Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 
Logo Liberté Algérie 

 04 Avril 2013 09:50 

Par : D. LOUKIL

Ce sont les conditions de travail en général qui sont dénoncées dans ce mouvement de grève, qui vient d’être déclaré illégal par la justice, suite à une action en référé de la direction.

Alors que le gouvernement fait de la question de la gestion des déchets ménagers une priorité pour les années à venir, avec comme recommandation plus de professionnalisme et l’amorce d’une accélération de la privatisation du secteur, un conflit social à Oran autour de la gestion de l’Epic Oran-Propreté vient apporter un éclairage sur, justement, cette question de gestion. S’il est intéressant ici de parler de ce conflit opposant les  agents de nettoiement, en grève depuis une semaine, à leur direction à l’Epic d’Oran, c’est que cet établissement n’en est pas à son premier conflit et traîne, indirectement même, une affaire en justice visant l’un de ses anciens responsables, condamné à de la prison ferme en appel. Affaire liée à la gestion, aux recrutements, et qui se trouve à l’heure actuelle en cassation devant la cour suprême. De plus cette Epic, présentée lors de sa création comme la panacée pour régler le problème de la collecte et de la gestion des déchets ménagers, a déjà consommé pas moins de trois directeurs avec des problèmes de trésorerie récurrents en raison de difficultés de recouvrement de créances auprès des collectivités locales, du manque de moyens en matériels, lorsqu’il n’est tout simplement pas adapté au cahier des charges de l’Epic Oran-Propreté. Les revendications des travailleurs, dont une majorité sont, selon les représentants syndicaux, pour la grève, portent, entre autres, sur l’exigence du départ du directeur et d’un de ses adjoints, accusés d’autoritarisme ayant engendré un climat de travail délétère, et sur les procédés de gestion. Mais dans le lot des revendications figurent surtout des points sur l’absence de moyens de protection en nombre suffisant pour les travailleurs et, par extension, sur les risques liés à leurs activités professionnelles : risques d’accidents, d’infection. L’octroi de primes est aussi au centre de la plate-forme de revendications. Ce sont les conditions de travail général qui sont dénoncées dans ce mouvement de grève qui vient d’être déclaré illégal par la justice suite à une action en référé de la direction. L’actionnement de la justice pour une grève “illégale”, ce que récusent les cinq représentants syndicaux entendus par un juge dans ce cadre, passe sous silence la gestion de l’Epic, la question des moyens, alors que la wilaya d’Oran a toujours eu un certain de droit de regard sur cet établissement. D‘ailleurs, le wali optait, ce mardi, lui aussi, pour une déclaration “affirmant l’illégalité de la grève” et de considérer la demande du départ du directeur comme étant une revendication totalement infondée et ne relevant aucunement d’une décision des travailleurs. Plus concrètement aussi pour les citoyens, c’est le spectacle habituel des immondices qui s’entassent jusqu’à la prochaine grande opération de volontariat et d’éradication des ordures.


D. L

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article