Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Ce qui fait opposer systématiquement tous les citoyennes et citoyens algériens à l'installation d'une décharge, aussi sophistiquée qu'elle soit, à la périphérie de leurs habitations est du même ordre que les légitimes réserves qu'ont, à propos du gaz de schiste, ceux qui voient encore plus loin que le pas de leur porte ou des limites de leur quartier...

En effet, il est quasiment rare de voir ces C.E.T ou centre d’incinération ne pas provoquer plus de périls écologiques que ce que leur fonction est censée endiguer. Il en va de même pour le gaz non conventionnel. 

Comment  avoir une aveugle confiance dans les capacités de notre nation à veiller à la sécurité environnementale d'une exploitation dont les risques écologiques sont plus qu'avérés et demandent une maîtrise absolue des risques de pollution ? Il serait bon de rappeler que la plupart des sites pressentis pour  y forer des puits de gaz de schiste sont à un plus ou moins proche voisinage de  la nappe phréatique de l’Albien , une  réserve d’eau fossile, certes gigantesque, mais peu renouvelable  et extrêmement vulnérable à toute perturbation de nature anthropologique…

En cinq ans de voyages à travers le pays, je n'ai trouvé que trop peu de problématiques écologiques résolues par les instances étatiques en charge d'y remédier ou de les prévenir. Parfois, même, ce sont elles la source ou le principal facteur d'accélération du péril...

En ce qui concerne la gestion de nos ressources hydriques, s’il faut se féliciter des efforts concrets accomplis  d’un point de vue quantitatif, quand il s’agit de la qualité et de l’efficacité des services, il n’est plus possible de garder le même degré de satisfaction.

Notre réseau de canalisation, à l’échelle nationale est un vrai tuyau percé. Le gaspillage est devenu la norme. Le parc de stations de traitement et d’épuration en Algérie est encore trop anecdotique. L’état de nos oueds et  de nos zones humides, même, protégées,   est la plupart du temps alarmant de pollution. L’eau du robinet est souvent trop calcaire et chlorée. Si les barrages affichent des taux de remplissages record, ils n’en demeurent pas moins trop régulièrement envasés et les A.E.P auxquels ils sont connectés parfois incapables d’en supporter normalement le débit…Ces grandes étendues d’eau provoquent également de profonds bouleversements  microclimatiques, au point de  modifier la biodiversité des régions qu’ils occupent.  

Aucune négligence, faute d’attention ou bien encore mauvaise gestion n’est tolérable à ce propos, surtout quand on sait que l’eau douce est en passe de devenir la valeur talon dans notre zone géopolitique tant le Maghreb est menacé dès 2020 de subir les affres d’une cuisante pénurie d’eau. C’est encore plus vrai quand il s’agit d’une des plus grande réserve d’eau douce au monde.

L’eau est source de vie, mais également indispensable à toute production humaine, industrielle ou bien même artisanale. Tout produit fabriqué a été conçu,  en aval comme en amont,  grâce à une quantité d’eau  que l’on qualifie de "virtuelle".

Ainsi, pour calculer, par exemple, celle nécessaire à la production d’un tee-shirt, on prendra compte la culture du coton, l’eau présente dans le carburant pour le transport, allouée à l’entretien des machines et également à son conditionnement comme le lavage avant mise en vente. Voici que ce plus  simple des vêtements  aura coûté pas moins de 300 litres d’eau virtuelle pour arriver jusqu’à votre peau ! Un kilo de viande rouge, lui, représente pas moins de 1000 litres d’eau. Et encore, ces chiffres correspondent à des contextes ou le taux de fuite n’excède pas les 10% ; chez nous, on frôle les 30% régulièrement…

Ce capital hydrique est en fait celui de notre future industrie et agriculture, de notre tourisme, lui aussi très hydrovore. C’est une réserve qui ne sera pas de trop si on désire un jour, vraiment diversifier notre économie, comme cela semble être la chose la plus salutaire à faire pour garantir aux générations futures une Algérie souveraine et indépendante dans tous les domaines où elle a le devoir de l’être…

La question de l’eau, en ce qui concerne le gaz de schiste,  n’est donc pas seulement d’ordre environnemental, mais encore plus une préoccupation  purement économique. Elle est au centre de toutes les ambitions de développement de notre pays, pas seulement du Sahara. C’est elle qui décidera de notre réelle capacité à inverser la tendance suicidaire qui fait de notre pays un importateur maladif vers une nation capable de s’auto suffire et d’exporter.

Car, rappelons-le, sans eau rien ne se produit…

Karim Tedjani. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article