Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

http://www.elwatan.com/

 

Les vétérinaires tirent la sonnette d’alarme


le 21.02.13 | 10h00

Pesticides, germes pathogènes, moisissures, toxines, résidus médicamenteux, dont les antibiotiques... Résultat : émergence de fléaux sanitaires dus aux fraudes alimentaires. «Beaucoup d’aliments contiennent des germes, à l’image des salmonelles, certaines souches pathogènes d’escherichia coli. D’autres aliments sont à l’origine de la brucellose, la tuberculose ou encore de la listériose en Algérie», affirme Dr Cherifi, vétérinaire, ayant déjà exercé en Allemagne, installé actuellement en Algérie. «Les laitages (et surtout le lait cru), la viande ou encore les œufs sont les aliments les plus infectés qui sont à l’origine de pathologies graves», explique ce vétérinaire. Les traces de salmonelle sont souvent relevées sur des filets de dinde, de poulet, les abats et les œufs.Plusieurs vétérinaires que nous avons interrogés, hier, étaient unanimes : «Beaucoup de produits de consommation courante en Algérie sont potentiellement dangereux pour la santé.»

Cette bactérie est responsable de milliers d’hospitalisations par an en Algérie. «Il faut que les producteurs soient contrôlés. Or, aucun contrôle ne se fait pour vérifier la présence ou non des antibiotiques et des résidus médicamenteux dans les viandes (rouge et blanche). Les aliments de bétail sont bourrés de moisissures, à l’image de l’aflatoxine, le plus redoutable agent cancérigène. N’importe qui peut ouvrir une usine de production d’aliments de bétail. Les viandes issues d’animaux nourris avec un aliment contenant des produits toxiques peuvent générer des maladies chez les consommateurs», alerte un autre vétérinaire ayant requis l’anonymat. Autre élément : «A défaut de travailler en collaboration avec des laboratoires, les vétérinaires exerçant dans les abattoirs en Algérie n’assurent leurs contrôles qu’à l’œil nu», reproche un vétérinaire exerçant dans un abattoir de la capitale. «Comment voulez-vous assurer des missions de contrôle quand on travaille à l’œil nu, les abattoirs ne travaillent pas en collaboration avec des laboratoires d’analyses», déplore-t-il.

Dans un pays où les abattoirs clandestins pullulent, il ne faut pas s’étonner d’assister impuissants à l’émergence de maladies liées à l’alimentation dangereuse. Les poulets sont quelquefois gavés d’antibiotiques et d’anabolisants, les fromages sont contaminés à la dioxine.
La globalisation des échanges a davantage accentué l’insécurité nutritionnelle en Algérie. L’industrie agroalimentaire dispose de puissants et très actifs lobbys. Beaucoup d’importateurs de produits sont peu soucieux des normes sanitaires : ils introduisent sans état d’âme des aliments contenant des produits cancérigènes dans les filières alimentaires.

Face à eux, les vétérinaires et les contrôleurs de la répression des fraudes sont désarmés, sans moyens et dépassés. «La solution ? D’abord un conseil aux consommateurs : pour éviter les toxi-infections, il faut bien cuire les aliments, notamment les viandes, le lait et les œufs. Ensuite, aucune solution n’est possible si le gouvernement ne donne pas de sérieux moyens aux agents de contrôle dont notamment les vétérinaires. Il y va de la sécurité alimentaire du pays», répond un vétérinaire.  

Cherif Lahdiri
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article