Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale

Jeudi 10 octobre 2013/

Pour les Etats-Unis, le gaz et le pétrole de schiste sont une vraie révolution énergétique.

 

 

La production de gaz et de pétrole de schiste aux États-Unis booste l’économie américaine. La plupart des pays qui en possèdent dans leurs sous-sols s’engagent dans l’exploration de leurs réserves.

 

Révolution américaine

 

Pour les experts en matière première, le gaz et le pétrole de schiste, « c’est la plus grande révolution énergétique que le monde a connu depuis bien longtemps… ». Concrètement, cette révolution ne touche pour l’instant que les États-Unis le Canada, les deux seuls pays à s’être lancés dans l’exploitation de ces nouvelles ressources. Depuis sept ans, les puits de forage ont poussé comme des champignons sur le territoire américain. On en compte plusieurs centaines de milliers.

 

Premier producteur mondial

 

Les Shale Gas (nom anglais du gaz de schiste) ont tiré la production globale des États-Unis. Le pays est devenu autonome en gaz, et, au passage, premier producteur mondial. Pour le pétrole, il devrait être indépendant entre 2025 et 2030 ; et, d’après l’Agence internationale de l’énergie (AIE), le premier producteur au monde dès 2020.

 

Ils ont également boosté l’industrie américaine (grosse consommatrice d’énergie) et l’emploi. Selon diverses sources, entre 400 000 et 650 000 emplois directs et indirects auraient été créés. Et les prévisions sont assez incroyables : entre 1,6 million et 3 millions dans les quinze prochaines années.

 

D’importantes réserves

 

L’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) a estimé, en juin dernier, les réserves de pétrole de schiste que l’on peut exploiter à 345 milliards de barils dans 41 pays, sur les continents américain, africain, asiatique, européen… Les réserves de gaz, toujours exploitables, seraient de 7 299 milliards de pieds cubes (1).

 

Côté pétrole de schiste, les plus importantes réserves seraient en Russie, puis aux États-Unis, en Chine, en Argentine. Côté gaz, les États-Unis arrivent en tête, suivis par la Chine, l’Argentine et l’Algérie.

 

On explore…

 

La plupart des pays concernés ont décidé d’aller fouiller leur sous-sol. Avec plus ou moins de volontarisme, chacun devant faire avec des oppositions remontées. Il y a donc des indécis qui ne mettent que le bout du pied…

 

Actuellement, sur le continent européen, des explorations sont prévues (ou en cours) au Royaume-Uni, au Danemark, aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne, en Suède, en Lettonie, en Roumanie, en Espagne, en Hongrie. En Lituanie, en Pologne, en Ukraine, l’exploitation est décidée, ces trois pays souhaitant s’affranchir de leur dépendance au gaz russe.

 

Ailleurs, la Chine, l’Australie, l’Afrique du Sud, l’Algérie, l’Argentine, le Mexique explorent.

 

France et Bulgarie : c’est non pour l’instant

 

Deux pays font de la résistance : la France et la Bulgarie qui interdisent exploration et, forcément, exploitation. Et d’autres qui préfèrent pour l’instant favoriser gaz et pétrole conventionnels, leur richesse nationale : la Russie et les pays du golfe Persique.

 

Yann BESSOULE.

 

(1) 1 pied cube = 0,028316846592 m3.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article