Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

   

28/

  

A l’occasion du salon de l’aviculture et la chèvre qui s’est tenu dernièrement à Oran, salon organisé par l’association nationale des vétérinaires en collaboration avec l’association interprofessionnelle de production animale (AIPA) et le groupe avicole de l’Ouest (GAO), le Dr Assal Nasser-Eddine a bien voulu répondre à nos questions.Green Algérie : pouvez-vous nous donner votre appréciation sur ce salon ?

Mr. Nasser-Eddine Assal : ce salon a été conçu pour promouvoir des viandes à moindre coût et dégager une source alternative à la production de lait en Algérie. Je l’ai organisé avec des partenaires nationaux et internationaux afin d’encourager le développement de ces deux filières.


G.A : la première conférence que vous avez présenté en marge de ce salon, a abordé le thème de : quels choix alimentaires pour nourrir demain l’humanité. Ce thème n’est-il pas prétentieux de votre part ?

N.A : le thème que j’ai choisi n’est pas fortuit. Il est né de ma profonde conviction, que l’Algérie grâce à ses énormes potentiels hydrique et agricole, aura à jouer en moins d’un demi-siècle, un rôle majeur en fourniture de céréales à une partie importante de la population de la planète, si on s’y attèle dès à présent.

G.A: vous avez dressé un tableau quelque peu sombre sur l'alimentation au niveau mondial. Vous avez également abordé celui des espaces non utilisés dans les pays de l’OCDE alors que ceux-ci peuvent nourrir des populations à travers le monde. Peut-on avoir plus de détails?

N.A : il faut savoir que l'agriculture est le secteur le plus porteur aujourd'hui au niveau mondial. Toute la finance internationale s'intéresse à l'agriculture, plus particulièrement aux terres agricoles et aux endroits où il y a de l'eau douce. Pourquoi les terres sont maintenant laissées en jachère? Parce qu'il y’a une règle de l'offre et de la demande. Les occidentaux ont les surfaces agricoles en jachère les plus importantes dans le monde pour le moment (environ 40 millions d'hectares). Ils ne veulent pas les utiliser. Il y a une logique commerciale à cela, qui fait que des sociétés comme Carguil, Dreyfus, Arthur Daniels Midland…, s'opposent à ce que les prix s'effondrent. Ces sociétés contrôlent plus des 80% de commerce des céréales dans le monde. En sus de cette opposition, il y a une spéculation outrancière sur les produits agricoles.

En marge du gel des terres agricoles, nous assistons à une accaparation des terres en Afrique et dans les pays de l'ex-URSS, en prévision des pénuries alimentaires qui vont inéluctablement avoir lieu. Aussi, les occidentaux les laissent en jachère pour que les prix ne s'effondrent pas mais lorsque ceux-ci repartiront à la hausse, ils vont les valoriser.

 

 

Lire la suite: (...)

 

 

28/03/2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

AHMED ELNOUR 05/04/2010 00:53



Est-ce que cela est vraiment bon pour les sols?Un tel type d'agriculture est axés sur la monoculture qui, il n'est plus besoin de le rappeller appauvri grandement la qualité des terroirs.


Une optique plus raisonnée et écologique pourrait largement être plus payante pour l'environnement et la santé des algériens.