Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

Les écologistes l'ont mauvaise. Dans un communiqué, EuropeÉcologie-Les Verts (EELV) se déclare "consterné et scandalisé" par la décision du Conseil d'État d'annuler l'interdiction de cultiver en France le maïs transgénique MON810 de la firme américaine Monsanto. "EELV est consterné et scandalisé par cette décision, qui se fait au mépris de la santé humaine, de la santé animale et de l'environnement."

"Celle-ci survient moins de deux semaines après que Monsanto ait annoncé qu'elle allait retirer toutes ses demandes d'homologations (en cours) de nouvelles cultures OGM dans l'Union européenne en raison de l'absence de perspectives commerciales", ajoutent-ils. EELV "continuera à se battre pour l'interdiction du maïs MON810, seul OGM actuellement cultivé en Europe, couvrant moins de 1 % de l'ensemble des champs du continent européen, et à promouvoir le développement de l'agriculture écologique, idéalement paysanne et biologique, en France et dans le monde, seule à même de garantir sur le long terme la sécurité sanitaire mondiale et la préservation de la santé et des ressources".

Par ailleurs, l'Union nationale des apiculteurs français, la Confédération paysanne, la Fédération nationale de l'agriculture biologique et plusieurs ONG ont appelé jeudi le ministre de l'Agriculture à passer "aux actes". "Le ministre de l'Agriculture prône l'avènement d'une agroécologie, résolument opposée au monopole alimentaire des firmes agroproductivistes", écrivent tous ces acteurs opposés aux OGM. "Pour être cohérent, le gouvernement doit refuser sur nos territoires les cultures de plantes génétiquement modifiées", ajoutent-ils dans le communiqué signé par l'Unaf, la Fnab, la Confédération paysanne, Greenpeace, Les Amis de la terre, FNE, Nature et progrès. "Nous attendons du gouvernement des mesures d'interdiction définitive des cultures d'OGM", poursuivent-ils grâce à "des mesures qui ne doivent plus prêter le flanc à des arguties juridiques".

"Un déni de démocratie"

Pour Olivier Belval, président de l'Unaf (apiculteurs), la levée de l'interdiction, "choquante, c'est un déni de démocratie imposé par les firmes semencières comme Monsanto, cela montre que le système de mise sur le marché des OGM est fait de telle sorte qu'il peut bâillonner une opinion publique et interdire une décision politique". "Maintenant, l'objectif est que le gouvernement bâtisse un moratoire juridiquement solide", a poursuivi M. Belval. "Il n'y a pas urgence car les prochains semis ne se feront pas avant des mois, mais il faut rapidement une position claire du gouvernement pour décourager toute commande de cet OGM, qui pourrait, en cas de nouvelle interdiction, ouvrir ensuite la voie à des demandes de dédommagements", a ajouté le responsable de l'Unaf.

Le Conseil d'État a annulé les mesures prises par la France dans un arrêté de mars 2012 pour interdire la culture du maïs transgénique MON810, arguant que les arguments avancés pour déclencher la clause de sauvegarde, en mars 2012, "n'étaient pas suffisamment étayés". Une décision sera prise "avant les prochains semis qui auront lieu entre avril et juin 2014" concernant l'avenir du maïs OGM MON810, ont annoncé les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement.

 

Le Point

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article