Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

 

La «forêt école» d’Azazga attire de plus en plus de visiteurs parmi les amoureux de la nature. En effet, ils sont plus de 3 000 à se rendre chaque année dans cet espace pour découvrir les espèces végétales que compte la forêt de Yakouren, mais aussi les 500 nouvelles introduites depuis quelque temps seulement. Cette ferme botanique, implantée sur une superficie de 25 ha à la sortie est de la ville d’Azazga à proximité de l’hôpital Meghni, constitue même un lieu de recherches pour de nom-breux étudiants de l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou et de Versailles (France). Pour le président de l’association initiatrice de ce projet, à savoir l’Association pour la protection de l’environnement (APE), l’espace est une bouffée d’oxygène pour le large public en général et le public scolaire et universitaire en particulier, avide de ce genre d’espaces en dépit de toutes les potentialités forestières que recèle la région. Il n’a pas manqué de rappeler que la forêt école d’Azazga a été concrétisée grâce au soutien de l’Union européenne à hauteur de 80% du coût de ce projet estimé à plus de 7 millions de dinars. Notre interlocuteur a saisi l’occasion pour rassurer que dans cet espace le visiteur peut se promener tranquillement au milieu d’un paysage féerique composé de plus de 6 000 espèces végétales. «Nous accueillons essentiellement les élèves des établissements scolaires et des étudiants pour des visites botaniques, mais nous comptons mettre en pratique cette collaboration par la signature des conventions avec les universités à l’effet d’un meilleur partenariat qui sera bénéfique pour l’environnement», a encore ajouté le président de l’APE. Pour Belmellat Rachid, l’objectif primordial de cette «forêt école» est la protection des espèces végétales, d’où la nécessité d’associer le maximum de partenaires dans «notre démarche environnementale».

 

 

A ce propos, il a dévoilé que des démarches sont entreprises par l’APE en direction des bailleurs de fonds étrangers dans l’optique de convertir cet espace en maison de l’environnement pour étoffer davantage leurs activités dans ce domaine de lutte contre tout ce qui nuit à la nature dans toutes ses dimensions. Interrogé sur l’état des lieux de la forêt de Yakouren, le président de l’APE est plutôt rassurant, déclarant que le massif forestier commence à «reprendre vie» après des années difficiles, surtout celle de 2007 suite aux nombreux incendies qui l’ont touché. Il ne manquera pas de souligner au passage que des campagnes de volontariat pour le nettoyage de la forêt ou la plantation d’arbres sont régulièrement menées ces derniers temps. Ces campagnes suscitent de plus en plus l’adhésion des citoyens.

Par Hamid Messir

Haut

Copyright 2003 Le Jour d'Algérie. Conception  M.Merkouche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article