Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

07-02-2015
Edition interactive calaméo



Le mouvement de contestation pour protester contre le projet "d’exploitation du gaz de schiste" s’est poursuivi, samedi à Ouargla, par un rassemblement pacifique de dizaines de citoyens à la place Souk-Lehdjar, au centre ville de Ouargla, pour exprimer leur rejet dudit projet, a-t-on constaté.

Les manifestants ont, lors de cette action de protestation, brandi des banderoles mettant en avant leur refus de ce projet, en scandant des slogans.

Des protestataires ont, dans leurs prises de parole, relayé certaines idées sur le projet d’exploitation du gaz de schiste dans la région d’In-Salah et les séquelles encourues, dont notamment "les dangers" pesant sur l’environnement et les citoyens, avant de se disperser dans le calme.

Des groupes de citoyens ont entamé depuis jeudi un sit-in pacifique ouvert au même lieu, pour exprimer leur rejet d’exploitation du gaz de schiste, où a été dressée une tente ayant servi, vendredi, de tribune pour animer une communication sur le thème par un enseignant de l’université de Kasdi Merbah de Ouargla.

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, avait indiqué, lors du récent conseil restreint, que les forages tests initiés à In Salah, "seront achevés à très brève échéance", et que l’exploitation proprement dite de cette énergie nouvelle "n’est pas encore à l’ordre du jour".

Le chef de l'Etat avait précisé aussi que si l’exploration de ces nouvelles ressources nationales en hydrocarbures s’avère nécessaire pour la sécurité énergétique du pays à moyen et long termes, le gouvernement devra, cependant, "veiller avec fermeté" au respect de la législation par les opérateurs concernés pour "la protection de la santé de la population et la préservation de l’environnement".

Deux délégations parlementaires, conduites par le vice-président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Djamel Bouras, et le président de la commission des affaires économiques, de développement, de planification et du commerce, Ahmed Saâdani, ont saisi l’opportunité de leur présence dans la région d’In-Salah aux fins de s’enquérir de la situation du développement et des préoccupations de ses habitants, pour rencontrer des notables et élus locaux avec qui ils ont échangé des vues sur la question du gaz de schiste.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article