Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web environnement et écologie en Algérie

 

 

 

 

 

 

Résultats du projet Aphekom

Auteur(s) : Declercq C, Pascal M, Chanel O, Corso M, Ung A et al.
Editeur(s) : Institut de veille sanitaire
ISSN : 1958-9719
ISBN NET : 978-2-11-129760-9
Citation suggérée : Declercq C, Pascal M, Chanel O, Corso M, Ung A et al. Impact sanitaire de la pollution atmosphérique dans neuf villes françaises. Résultats du projet Aphekom. Saint-Maurice: Institut de veille sanitaire ; 2012. 33 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

La causalité des relations, tant à court qu’à long terme, entre exposition à la pollution atmosphérique urbaine et santé est désormais largement acceptée. L’existence d’études épidémiologiques quantifiant les relations entre le niveau d’un indicateur d’exposition à la pollution de l’air et le risque de survenue d’un événement de santé rend possible l'évaluation des impacts sanitaires de la pollution atmosphérique à l’échelle d’une agglomération. Cette démarche a été appliquée pour la période 2004-2006 à neuf villes de France métropolitaine dans le cadre du projet européen Aphekom. Les indicateurs d’exposition à la pollution atmosphérique ont été construits à partir des niveaux de polluants mesurés par les stations de fond des réseaux de surveillance de la qualité de l’air. Les indicateurs de santé ont été construits à partir des données du PMSI (hospitalisations) et du CépiDc (décès). Les relations exposition-risque pertinentes ont été sélectionnées sur la base d’une revue de la littérature. Les méthodes classiques de calcul de l’impact sanitaire ont été utilisées pour évaluer, sous différents scénarios de réduction des niveaux de polluants, le nombre de cas évitables (impacts à court et long terme) et le gain d’espérance de vie (impacts à long terme). Une valorisation monétaire de ces bénéfices sanitaires potentiels a été réalisée en utilisant une approche basée sur le consentement à payer pour la mortalité et une approche coût de la maladie pour les hospitalisations. Pour les neuf agglomérations totalisant 12 millions d’habitants, le respect des valeurs guide de l’OMS pour les niveaux d’ozone aurait conduit à différer 69 décès/an et à éviter 62 hospitalisations respiratoires. Pour les niveaux de particules (PM10), ce sont 360 hospitalisations par an pour causes cardiaques et 673 pour causes respiratoires qui auraient pu être évitées. Pour les particules fines, à long terme, le respect des valeurs guides de l’OMS aurait entraîné un gain moyen d’espérance de vie à 30 ans de 3,6 à 7,5 mois selon la ville, représentant au total plus 2 900 décès/an différés en moyenne. Ces impacts à long terme sont ceux dont la valorisation économique est la plus élevée, avec un montant annuel estimé de 4,9 milliards €/an. Ces résultats mettent en évidence la persistance d’un impact substantiel de la pollution de l’air sur la santé dans les villes françaises. Ils sont ainsi susceptibles d’encourager la mise en œuvre de politiques publiques d’amélioration de la qualité de l’air au niveau local.

Rapport  [pdf - 467,94 Ko]
Synthèse  [pdf - 347,84 Ko]

Mots-clés :

pollution atmosphérique, impact sanitaire, long terme, court terme, mortalité, hospitalisation, maladie respiratoire, maladie cardiovasculaire, milieu urbain, Europe

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article