Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

http://www.tsa-algerie.com/

*

Á In Salah, Youcef Yousfi n’a pas convaincu les habitants de l’utilité d’exploiter le gaz de schiste. Arrivé dans cette localité, ce jeudi 8 janvier en milieu d’après-midi, le ministre de l’Énergie a prononcé un discours d’une heure devant les élus locaux et les représentants des manifestants et de la société civile. Pour convaincre les habitants qui manifestent depuis plusieurs jours contre un projet d’exploitation du gaz de schiste, Yousfi a souligné l’importance pour l’Algérie de garantir sa sécurité énergétique.

« Aujourd’hui, il y a une bataille mondiale autour de l’énergie et vous connaissez les conséquences négatives sur notre pays », a-t-il dit, allusion à la chute des prix du pétrole. Il a justifié le recours au gaz de schiste par la cherté des technologies d’exploitation de l’énergie solaire et l’insuffisance des hydrocarbures conventionnels.

« On n’a pas de gaz »

Après avoir expliqué la politique énergétique du pays, le ministre de l’Énergie a assené quelques vérités aux habitants d’In Salah.  « Les ressources conventionnelles ne suffisent plus. On n’a pas de gaz. On aimerait trouver six ou sept puits comme Hassi Messaoud, mais on n’en a pas trouvé », a-t-il dit, en appelant à la solidarité nationale dans le contexte actuel marqué par la chute des prix du baril. « Il faut garantir l’avenir de nos enfants et de nos petits enfants », a-t-il lancé.

« Non au gaz de schiste »

Le ministre de l’Énergie a tenté de rassurer la population d’In Salah sur l’absence de dangers de l’exploitation du gaz de schiste sur la santé et l’eau. « Même s’il faut analyser chaque semaine, Sonatrach est là. Et, s’il y a des dangers sur la santé, on arrêtera le projet », s’est-il engagé, en affirmant : « On veut du bien au pays », ce qui a fait rire les participants dont certains brandissaient des pancartes sur lesquelles était inscrit : « non au gaz de schiste ». Le ministre s’est montré ouvert au dialogue, mais n’a pas annoncé l’arrêt du projet d’exploitation du gaz de schiste. « Dites-moi où est le danger ? » s’est-il interrogé en s’adressant aux manifestants qui ont suivi son discours dans le calme.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article