Vendredi 12 février 2010 5 12 /02 /Fév /2010 13:28


                                                             Cornaceae

 

Exposition acuba


Cultivons l’acuba dans un lieu lumineux, avec lumière solaire directe. Elle se cultive la acuba À l'extérieur; peut supporter sans problèmes de sorte des températures minimum même très rigides, de plusieurs degrés sous le zéro. Dans un climat particulièrement venteux nous conseillons d'assurer les jeunes arbres à des longs tuteurs solides, de façon d'éviter que le vent puisse déchausser les jeunes racines peu développées; il peut arriver que les exemplaires de peu d'années craignent le froid intense et le vent.

Généralité acuba
La acuba a un développement bien droit, avec le temps, elle devient un arbre. Ces plantes ont un développement érigé; an bas elles montrent généralement un tronc dépourvu, tandis-qu’en haut elles s'élargissent en formant la chevelure. La acuba est de taille grand, et peut atteindre les 16 m de hauteur; en automne assume une coloration orange, j auner, rouge. Ces plantes ne pas toujours vertes, donc perdent les feuilles durant certains mois de l'année.

Engrais acuba
L'engraissage des arbres se pratique au début du printemps ou en automne, en utilisant de l'humus ou du fumier mûr; on intervient en mélangeant deux seaux de fertilisant au terrain, auprès du tronc de l'arbre chaque 2-3 ans ou au moment de l'implantation.

Traitements acuba
Généralement dans cette période de l'année nous conseillons un traitement préventif avec un insecticide à ample action, et avec une fongicide systémique, de façon à prévenir l'attaque de la part des aphides et le développement de maladies de champignons.

Terrain acuba
Nous conseillons un substrat de cultivation assez riche, pas excessivement drainé, assez moelleux.

 

Notes acuba
Aucune note. Les indications fournies dans cet article doivent être entendus pour une plante de dimensions moyennes

 

Source:
http://fr.gardening.eu/arc/plantes/Arbres/Aucuba-Thunb/7707/Gardening.eu

 

 

Origine:

Cette plante est originaire du Japon, de Chine et de l'Himalaya.

Toxicite:

Plante toxique en cas d'ingestion des feuilles ou des fruits entrainant des troubles gastriques.

Description:

Le feuillage est ordinairement dense. Les feuilles entières, dentées, ovales et pointues sont opposées et mesurent de 10 à 18 cm. Elles sont légèrement coriaces et d'un beau vert brillant assez clair. Ce sont les variétés à feuillage panaché qui sont les plus cultivées.

Dans de bonnes conditions, cet arbuste vit de longues années.

floraison

 

Les plantes femelles donnent de petites fleurs pourpres l'été, assez insignifiantes suivies, au début de l'hiver, par des grappes de baies rouges. La fructification n'est possible que si un sujet mâle se trouve à proximité.

Croissance

 

L'aucuba a une croissance rapide. En bac, il peut mesurer 1 m, voire 1,50 m si ses racines ont suffisamment de place. Rien n'empêche toutefois de le maintenir à une plus petite taille en le cultivant dans des pots de 14 ou 16 cm.

utilisation

 

L'aucuba se cultive très bien en isolé dans un beau pot de faïence ou de terre cuite. Associé à d'autres plantes à feuillage vert, ses feuilles tachetées d'or sont particulièrement mises en valeur.

Soins

 

L'aucuba doit être cultivé à la lumière tamisée. Il supporte mal les fortes insolations estivales, surtout derrière une vitre. Une fenêtre au nord convient bien.

 

L'aucuba est de très bonne composition. Il ne demande que peu de soins. Il supporte même les courants d'air et les gaz polluants. Un aucuba devenu trop gros ou dont on veut obtenir un port plus compact se taille au printemps.

 

L'été, une température de 18° est idéale. En hiver, la plante est très tolérante puisqu'elle survit au gel. Dans un appartement chauffé, veillez à lui procurer plus d'humidité. L'aucuba ne supporte guère plus de 24°.

 

Arrosez abondamment en été. Maintenir le compost humide en permanence mais sans qu'il soit détrempé et en veillant à vider l'eau de la soucoupe. Augmentez les apports quand il fait chaud. En hiver, arrosez plus modérément, en laissant sécher légèrement entre deux apports. Toutefois, l'arrosage hivernal dépend des températures. Plus la plante sera au chaud, plus elle aura soif.

 

Enrichir d'engrais liquide ordinaire une fois par mois en été.

 

Un mélange de terre de jardin et de terreau convient bien à l'aucuba. La plante se satisfait de pots relativement petits. Un sujet développé peut se contenter d'un pot de 13 à 20 cm. L'aucuba se rempote au printemps, les sujets âgés étant simplement surfacés.

Problèmes

Maladies et erreurs de culture

Le panachage des plantes s'estompe quand la lumière est insuffisante. Installez l'aucuba en situation bien éclairée mais un peu ombrée en été.

Les feuilles tombent quand l'humidité est excessive en hiver ou au contraire, en cas de sécheresse. Arrosez plus modérément en hiver et reprenez des arrosages abondants dés la reprise de la végétation.

Parasites

Les pucerons s'installent parfois sur les jeunes pousses. Vaporisez simplement avec de l'eau si l'attaque est bénigne, pulvérisez un insecticide en cas de forte attaque.

Multiplication

Au printemps, prélevez des boutures de 10 à 15 cm. Trempez la base dans de la poudre d'hormones de bouturage et plantez dans de petits pots remplis d'un mélange de tourbe et de sable humide. Enfermez dans des sachets plastiques et conservez à la température normale d'une pièce bien éclairée. Ne plus arroser jusqu'à l'apparition de nouvelles pousses. A ce moment, retirez les sacs, arrosez légèrement les jeunes plants et enrichir d'engrais une fois par mois. Quand les plantes ont atteint 30 cm, transplantez dans un pot de 10 cm rempli du mélange préconisé ci-dessus et traitez en adulte.

On peut pratiquer le semis également. Semez les graines en automne, à 5 cm de profondeur, dans une terrine placée au frais mais à l'abri du gel. Après germination, rempotez les jeunes plants en pots individuels dans le mélange normal et traitez en adulte.


source: http://www.jardins-interieurs.com/v3/plante.php?id_plante=41



 

 

 

Intoxication par l'Aucuba - 1995-2002

À la fin de l'hiver, une plante fructifie au jardin alors que ses voisines se préparent à fleurir. Il s'agit de l'aucuba du Japon. Cette plante originaire des basses forêts de montagne du Japon, a été introduite en France vers la fin du 18ième siècle dans les parcs et jardins pour l'aspect décoratif de ses feuilles. Il s'agit en effet, d'un très bel arbuste de 1 à 2 mètres de hauteur, aux longues feuilles tachetées parfois confondues lorsque les taches sont absentes au feuilles de lauriers. Souvent planté dans un coin ombragé du jardin, l'arbuste arbore de très nombreuses et splendides fruits rouge vif, très attractifs pour les enfants. La toxicité probablement faible des fruits est encore assez mal connue. C'est pourquoi nous avons voulu faire le point sur les cas d'intoxications relevés au centre antipoison de Lille depuis 1995. 

Description

L 'Aucuba japonica ou aucuba du japon (ou encore laurier du Japon) est un arbuste persistant de 1 à 2 mètres de hauteur, de la famille des cornacées. Les feuilles (20cm de long x 5 à 10cm de large) opposées et dentelées sont coriaces et vert foncé, luisantes et  tachetées de jaune. 

 

 

Aucuba japonica crotonifolia

Aucuba japonica viridis


Les fleurs à 4 pétales, petites, blanches et en grappe apparaissent de mai à juin. 

Les fruits (drupes) isolés ou regroupés par 4 ou 5, de la taille d'une olive (2cm x 1 cm) apparaissent d'août à octobre. D'abord verts, ils deviennent rouge vif à la fin de l'automne et persistent sur la plante jusqu'au début du printemps tandis que les fruits du houx, du cotoneaster et du pyracantha ont souvent tous été mangés par les oiseaux. 
La drupe est entourée d'une fine peau rouge. La chair est jaunâtre un peu comme une pomme de terre et le noyau occupe une bonne partie de la drupe. Il est légèrement translucide à la coupe. Le goût du fruit est fade et farineux.

 

Lors de son introduction en France à la fin du 18ième siècle, seuls des pieds mâles ne portant pas de fruit avaient été importés. Ce n'est que plus tard que des pieds femelles portant les baies rouges ont été amenés d'Asie. 

Il existe quelques cultivars aux feuilles plus ou moins tachetée, plus ou moins longues et plus ou moins dentelées. (Aucuba japonica crotonifolia, Aucuba japonica rozannie, Aucuba japonica variegata, Aucuba japonica rotundifolia, Aucuba japonica picturata, Aucuba japonica salicifolia, Aucuba japonica viridis)

Toxicité

D'après la littérature, la toxicité de l'aucuba est discutée . Pour certains auteurs la toxicité serait nulle, pour d'autres, les fruits comme les feuilles seraient toxiques mais n'occasionneraient que des troubles digestifs mineurs comme nausées, vomissements, coliques et parfois de la fièvre. 

Les molécules isolées de la plante sont l'aucubine, la rhinathine et l'aucuboside. L'aucubine est étudiée comme antidote potentiel de l'empoisonnement par certains champignons comme l'amanite phalloïde.

Expérience du centre antipoison de Lille

Entre 1995 et 2002, le centre antipoison de Lille a été consulté pour 80 cas d'intoxications par l'aucuba du Japon. Dans tous les cas il s'agissait d'intoxication accidentelle. Dans 78 cas il s'agissait d'ingestion de baies et dans 2 cas d'ingestion d'une partie d'une feuille. 

 

La période d'intoxication s'étale de janvier à août mais le pic d'intoxication va du 15 mars au 15 avril, période de pleine fructification et période où l'arbuste est un des seuls (avec le houx et le cotonéaster) à porter encore des fruits rouges. C'est aussi l'époque où les enfants ressortent au jardin. Il est en effet frappant de constater que d'octobre à janvier le nombre d'intoxication est nul alors que l'arbuste porte déjà des fruits, certes un peu plus verts..

 

Ce sont les enfants (égalité entre garçons et filles) de 1 à 3 ans qui sont le plus concernés par l'intoxication.

Dans la majorité des cas (86%) l'intoxication a lieu au jardin. Dans le reste des cas il s'agit de lieux publics et de parcs urbains et dans 5% des cas, l'intoxication a eu lieu dans la cour de récréation.

Dans la moitié des cas une seule baie a été avalée. Dans un quart des cas le nombre de fruits avalés est estimé à 2 ou 3 et dans un quart des cas la quantité avalée est inconnue.

 

Les symptômes observés sont des vomissements ( 5% des cas), des diarrhées (7% des cas). Un cas a présenté diarrhées, vomissements et fièvre. Ces symptômes ont été observés à partir de la prise d'une seule baie cependant il est difficile de démontrer leur totale imputabilité. Dans tous les cas l'ingestion accidentelle n'a pas occasionné de séquelle particulière et les symptômes lorsqu'ils existaient ont disparu rapidement avec un traitement symptomatique. Celui-ci, donné dans les 2/3 des cas, ou à l'hôpital, ou à la maison consiste à rincer la bouche et à donner un pansement digestif. Dans 1/3 des cas il a été conseillé de ne rien faire et l'ingestion a été, nous l'avons déjà dit, sans conséquence.  

 

Conclusion

L'expérience du centre antipoison sur 8 ans montre que dans la majorité des cas l'intoxication par les baies d'aucuba ne donne rien de particulier. On remarquera cependant que dans un peu plus d'un cas sur 10 l'ingestion entraîne des symptômes digestifs mineurs. Dans tous les cas il ne semble pas que l'hospitalisation soit nécessaire mais il conviendra de rester prudent et de demander conseils auprès des médecins du centre antipoison ou d'un médecin généraliste avant de traiter soit même.









Aucuba japonica crotonifolia Aucuba japonica viridis


Les fleurs à 4 pétales, petites, blanches et en grappe apparaissent de mai à juin. 


 

source:http://www.chru-lille.fr/cap/ca5-03avril3.htm 

Par Karim Tedjani - Publié dans : Espaces verts, jardins, paysagisme en Algérie - Communauté : Le peuple de l'onde
Commentez cet article - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherchez sur ce portail...

Images Aléatoires

  • La frontière entre Sétif et Bejaïa.
  • POUBELLE
  • Un mausolé au sommet d'une montagne...
  • Les eaux de Djeddi
  • Le-Club--SAM---Sport-et-Aventure-en-Montagne- 4008
  • Madagh-2 7401
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés