Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

http://www.maghrebemergent.com/images/energie/gisementpap.jpg

 

 

L’Algérie dispose d’une immense réserve de gaz de schiste. C’est ce que disent les études américaines ainsi que les premiers résultats officiels des prospections réalisées par l’expertise nationale.  Une telle découverte devrait  paraitre, à première vue, une bonne nouvelle pour le développement économique de notre pays, si prompt à se  reposer exclusivement sur la rente  qu’elle  tire de ses sous sols.

Mais, une donne  devrait  malheureusement mettre un terme aux rêves de certains quand ils s'imaginent un  aussi prometteur  festin : la technologie utilisée pour extraire ces gaz et pétrole non conventionnels consiste à  fracturer les poches de schiste qui les emprisonnent en pulvérisant à très haute pression des quantités astronomiques d’une eau, à laquelle on a ajouté du sable ainsi qu’une foule de produits chimiques.

Certes, il existe des arguments pour nous rassurer à ce propos. Il serait cependant salutaire de s’interroger  sur la  crédibilité de certains et de leur en opposer d'autres  plus difficiles  à remettre en question par la seule langue de bois. 

Il est régulièrement rappelé aux détracteurs de la fracturation hydraulique horizontale  que la plupart des produits chimiques contenus dans  les fluides de fracturation sont  déjà utilisés dans l’industrie alimentaire. Certes, mais le problème ne se situe pas tant  dans la présence de telle ou telle substance chimique dans ce type de solution, mais bien de savoir dans quelles proportions elles y sont présentes.  Imaginez que les sirops qui sont largement dilués pour obtenir les boissons sucrées que vous consommez tous les jours. Ils sont considérés comme des denrées hautement toxiques à l’état  concentré. La  toxicité d’une substance dépend avant tout de  sa quantité dans une solution chimique. Or, si l’on  connait  la liste des produits adjuvés à l’eau et le sable composant ces fluides de fracturation,  on  n’a aucunement  été informés dans quelle posologie… Il serait donc précipité d’affirmer que tous ces produits  ne sont pas dangereux pour la santé et l'environnement. 

Le Sahara est injustement considérée comme une région désolée, pauvre en biodiversité , sans grand intéret écologique.  On ignore le plus souvent les rôles très importants que cet écosystème peut jouer dans l’équilibre écologique de notre vaste territoire. Une telle ignorance semble largement exploitée par certains pour nous faire croire que bouleverser l’écologie du Sahara  n’aura pas de grandes incidences sur la santé de l’environnement national.

Parce qu’elles évoluent  dans un environnement très hostile, la faune et la flore du désert ont développées des stratégies de survie souvent  très originales. Elles sont donc rares à l’échelle planétaire et, leur présence est essentielle  à  l’écologie d’un espace naturel  aussi fragile et précieux que le Sahara. Le maintien de toute cette vie est un rempart biologique contre l’avancée du désert vers nos côtes, à l’instar de la biodiversité de la steppe pré-saharienne. La désertification est la pire menace qui pèse sur notre pays.

Il en va de même de la présence des Algériens qui peuplent ce désert.  Le maintien de l’activité anthropique participe à limiter l’avancée du désert.  El Oued,  Biskra, par exemple,  n’existent  que par la volonté des hommes et des femmes qui s’y sont installé. Ces régions, certes aux portes du Sahara sont d’ailleurs devenues au fil du temps de  grandes zones agricoles.  Il faudrait cependant   revoir les méthodes d’irrigation utilisées dans ces wilayas, car elles sont trop hydrovores et polluantes . Mais comment  demander ici  de tels efforts quand on fera bien  pire ailleurs ?

Ghardaïa et Ouargla sont des wilayas directement concernées par l’exploitation du gaz et pétrole de schiste. Ces régions ont pourtant un bel avenir touristique et agricole devant elles, on y développe même des projets de développement durable très pertinents, car combinant la plupart du temps tradition et innovation. C’est aussi un patrimoine culturel, une créativité, une économie, que l’on va bientôt s’affairer à polluer: celles des peuples du désert algérien.

Quand on sait qu’il faudra forer pas moins de 12000 puits pour extraire ces gaz et pétrole de schiste avec une technologie très écocidaire… Comment ne pas être inquiet pour la santé de la faune,  de la flore, ainsi des populations qui résident dans le Sahara ?

On pourrait également  évoquer les  risques de secousses sismiques   que fait  apparemment courir une fracturation horizontale des sols exploités…

Il n’a pas été rare d’entendre,  surtout de la part d’experts américains, que la nappe de l’Albien qui va être fortement sollicitée pour la fracturation hydraulique en Algérie est une réserve d’eau potable tellement importante qu’elle devrait suffire. Certes, c’est une des plus importantes d’Afrique, voire du monde. Mais elle est d’origine fossile, donc  difficilement renouvelable et elle joue également un rôle écologique primordial  de maintien de la faune et de la flore locale qui, rappelons-le,  constituent un véritable rempart contre la progression du désert.

Plus le niveau d’une nappe phréatique baisse, plus la salinité  a tendance   à s’accentuer dans les sols environnants  et, c’est encore une fois de plus  le désert qui s’installe !

Notre pays,  accusant une pression démographique croissante,  envisage régulièrement de développer de nombreux projets dans le Sahara afin d’inciter la population à  s’étaler  de façon plus homogène à travers le territoire. Cette ambition dépendra essentiellement des capacités hydriques disponibles. Celles de l’Albien ne seront vraiment pas de trop; à dire vrai, sans elles, rien n'est possible. 

De plus, il ne faut pas oublier que la Tunisie et la Lybie  partagent  avec l’Algérie  cette réserve aquifère. Une Lybie qui, faute d’autres perspectives, en détourne de grande quantité pour alimenter sa grande rivière artificielle. La Tunisie, elle, a également opté pour le gaz de schiste alors qu’elle est déjà en manque cruel d’eau. Elle devra de ce fait, elle aussi, puiser dans cette immense nappe phréatique. Je vous laisse  envisager la guerre de l’eau qui se profile dès 2025, quand l’eau fera terriblement défaut à tout le Maghreb…

Voici donc quelques unes des réponses aux arguments de ceux qui ne veulent pas patienter qu’une technologie moins gourmande en eau et surtout moins polluante permette d’extraire du gaz et du pétrole de schiste.

Notre pays est censé  avoir encore de bonnes réserves de gaz naturel,  de surcroit apparemment sous exploitées. Pourquoi se précipiter sur le gaz de schiste?  A  moins que ces dernières  soient moins importantes  que l’Algérie voudrait le faire croire et, cela  pour des raisons géopolitiques évidentes. Il est impossible de répondre catégoriquement à cette question...

Les conséquences écologiques, économiques et sociales d'une telle exploitation risquent d'être cuisantes et la rentabilité loin  d'être infailliblement  au rendez-vous.

Dans ce cas, il  serait  encore  plus  qu’impératif d’opérer un grand bon en avant vers une autre Algérie. Celle des énergies renouvelables, d’une économie diversifiée et soutenable pour l’environnement, de l’efficacité de consommation, du  recyclage  des déchets, de l’agro écologie, non pas par effet de mimétisme, ou par opportunisme, mais bien parce que la société algérienne doit réaliser que cette mutation économique est la seule voie salutaire pour éviter le pire des avenirs qui se profile pour notre pays, à chaque fois qu’on oublie de respecter   notre environnement…

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article