestre.

 Elles sont aussi  donc  rares, mais aussi  fragiles. Il est  possible de dire, pour certains cas, que  leur dégradation peut  s’avérer irrémédiable. Pour d’autres, comme celui  devenu célèbre du Lac Reghaia dans la wilaya d’Alger, des miracles de résurrection sont possibles. Mais faut voir de telles fins heureuses comme des exceptions et  souvent le fruit  de  la succession de  fortuneux événements. 

 

De la santé écologique de ces zones humides,  dépend également celle des hommes et des femmes qui résident à leur périphérie ou dans leur enceinte. Parce qu’elles influent sur la qualité de sources alimentant des régions voisines, le rayonnement de leur rôle écologique est loin d’être local. Un marais peut filtrer jusqu'à 153 000 litres d'eau en une journée. 

 

L'objectif de ce dossier, qui va se développer au fil des semaines et de mes propres recherches, est de vous donner envie d'aimer ces zones humides et, pourquoi pas, de vous investir dans leur protection, ou bien encore, dans  leur mise en valeur. De nombreuses créations d'emplois pourraient être à la clef...

 

Karim Tedjani 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article