Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Jardin d'essai du Hamma d'Alger: une coopération franco-algérienne.

Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)
Photos Karim Tedjani (2010)

Photos Karim Tedjani (2010)

REVUE DE WEB:

 

"Ce jardin historique à la végétation luxuriante et au patrimoine architectural remarquable est une des curiosités d’Alger. La Ville de Paris coopère depuis 2005 avec la ville d’Alger pour le réhabiliter. L’objectif est de redonner au Jardin d’Essai sa splendeur d’autrefois tout en valorisant le patrimoine naturel et culturel algérien.  

Depuis 2002, la Ville de Paris mène de nombreux projets de coopération décentralisée, notamment avec des grandes villes d’Afrique du Nord. Ainsi, depuis 2005, dans le cadre de projets pilotés par la Délégation Générale aux Relations Internationales, le Jardin botanique et la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement participent à la réhabilitation du Jardin d’Essais de Rabat, et à celle, beaucoup plus significative, du Jardin d’Essai du Hamma à Alger.

L’accord de coopération et d’amitié signé en janvier 2003 entre la Wilaya d’Alger (« préfecture ») et la Ville de Paris a été le point de départ de ce projet. Lors de la visite du Maire de Paris à Alger en avril 2005, différents projets de coopération ont été définis dont la création d’une Ecole de la propreté, une démarche de sensibilisation citoyenne au tri sélectif, et la réhabilitation du Jardin d’Essai (58 ha).

 

Un patrimoine exceptionnel

Le Jardin d’Essai du Hamma a été créé en 1832 afin d’introduire des espèces animales ou végétales en Algérie. Ce jardin est un peu l’équivalent du Jardin d’Acclimatation de Paris. Fermé pendant de nombreuses années, il avait perdu de son prestige et nécessitait une réhabilitation de grande ampleur. Le projet couvre 38 ha de jardin et un arboretum de 20 ha. Le jardin est structuré autour d’allées magnifiques portant le nom des espèces qui les bordent : platanes (plantés en 1845), dragonniers (1847), ficus (1863), bambous et yuccas.

 

Il existe deux pôles importants : le jardin français, à l’ouest du jardin, dont la perspective ouvre sur la baie d’Alger et le jardin anglais avec ses 2 bassins, au sud-est. Le reste de la superficie est occupé par les serres d’exposition, les serres de multiplication, les carrés des collections, l’école d’horticulture et son ancien internat et le parc zoologique. Les bâtiments administratifs et scientifiques abritent quant à eux, une banque de semences, un herbarium et un laboratoire de culture in vitro…

La dimension scientifique et naturelle du jardin est importante, mais sa valeur culturelle l’est tout autant : le jardin est bien connu des Algériens et de toutes les personnes ayant vécu en Algérie.

 

Un projet ambitieux

 

Permettre une réouverture rapide du jardin au public a été la priorité. Les travaux de sécurisation ont été conduits tout en respectant l’histoire du site. On s’est appuyé pour cela sur des documents anciens. Les matériaux et les compétences locales ont été utilisés et valorisés afin de limiter les importations et d‘utiliser des techniques répondant aux critères du développement durable. Les choix techniques ont aussi pris en compte un entretien minimal dans le futur.

Le bitume des allées a été retiré pour être remplacé par un matériau local drainant. Les canalisations ont été refaites ainsi que les seguias, méthode traditionnelle d’irrigation. Certaines serres ont dû être abattues et seront reconstruites, d’autres ont été rénovées en respectant l’architecture originale. La signalétique, les clôtures, le mobilier de jardin, l’éclairage ont été entièrement recréés dans cet esprit. Une école de la nature ainsi qu’une station de compostage ont été créées. Une gestion différenciée, c’est-à-dire adaptée à chaque espace, a été mise en place sur l’ensemble du site.

Un enrichissement mutuel

Le projet démontre à quel point il est nécessaire de développer les coopérations décentralisées. Il illustre l’avantage qu’ont les jardins botaniques à travailler en réseaux nationaux et internationaux. Ces échanges leur permettent d’enrichir leurs compétences et leur savoir-faire, dans un respect mutuel, pour le bénéfice de tous les citoyens.

Pour le Jardin d’Essai, les experts de la Ville de Paris ont apporté leur savoir-faire technique tout en s’appuyant sur les compétences et le savoir-faire de leurs partenaires algériens afin qu’ils prennent les décisions les plus pertinentes. Pour la mise en place d’une organisation du Jardin, des propositions juridiques ont été formulées, comme l’acquisition d’une personnalité morale propre, la proposition d’un statut, d’un conseil scientifique et d’administration et d’un organigramme. La gestion des collections suivra un schéma directeur. Celui-ci permettra la valorisation et la conservation des ressources génétiques algériennes. Différents biotopes algériens seront présentés aux visiteurs du jardin, en collaboration avec les parcs naturels nationaux. La banque des semences est riche de taxons locaux collectés cette année. Les plantes médicinales et leurs usages traditionnels seront valorisés.

Le projet entre actuellement dans sa seconde phase. La formation et la gestion des collections seront prioritaires dans les mois à venir."

 

 

Jardin d'Essai d'El Hamma, un muséum de la nature au coeur d'Alger

 
ALGER - Un jardin français, un autre anglais, des arbres centenaires, plus de 25 espèces de palmiers, un rosier géant: le Jardin d'Essai d'El Hamma à Alger est un véritable muséum de la nature, avec ses 2.500 espèces végétales, en plein coeur de la capitale algérienne.ALGER - Un jardin français, un autre anglais, des arbres centenaires, plus de 25 espèces de palmiers, un rosier géant: le Jardin d'Essai d'El Hamma à Alger est un véritable muséum de la nature, avec ses 2.500 espèces végétales, en plein coeur de la capitale algérienne.

  Le jardin d'Essai d'El Hamma à Alger, le 10 mai 2009

"Rouvert début mai après 12 ans de fermeture dont cinq consacrés à des travaux de restauration, ce jardin unique en Algérie et qui fut considéré comme l'un des plus beaux au monde, a été crée en 1832, deux ans après le début de l'invasion de l'Algérie par les troupes coloniales françaises.
S'étendant sur 32 hectares en face de la baie d'Alger, à quelques km du centre-ville, il est constitué notamment d'un jardin classique français, d'un autre exotique de type anglais, d'un zoo, d'une école d'horticulture, d'un espace réservé à l'expérimentation.

"Ce jardin botanique est un véritable muséum de la nature. Nous avons des arbres qui ont plus de 150 ans d'âge et des végétaux rares et uniques de toute la planète", explique à l'AFP son directeur Abderrezaq Ziriat.

Il cite un rosier centenaire de 30 m de haut, le palmier Latanier à deux fourches, le Timbo, un arbre majestueux qui peut atteindre plus de 30 m de hauteur et au bois très dur, le Camphrier, le Bambou. Ou encore le Ginkgo, l'un des arbres qui peuvent supporter les aléas climatiques les plus durs durant des siècles, selon M. Ziriat.

"Le Jardin d'Essai était l'un des plus beaux au monde, mais la plupart des arbres sont centenaires, les premiers ayant été plantés en 1848. Maintenant, il faut rajeunir les plantations" et permettre une spécialisation dans la flore locale qui est le rôle des jardins botaniques, poursuit M. Ziriak."

 

"Maintenant que la réhabilitation physique est terminée, il faut qu'il revienne à son niveau d'il y a 50 ans", affirme-t-il encore.

Depuis sa réouverture au public, ce jardin reçoit quotidiennement des milliers de visiteurs, dans une capitale qui étouffe sous le poids d'une urbanisation anarchique et du manque d'espaces de détente et de loisirs.

Chaque jour, ces visiteurs, en majorité des familles mais aussi de jeunes couples, s'y rendent pour se promener dans les allées des Platanes, des Bambous, des Dracaena, ou contempler de gigantesques palmiers originaires du monde entier.

Les premiers jours de la réouverture du Jardin au public n'ont pas été de tout repos. En dépit de la présence d'une  centaine d'agents de sécurité et de policiers en faction affectés à la surveillance des lieux, M. Ziriat a relevé l'indiscipline de certains visiteurs.

"Les gens ne font pas de différences entre un jardin public et un jardin botanique. Certains montent sur les arbres, d'autres piétinent le gazon et la végétation", dit-il.

"Dans un jardin botanique, toute végétation doit être sauvegardée et protégée. Rien ne doit être endommagé ou piétiné".

Plus loin, un couple a visiblement fort à faire pour faire respecter par leurs enfants les panneaux d'interdiction de marcher sur les pelouses ou de grimper aux arbres.

Mais M. Ziriat compte axer son travail sur l'éducation des enfants à la préservation de la nature de l'environnement, en créant une école spécialisée au sein du jardin et en organisant des visites guidées pour les enfants scolarisés.

source du texte: Jardim Formoso

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article

sonja 16/11/2010 16:52



Bonjour
Tout dans ce jardin est une vraie merveille de la composition et de la mise en mouvement. Depuis l'arbre majestueux, à la plus petite fleur. Un espace agréable, ombragé, spacieux, et surprenant.
On se laisse volontiers emporter dans ses allées et ses points d'eau, avec un délice évident. Le plaisir des yeux et mental est total.
Il est éclatant de beauté aux portes d'Alger la Blanche. On emporte avec soi un souvenir indélébile.
Avec toutes ces photos c'est comme si on avait flâné dans vos pas.
Merci pour le voyage...
Bonne soirée à venir et à un autre jour
Sonia



Karim Tedjani 22/11/2010 14:22


Merci beaucoup pour ce commentaire plein de poésie au ton si juste...C'est un plaisir de vous lire.Karim