Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

 

 

 

Les ministres de l'Environnement des 5+5, réunis au début de la semaine à Oran, ont mesuré l'ampleur des dégâts que subit la Méditerranée. D'où cette décision jugée "importante de créer un observatoire de la Méditerranée". Le ministre de l'Environnement, de l'Aménagement du territoire et du Tourisme, Chérif Rahmani, a souligné que les ministres des 5+5 ont convenu d'intensifier le "contrôle et l'évaluation en vue de tracer des programmes et des actions pour protéger la Méditerranée".

Des consultations informelles qui "nécessitent l'association de plusieurs département ministériels", a déclaré Chérif Rahmani sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale. La protection de la Méditerranée ne pourrait se faire sans les moyens financiers qui sont disponibles grâce aux taxes instaurées par les Etats, comme la fiscalité écologique en Algérie qui impose une taxe aux pollueurs. Le ministre de l'Environnement a affirmé également, que la dépollution de la Méditerranée bénéficie de financements internationaux comme les fonds des Nations unies et de l'Union européenne. Le tout est d'arriver à créer une solidarité entre les pays frontaliers et travailler pour la mobilisation des fonds nécessaires. Au plan national, Chérif Rahmani n'a pas manqué de souligner que la côte algérienne a subi des désagréments dus à "l'industrialisation, l'urbanisation et le transport des hydrocarbures avec 350 000 tonnes qui traversent quotidiennement la côte algérienne, alors il est impératif de maîtriser cette situation". Pour ce faire, il a rappelé la promulgation de la "loi sur le littoral qui a réussi à mettre un frein à ces phénomènes".

Mais, pour Chérif Rahmani, le plus urgent est de réduire l'utilisation des énergies fossiles et promouvoir les énergies renouvelables à travers la loi élaborée à cet effet en collaboration avec le ministère de l'énergie. Le ministre considère que l'Algérie dispose de potentialités dans le domaine du solaire, de l'éolien qui sont "sous exploitées". La coopération dans ce domaine avec les pays développés comme les Allemands est recommandée.

Mais au préalable, poursuit le ministre, "nous devons montrer notre disponibilité à aller vers ce choix et mettre en place des pactes technologiques". Chérif Rahmani salue au passage les progrès enregistrés en Algérie, comme la réalisation de "villes dédiées aux énergies renouvelables". Néanmoins, le ministre ne se fait pas d'illusion et se montre très pragmatique sur la question du transfert de technologie que tout le monde souhaite. "Nous devons compter sur nous-mêmes et sur notre ressources humaine pour le développement des énergies renouvelables", a-t-il précisé.

Abdelghani M.

Source: http://www.lemaghrebdz.com/lire.php?id=25983

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article