Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Economie verte en Algérie - "Guerbes Sanhadja : un complexe pétrochimique plutôt qu'un pôle Est du développement durable..." Par Karim Tedjani.

 

              Photos-des-articles-4116.JPG

Cet enfant de Guerbes Sanhadja nous montre que l'on peut utiliser la force du vent tout en recyclant une bouteille en plastique usée. Cet ingénieux bambin, sans le savoir, applique un  des principes fontamentaux  du développement durable qui tarde à faire école  dans notre société. (Photo: Tedjani K.)

 

 

Une autre vision du développement validée par l’Algérie lors du dernier sommet  international de « Rio+20 »

  « Nous nous trouvons face actuellement à un défi complexe. Il ne suffit pas de protéger l'environnement. Nous devons encourager les décideurs publics et privés à intégrer des préoccupations environnementales et sociales dans leurs programmes économiques et leurs stratégies de croissance. »

  Voilà le constat que  propose aux lecteurs du Monde.fr  Antonio Patriota, ministre des relations extérieures du Brésil , pays membre et hôte du sommet international « Rio+20 » qui s'est déroulé l’été dernier. La notion d’économie verte , évoquée lors d’une assemblée générale  en 2009, a été  cette fois-ci confirmée comme étant  un outil de développement pertinent  pour l’Humanité. Car il a  pour finalité de  s’appliquer à toujours trouver un terrain d’entente entre les contigences sociales, économique et environnementales qui incombent à une nation dont l’ambition  est de s’assurer un devéloppement perénne et soutenable pour l'environnement.

 

« L’Algérie a été confortée dans [certaines de] ses actions nationales »

C’est ce qu’a déclaré à ce même propos Mourad Benmehidi, répresentant permanent de l’Algérie à l’ONU et président du G77 dans une interview accordé au quotidien algérien « Liberté » (Edition du 17 juillet 2012). A ce dernier même d’ajouter que  « L’Algérie n’était pas parmi les pays les plus réticents à une orientation en faveur d’une économie, innovante, créative et respectueuse de l’environnement ». « Nous fesons déjà de l’économie verte », selon lui,  dans les secteurs de la gestion de l’eau, la restauration des sols ainsi que le développement de notre potentiel en énergies renouvelable  qu’il n’hésite pas à qualifier de « considérable ».

 

 

 

Protéger Guerbes, c’est assurer une gestion ainsi qu’un  traitement naturel des ressources hydriques à toute une région de notre pays

Guerbes Sanhadja est une région qui abrite un complexe de zone humide parmi les plus renommé et important d’Afrique du Nord et de la Méditérannée au point de répondre à cinq des neuf  critères institués l’article 2.2  de la Convention internationale  Ramsar protégeant  les zones humides à travers  le monde (1,2, 3 ,6 et 8).

Le rôle des zones humides dans le cycle hydrologique, et donc dans la gestion de l’eau, est essentiel car il assure son bon fonctionnement et préserve les ressources en eau à long terme.  En tant que zone humide, la région est également un philtre naturel qui garanti la qualité des eaux naturelles de nombreuses communes voisines.

Signalons au passage que le massif dunaire continental de la plaine de Guerbes est un  réservoir hydrique d’environ 40 hectomètres  cubes.  L’oued el Kebir , qui la traverse par méandres  pour venir se déverser dans la mer,  alimente ainsi  un série de collections d’eaux naturelles et artificielles.

La région de Guerbes Sanhadja est à ce titre  un cadre de recherche et d’expérimentation dans le domaine de l’hydrologie, l’aquaculture  et surtout  le traitement non chimique des eaux . Maitriser le cycle ainsi que le traitement naturel de l’eau est gage de grande économie d’énergie puisque cette maitrise ne fait pas appel à des stations d’épuaration industrielles très energivores.

 

 

La restauration du couvert végétal du cordon dunaire de la baie de Guerbes garante de la santé des sols ainsi que de la stabilité du climat régional

Les maquis ainsi que la suberaie de la zone côtière de Guerbes Sanhadja jouent une fonction très importante dans l’équilibre de l’écosytème de cette zone naturelle et rurale. Elle permettent d’endiguer l’érosion des sols par le vent, le sable et surtout le sel marin. Ce couvert végétal est un écosystème non seulement complexe mais surtout très fragile et  très long à restaurer.

Depuis 1985, la région de Sanhadja connait un appauvrissement progressif et aigue de la qualité de ses sols. Les agriculteurs locaux, dans une région socio-économiquement sinistrée, n’ont pas trouvé d’autre moyen pour se développer que de nuire à ce rempart naturel pour étendre leur champs. En s’enrichissant au présent, ils appauvrissent leurs sols pour des générations. De plus leurs pratiques de cultures n’intégrent ni la gestion de l’eau, ni le soucis d’utiliser des intrants phytosanitaires  aux normes internationales. La région a pris depuis des airs de désert et le phénomène semble se propager vers la baie ainsi que la plaine de Guerbes.

De la restauration de ce couvert végétal, de la suberaie de chênes liéges et verts, dépend tout l’avenir d’une localité et par extrapolation d’une zone géographique de notre pays. Quand les arbres se mettent à disparaitre,  les terres s’appauvrissent, le désert fait son apparition et  le climat  d’une région se réchauffe inéluctablement. Puis, le phénomène se met à toucher des régions voisines à cause de leur interdépendance avec un écosystème mitoyen, surtout si il est  aussi rare et fragile .  « L’effet papillon » à l’échelle régionale…

Cette restauration passe par une meilleure gestion de la forêt, une agriculture et un élévage intégrés ainsi qu’une mutation des modes de production et de consommation  des locaux. Cette transition  doit être un savant mélange de découvertes et de redécouvertes, d’innovations et de restaurations. Des milliers d’emplois  durables et des centaines de formations pourraient bien-être à la clef pour toute une génération qui saura mieux accorder notre développement à notre environnement autour d’une notion aussi simple à évoquer qu'ardue à atteindre  : le bien-être.

 

 

La baie de Guerbes, une formidable opportunité de développer les énérgies renouvelables et un éco-tourisme  tant balnéaire, scientifique que de montagne.

Les plages de Guerbes ne sont pas alimentées en électricité. C’est ce qui fait leur charme parfois, quand on sait qu’elles sont très peu fréquentées pour la plupart. Cependant, la première est devenue une veritable attraction pour des estivants venu des quatre coins de l’Est de l’Algérie. Sans courant et eau potable, ni véritables infrastructures, un tourisme de fortune s’est installé sur un « ilôt » qui fut jadis un petit port antique. De plus, certains locaux résident aux alentours et leurs conditions de vie, sans éléctricité sont très précaires.

A cause de ces carences, une pollution s’est installée ainsi que de très mauvais comportements à l’égard de l’environnement. 

Pourtant, pendant tout l’hiver un vent puissant et persistant souffle sur l’ilôt de Guerbes  au point qu’il vous empêche parfois même de marcher . Dès le printemps, jusqu’à la fin de l’automne, c’est le soleil qui pourrait alimenter cette plage ainsi que les quelque foyers aux alentours.

Comme rien n’a été fait sur cette plage qui a pourtant un grand succès, tout est permis. Il serait possible d'en faire une plage pilote pour une gestion durable du tourisme balnéaire. Gestion des déchets, sensibilisation et contrôle de estivants, traitement de l’eau, entretien des systèmes, tant de secteurs économiques verts pourraient participer à faire de cette baie un exemple de développement durable méditerranéen. Là aussi, des emplois et des qualifcations sont à la clef..

 

Un choix de vision pour l'avenir

Construire un complexe pétrochimique dans une région qui abrite une zone naturelle protégée et rare alors qu'un plan de développement a été officiellement été décidé entre le PNUD et notre pays  pour la restaurer ainsi que la développer durablement, soulève exactemment les mêmes réserves que le choix d'exploiter plutôt du gaz de schiste dans un pays en stress hydrique que de s'activer à développer les énergies renouvelables sur un territoire qui regorge de soleil et de sources chaudes...

Si  Guerbes deviendra  un jour un pôle industriel comme un autre dans une région qui aurait pû être un pôle de développement durable parmi les plus stimulant d'Afrique du nord et pourquoi pas de la Méditérranée , alors ce sera très symbolique quant à  la vision que  notre gouvernement pourrait avoir du développement durable .  Cela voudra dire également que le crime d'El Kala n'aura pas servi de leçon, que les jours d' El Kantara sont effectivement bien comptés... Que le Ministère de l'Amenagement du Territoire et de l'Environnement de l'Algérie n'a pas le pouvoir d'accomplir sa mission alors qu'il déborde en ce moment  d'annonces  pertinentes et de déplacements judicieux sur le terrain...

                                           

 

"Non au projet de centrale pétrochimique dans la région de Guerbes Sanhadja (Skikda-Algérie)"            SIGNEZ LA PETITION

 

REJOIGNEZ SUR FACEBOOK  LE COLLECTIF "POUR UN DEVELOPPEMENT VERT DE GUERBES SANHADJA"

 

 

 

 

Annexe: 

 

 

Pour découvrir  et en savoir plus sur la région de Guerbes Sanhadja :

                                                                                                Le portail de Guerbes

 

Albums photos sur Nouara: 

                             Le maquis de Guerbes massacré. Tout l'équilibre d'une région menacé... Le maquis de Guerbes massacré. Tout l'équilibre d'une région menacé...

 

                             Guerbes Guerbes

                             Le-maquis-et-la-subraie-de-Guerbes-Sandhaja-en-danger Le-maquis-et-la-subraie-de-Guerbes-Sandhaja-en-danger

                                                                                                                                                  

 Pour en savoir encore plus         Plan du PNUD prévu pour Guerbes Sanhadja: 


 

 

 

 

 

 

tags: zone humide, algérie, guerbes,developpement,vert, petrochimique

 


 

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article