Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web NOUARA

Portail Algérien des ENERGIES RENOUVELABLES  

Dimanche 27 janvier 2013

Le projet de loi sur les hydrocarbures a présenté été présenté par M. Youcef Yousfi, ministre de l’Energie et des Mines devant les membres du Conseil de la nation.

Devant les sénateurs qui ont affiché leur réticence quant à l’utilisation de la nouvelle technique en matière d’exploration du gaz de schiste, le ministre s’est voulu rassurant, tout en s’interrogeant : "est-ce que nous avons le choix, sachant qu’avec les techniques actuelles, les puits de pétrole de Hassi Messaoud ne produisent que 25% de leurs capacités, alors que notre demande en pétrole et gaz ne cesse d’augmenter ? Il faut choisir entre le maintien de l’actuelle production, qui reste dérisoire devant la demande, ou passer à une étape de production qui couvre nos besoins en la matière", a tenu à répondre le ministre aux sénateurs.

Yousfi a insisté sur le fait que nos réserves d’énergie conventionnelle ne nous suffiront pas dans les cinq années à venir et qu’il est probable que, dans un avenir très proche, les hauts responsables de l’Etat cesseront l’exportation du pétrole et du gaz pour couvrir notre consommation.

Le ministre cite l’exemple d’autres pays comme les USA, l’Allemagne, le Grande-Bretagne, la Russie, la Chine qui ont commencé l’exploitation du gaz de schiste. "Est-ce que nous sommes plus intelligents que ces pays ? Pourquoi les Etats-Unis n’optent-ils pas pour l’énergie solaire ?", s’est interrogé le ministre. "Parce qu’elle coûte très cher. Avec l’utilisation des nouvelles techniques, nos réserves vont augmenter 10 fois plus. Que ce soit du pétrole ou du gaz, le danger écologique est le même", précise Youcef Yousfi, qui dira que l’Algérie a les potentialités humaines et matérielles pour éviter tout danger écologique ou géologique qui pourrait être provoqué par l’exploration des sites de gaz de schiste. Le ministre est également revenu sur la consommation d’électricité qui a augmenté de 18% en 2012, c’est-à-dire doublé en cinq ans. "Où va-t-on avec cette demande qui ne cesse d’augmenter et avec quoi y faire face dans les années à venir ?", s’est interrogé le ministre, convaincu que seule l’utilisation de nouvelles techniques comme l’exploration du gaz de schiste pourrait éviter à l’Algérie une crise en matière d’énergie.

Par ailleurs, M. Yousfi a annoncé que "l’Etat a commencé à réévaluer son système de sécurité dans les sites pétroliers pour sécuriser ses infrastructures et les personnes". Il a également déclaré qu’"aucune société étrangère activant dans le sud n’est partie définitivement. Il est vrai que des travailleurs de ces sociétés ont été terriblement affectés par ce qui s’est passé au site de Tiguentourine. Pour cela, ils ont pris un congé, façon de changer et d’oublier ce qui s’est passé".

M. Benkeddada

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article