Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Environnement

http://www.leconews.com/

03JUIL. 2014

14:03

L’aventure de l’exploration du gaz de schiste en Algérie commence dès cette année. Le groupe Sonatrach compte forer quatre puits d'exploration de ce gaz non conventionnel dans les bassins d’Illizi et d'Ahnet, au sud d'In Salah. 

 

Suite à l'autorisation accordée par le Conseil des ministres à Sonatrach de mener un programme de forage de 11 puits étalés sur 7 à 13 ans, la compagnie publique d’hydrocarbures compte forer durant cette année quatre puits d'exploration de ce gaz non conventionnel dans les bassins d'Ahnet et Illizi.  Ces puits font partie des 117 puits que Sonatrach compte forer avec ses propres moyens en 2014, a appris aujourd’hui l’APS auprès du groupe pétrolier.

Le Conseil des ministres avait donné, en mai dernier, son accord pour le lancement des procédures requises en direction des partenaires étrangerspour l’évaluation du potentiel non conventionnel du pays. Il a été souligné que «les projets d'accords pour entamer les prospections seront soumis le moment venu à la décision du Conseil des ministres», notant que les premières indications disponibles laissent entrevoir des capacités nationales «appréciables» en gaz et huile de schiste ainsi que des perspectives «prometteuses» en terme de quantités récupérables.

L’expérimentation avait été déjà commencée en 2012 quand Sonatrach avait réalisé le premier forage schiste à Ahnet, un puits expérimental qui lui a permis d'approfondir davantage ses données sur les réserves gazières non conventionnelles de ce bassin. Selon la même source, les études croisées menées sur ce gisement par la Sonatrach et aussi par des bureaux de consulting internationaux ont permis au groupe d’avoir une meilleure estimation du potentiel du sous-sol qui sont très encourageantes.

Une étude réalisée par le département américain de l'énergie (DoE) en collaboration avec la firme américaine Advanced Resources International, une  société de consultants des industries des hydrocarbures à l'échelle internationale, a révélé qu’outre le bassin d’Ahnet, l'Algérie compte six autres bassins renfermant le gaz de schiste. Il s'agit des bassins de Mouydir, Berkine-Ghadames, Timimoun, Reggane et de Tindouf qui contiennent des réserves techniquement récupérables.

L’exploitation du gaz de schiste qui a suscités mille et une interrogations allant jusqu’à diviser les experts et les parlementaires notamment sur les risques environnementaux et les dépenses colossales qu’elle nécessite, se veut comme diversification des ressources énergétiques du pays.

D’ailleurs, Sonatrach ambitionne de renouveler les réserves pétrolières et gazières du pays en mobilisant 102 milliards de dollars d'investissements d'ici à 2018, dont 60% seront destinés essentiellement à la recherche et à la production des hydrocarbures, ajoute la même source. L'intensification de l'exploration menée depuis quelques années laisse présager un important potentiel de réserves qui reste à découvrir, relève-t-on.   Rien que pour l’année précédente, plus de 30 découvertes ont été réalisées, dont 28 par Sonatrach en effort propre.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article