Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

http://rapideinfo.net/

 

Lundi, 18 Août 2014 13:13

La tentation d’exploiter les réserves de gaz de schistes est forte au Maghreb et surtout en Algérie, un pays qui possède les troisièmes réserves mondiales. Les données de l’EIA (U.S. Energy Information Administration), un organisme qui fait référence en matière d’énergie sont apparemment flatteuses puisqu’elle évalue les réserves de gaz de schiste techniquement récupérables à 707 Tcf.

Sonatrach envisage en effet de forer 4 puits à Ahnet et Illizi pour son exploration et l’Algérie annonce un plan d’investissement de 100 milliards de dollars prévu sur la période 2014-2018.

Le recul que nous possédons désormais grâce aux expériences américaines et polonaises prouve que tous les chiffres sont erronés et, surtout, que cette industrie n’est pas rentable. Les derniers rapports de l’EIA révisent d’ailleurs à la baisse les réserves américaines comme l’illustre le graphique ci-dessous.

USA Poduction et imports gaz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est essentiel de rappeler que l’Algérie possède les 2/3 de l’aquifère du Sahara septentrional recélant environ 31 000 milliards de m3 d’eau qui s’étend sur plus d’un million de kilomètres carrés sous l’Algérie, la Tunisie et la Libye. Or, la grande majorité des gaz de schistes algériens (sauf le réservoir de Tindouf) se trouve sous cette eau. En cas de pollution, la catastrophe serait totale.

 

Pour une exploitation à grande échelle, l’Algérie devrait investir 300 milliards de $ dans les gaz de schistes. Un non sens puisqu’un puits à une durée de vie de 5 ans avec un coût de démantèlement équivalent à celui de sa mise en place avec une catastrophe écologique au final.

 

Les décideurs algériens raisonnent pour le moment à l’envers. La priorité n’est pas d’accroitre la production, mais de diminuer la consommation. Le passage à l’hybridation de toutes les centrales électriques est donc la priorité des priorités à mettre en place dès. Les grandes villes devraient de plus s’équiper de centrales solaires thermiques qui permettent désormais techniquement de produire une électricité à flux régulé qui pourrait être optimale par l’utilisation généralisée des smart grids (un réseau de distribution d’électricité “intelligent”).

 Non-sens économique, bilan carbone lamentable, pollution environnementale sans précédent, cette source d’énergie ne doit pas être développée au Maghreb, une région dont le trésor le plus précieux est l’eau.

Gilles Bonafi

http://gillesbonafi.blogspot.fr/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article