Dimanche 14 mars 2010 7 14 /03 /Mars /2010 13:33








Grenadier (Grenade)
Grenadier d'ornement

Punica granatum

Grenadier, Punica granatum

Famille:

Punicacées

Origine:

Asie, Iran, Inde

Période de floraison:

de mai à août

Couleur des fleurs:

rouge

Exposition:

soleil, à protéger des vents froids

Type de sol:

drainé, frais

Acidité du sol:

neutre

Humidité du sol:

normal

Utilisation:

verger, haie libre, isolé, bac

Hauteur:

de 3 à 8 m selon les variétés

Type de plante:

arbuste à fruits

Type de végétation:

vivace

Type de feuillage:

caduc

Rusticité:

-12°C, rustique

Plantation, rempotage:

février, mars ou à l'automne

Méthode de multiplication:

semis, bouturage en août

Taille:

supporte mal la taille



Espèces, variétés intéressantes:

Le genre ne possède que 2 espèces.
Quelques variétés pour la culture :
- Punica granatum 'Grenadier de provence', très résistant au froid (-15°C)
- Punica granatum 'Mollar de Elche', résiste à -12°C, fruit sans graines
- Punica granatum 'Gabès', résiste à -12°C
Variétés naines pour l'ornement :
- Punica granatum 'Nana', fleurs doubles rouge orangé, résiste jusqu'a -15°C
- Punica granatum 'Nana Gracillissima', fleurs simples de couleurs rouges orangés
Variétés à fleurs doubles sans fruits :
- Punica granatum 'Luteum Plenum', fleurs de couleur jaune pâle
- Punica granatum 'Legrelliae', fleurs de couleur panaché orangé, crème, saumon
- Punica granatum 'Maxima Rubra', fleurs de couleur rouge orangé
- Punica granatum 'Maxima Rubra', variété aux fruits comestibles

Maladies et insectes nuisibles:

-

Toxicité:

les fruits sont comestibles pour certaines variétés

Le grenadier a une fleur particulière avec des sépales très charnus et des pétales froissés rouge-oranges. On le trouve couramment autour du bassin méditerranéen ou il s'est parfaitement acclimaté et ou il est très décoratif. C'est un arbuste peu exigeant qui résiste aux fortes chaleurs.

Les variétés d'ornement ne produisent pas toutes des fruits.

Le saviez-vous ?

  • La grenade est utilisée pour faire les sirops de grenadine.

  • La grenade est le symbole de la vitalité et de la fécondité.

Fiches Forum Trucs Annuaire Commentaires  




 
zones tropicales et méditerranéennes
Grenades et grenadiers





Cultiver le grenadier...

Cet arbre, commun dans le Nord de l’Inde, est maintenant répandu dans la plupart des pays chauds ; originaire d’Orient, il est naturalisé dans le midi de l’Europe et dans le Nord de l’Afrique depuis les temps les plus reculés.
Desfontaines le trouva aux environs de l’ancienne Carthage, les Romains faisaient venir les grenades de cette contrée sous le nom de Malus Punica.
Chez les Juifs, le grand prêtre portait sur ses habits pontificaux des figures de grenades...

MULTIPLICATION

La multiplication du Grenadier se fait : par semis, par boutures, par marcottes, par drageons, et par greffes.

Semis :
Le semis a lieu au printemps, en pépinière, avec la graine récoltée la même année, il faut choisir pour cette opération la graine des variétés à fruits acides et de maturité tardive.
Ces variétés sont, en général, plus rustiques que celles à fruits doux.
Ce mode de multiplication est peu usité et ne peut être recommandé : il est long et insuffisant en homogénéité des résultats.

Bouture :
La bouture est le seul mode de multiplication pratique des Grenadiers.
Le bouturage est simple et donne ordinairement de bons résultats.
Le procédé est le suivant : en février-mars on taille les boutures de 20 cm à 25 cm de longueur et de 0,5 cm d'épaisseur.
Elles sont mises en pépinière de telle façon qu'un œil seulement reste au-dessus du sol, tous les autres sont enterrés.
Les boutures s'enracinent facilement et rapidement et dès le printemps suivant elles peuvent être mises en place. Cependant, il est plus prudent de les laisser en pépinière pendant deux saisons, ce que l'on fait couramment.
Parfois les boutures sont taillées en automne ; on les conserve alors pendant l'hiver dans le sable.
Au printemps, on les met en pépinière.
Ce procédé de bouturage favorise une repousse plus vigoureuse et plus rapide du jeune arbre, cependant les racines restent moins développées.

Marcotte :
Le marcottage est employé plus rarement quoiqu'il réussisse parfaitement, aussi bien par marcottage simple que par marcottage "chinois" ou en cepée.

Drageons :
La multiplication par drageons est assez facile à obtenir, car le Grenadier en produit parfois abondamment.
Du reste ce procédé est souvent employé dans la région méditerranéenne.

Greffe :
La greffe est rarement employée.
Elle est effectuée le plus couramment soit en écusson, soit à l'anglaise sur les Grenadiers obtenus par semis ou par drageons.

FORME

La culture du Grenadier doit se faire en formes libres, en plein vent.
Le Grenadier peut être conduit en demi-tige, basse-tige ou buisson.
Cette dernière forme est préférable, elle est la plus naturelle pour cette espèce.
En demi-tige la hauteur de la tige est de 0 m 40 à 0 m 50.
La culture du Grenadier en formes palissés et artificielles doit être totalement délaissée.
Son rendement en espalier devient tout à fait défectueux et sa vie brève, car le Grenadier, en général, supporte mal la taille.

PLANTATION

Distance :
Le Grenadier est planté soit à 5 m sur 5 m dans un terrain aride et pauvre, soit à 6 m sur 6 m dans un terrain profond et fertile.
Il est imprudent de planter les Grenadiers trop serrés à cause de la charpente buissonnante de l'arbre qui serait trop gènée.
Il y a donc tout avantage à lui donner de l'espace.
Parfois le Grenadier est planté le long des murs et des haies.
Dans ce cas on le plante tous les 4 mètres.

Plantation :
Le Grenadier peut être planté : 1° en verger homogène ou plantation isolé, 2° le long des murs et des haies.
La meilleur époque de plantation est le printemps, notamment en février-mars, à l'état de scion de deux ans.
M.HOGSON de Californie le cultivateur de Grena-diers bien connu, donne les renseignements suivants sur la plantation de ce dernier : Les Grenadiers doivent être plantés le plus tôt possible au printemps, dès le moment où le terrain peut être travaillé et pourvu qu'il ne soit pas trop humide.
La meilleur époque pour la plantation est le mois de février.
Néanmoins, le départ tardif de la végétation du Grenadier permet de le planter assez tard au printemps, sans les insuccès qu'on a d'ordinaire avec les espèces à noyaux plantées tard.
Il peut être planté de ce fait en mars et même en avril.
Le terrain doit être bien et profondément travaillé d'avance.
Après la plantation les arbres doivent être copieusement arrosés, c'est indispensable pour une bonne reprise.
Le paillis pour les jeunes arbres fraîchement plantés est à recommander si l’été est très chaud et sec.

CULTURE

La culture du Grenadier est facile.
Il est de ce fait trop souvent abandonné à lui-même sans aucun soin.
Cependant, il réagit d'une façon très marquée aux soins culturaux et à l'entretien et son rendement devient plus abondant et plus régulier.
Le même M. HOGSON nous donne des renseignements précieux au sujet de l'entretien d'une grenaderaie : "Pendant l'été le terrain de la plantation est cultivé avec les disques et les herses au moins trois ou quatre fois.
Dans les vergers adultes on travaille le terrain chaque 15 jours pendant la période de végétation.
Les irrigations sont indispensables et les irrigations insuffisantes ne produisent aucun effet.
La quantité d'eau nécessaire pour un Grenadier peut être calculée de la manière suivante : l'irrigation nécessaire pour une plantation d'Orangers doit correspondre à une épaisseur d'eau sur le sol de 10 à 15 cm, pour le Grenadier il suffit de 8 à 10 cm.
Pendant la période de végétation d'avril à juillet, on fait de deux à cinq copieuses irrigations".
Il y a des cultivateurs qui font les irrigations seulement jusqu'au mois de juillet, d'autres jusqu'au mois de septembre.
Ordinairement l'irrigation se fait par rigoles.
On peut laisser pousser le Grenadier en forme de buisson libre, comme le font les Perses, les Afghans et au Turkestan, qui plantent bien souvent cet arbre pour délimiter leurs propriétés et leurs champs de cultures ou à proximité des rigoles d'irrigation.
Dans ces conditions la taille est limitée à un éclaircissage intérieur et la suppression du bois sec et des gourmands fort nombreux chez le Grenadier.
Les travaux de taille sommaire se font chaque année au printemps, au début de la végétation.
Pour l'établissement rationnel d'une grenaderaie, on estime qu'il y a lieu d'adopter la formation suivante : une tige de 30 à 40 cm de hauteur, surmontée d'une charpente en bouquet formant gobelet ou boule.
Aucune forme artificielle, comme nous l'avons dit plus haut, c'est à dire espalier, palmette, cordon, etc... ne peut être admise dans une grenaderaie.


Grenadier à fruits doux



Pour en savoir plus: http://pagesperso-orange.fr/association.fruits.oublies/contrib/grenades/grenade3.html









Institut Agronomique et vétérinaire Hassan II

BP 6202 Rabat Instituts

  LE GRENADIER

( Punica granatum L .)

   

I. IMPORTANCE DE LA CULTURE DU GRENADIER, SON AIRE DE CULTURE ET SES EXIGENCES

Le grenadier est localisé principalement dans les régions de Béni-Mellal, Meknès, Fès, Marrakech ou certaines ouasis sahariennes. En monoculture ou associé à l'olivier ou à la vigne, le grenadier est adapté au climat sub-aride et continental. Il peut tolérer des températures de -12°C l'hiver et 42°C l'été. Une courte période de froid est nécessaire à l'induction florale, certaines variétés exigent une grande quantité de chaleur pour fructifier. A 1200 m d'altitude, la fructification est comprise. C'est une espèce qui s'accommode de sols très variés avec une préférence pour les terres d'alluvions profondes ou argilo-limoneuses à forte rétention en eau. Il ne craint ni le calcaire actif ni la salinité.

II. LE MATERIEL VEGETAL

Deux groupes de variétés sont cultivées dans différentes régions du Maroc:

1. Les Grenades consommées en frais :

Les grenades rouges et jaunes sélectionnées à Marrakech, le Zhéri précoce, le Zhéri d'automne, le Kharazi de Bzou, le Mesri de Meknès et Laroussi de Fès. Ces variétés présentent des pépins souvent rouges, juteuses et tendres.

2. Les Grenades acides à pépins durs destinés à la transformation :

Une collection de ces variétés a été installée à la Station d'Ahl Souss à Béni-Mellal. Par ordre d'acidité croissante, on distingue : ‘Wonderful', ‘Negro', ‘Monstruso', ‘Dwarf semi evergreen'.

III. LES TECHNIQUES CULTURALES

1. Multiplication, plantation et entretien

La méthode de propagation la plus utilisée est celle du bouturage ligneux. Des boutures de 20 à 30 cm sont prélevées en décembre et conservées en stratification avant leur plantation en pépinière, en février-mars ou prélevées directement et plantées en mars. Un traitement à l'AIA ou l'AIB améliore l'émission des racines.La plantation a lieu de la fin d'automne au printemps à une distance de 5 x 2 m, 5 x 3 m ou 5 x 4 m dépendant de la richesse du sol. Le scion est rabattu aux ¾ de sa longueur et 3 à 5 charpentières sont conservées. Les gourmands, les pousses mal placées et les drageons sont supprimés au cours des trois années de non fructification. Le palissage sur un tuteur est parfois nécessaire. Le grenadier fructifiant sur le bouquet de mai, la taille doit préserver ces productions en assurant un léger élagage et la suppression du bois mort. Les irrigations doivent être copieuses et peu espacées (tous les 15 jours en été). L'apport de fumier à raison de 20 kg par arbre est recommandé à la plantation. Au cours de la première année, un apport de 10 - 15 g d'azote par plant et par mois active la croissance. Au cours de la 2° année, on doit apporter pour chaque plant 100 g d'N, 200 g de P205 et 100 g de K20 avant floraison et 100 g d'N quatre mois après.

2. Maladies, ravageurs et protection phytosanitaire :

La pourriture du fruit due à Aspergillus castaros, entraîne un noircissement interne du fruit qui devient nauséabond et impropre à la consommation. Cette maladie est fréquente dans les zones fortement humides. La cératite est à craindre certaines années. En cours de végétation, des attaques de pucerons sont aussi fréquentes.

3. Récolte et conservation :

  Les fruits sont récoltés quand l'écorce de la grenade se colore en jaune clair et qu'elle produit un sen métallique au toucher d'un objet dur. 135 à 165 jours séparent généralement la floraison de la récolte.

Un plant produit facilement 100 fruits par récolte et la rentabilité économique dure de 10 à 12 ans. La craquelure de l'écorce du fruit est une caractéristique variétale qui s'accentue par les irrigations très espacées et la sécheresse de l'air. Certaines variétés (Shirvan, Burachni, Francis) sont très résistantes à cette alteration.Les fruits sont susceptibles à la perte d'eau au cours de la conservation, mais s'ils sont entreposés à 4,5°C et 80 - 85% d'humidité relative, ils peuvent supporter jusqu'à 6 mois de stockage sans alteration. La grenade est riche en vitamine C, en phosphore, potassium, magnésium et calcium.

Co-auteurs= Les professeurs de l'IAV Hassan II, Agronomie-département d'horticulture, unité de Rabat,

Ahmed Skiredj

Walali D.M.L.

Hassan El Attir

Par Karim Tedjani - Publié dans : Espaces verts, jardins, paysagisme en Algérie - Communauté : Le peuple de l'onde
Commentez cet article - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherchez sur ce portail...

Images Aléatoires

  • Tikjda-1 3604
  • Une rose crémière au premier plan.
  • Couscousier ancien
  • Plages 6164
  • Madagh 2 une zone d'échouage depuis toujours..
  • SAM 3296
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés