Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

 

Quand-les-singes-se-font-hommes 3374

 

 

L’homme est-il un animal comme  les autres? Notre espèce, qu’il est d’ailleurs fort pernicieux de définir  seulement par un singulier masculin, a-t-elle, au contraire, un statut particulier parmi tous les êtres vivants qui évoluent de concert sur notre planète ?

La question est aussi vielle que le monde est monde, et plus particulièrement,  elle fut incontournable dès lors que l’humanité, durant ces deux derniers siècles de révolution thermo industrielle, a marquée au fer rouge de l’industrie  presque toutes les composantes de l’environnement planétaire. Au point même, d’avoir récemment proclamé la fin de l’holocène par  l’avènement de l’anthropocène, l’ère supposée où l’homme-global- aura  définitivement pris le pas sur la nature…   

Comment pourrions-nous être semblables à « tout ce qui nous entoure et nous influence », tandis que nul autre espèce vivante répertoriée n’a été  capable ni  d’aller sur la lune, ni de  manipuler   l’atome, la particule et  le gène ; par défaut d’une capacité qui semblerait être notre marque de valeur particulière, voire unique sur terre ? Le postulat et sa réponse sont certes légitimes, au regard de la toute-puissance avérée de l’homo-sapiens sur le reste de la biosphère terrestre ; mais seulement d’un seul point de vue,  qui est profondément « anthropo-philosophique ».

Le « Je pense donc je suis » de Descartes  sous-entend que c’est ce qui nous  différencie du reste des êtres vivants,  dont cette incapacité   est ainsi la marque incontestable de l’état animal et végétal. Ce théorème métaphysique, qui peut être considéré comme la   doxa matrice des temps modernes, balaie donc  toute possible  hésitation à ce propos  d’un revers de phrase : nous sommes plus que des animaux, et donc, les maîtres sur Terre !

Tout cela semble se tenir ; il serait fort aventureux de remettre en question tout ce qui a été dit, écrit, et discouru depuis des siècles pour nous convaincre de cette suprématie prétendue. Une pensée unique qui, rappelons-le tout de même, aura  mis autant de siècles pour admettre que les hommes  pouvaient être  égaux, ne seraient-ce qu’en droits et que « l’homme sauvage » était lui aussi doté d’une âme  ainsi que de  la capacité de penser…

Sommes-nous si différents de nature que les animaux ou même les êtres qui nous paraissent inertes ? Les fourmis, par exemple, n’ont-elles pas colonisée  la Terre aussi loin que l’Humanité, et cela sans le moindre autre apport technologique que le nôtre ? N’a-t-il pas été prouvé que nombres de végétaux sont capables de mémoire et de dialogue entre eux ? Qui du blé ou de l’homme manipule vraiment l’autre ? Qui travaille pour qui ? Sommes-nous à même de dire que nous avons vaincues toutes les bactéries capables de nous nuire ? Les montagnes sont-elles vraiment inertes ?Le prédateur Alpha de l’homme moderne, n’est-ce pas le cancer ? Certains arbres, capables de se cloner à l’infini, comme le houx de Tasmanie, semblent avoir vaincu la mort puisque certains spécimens sont actuellement âgés de plusieurs millénaires ! En quoi sommes-nous supérieurs à tous ces autres miracles de la vie sur Terre ?

Tout ce qui vie aspire à se reproduire. Tout ce qui vie respire, d’une manière ou d’une autre ;  Tout ce qui né,  évolue, puis meurt,  même les étoiles et le Soleil ;  la poussière, quel que soit sa forme d’existence  retourne toujours  à la poussière originelle …Tous les êtres vivants aspirent à garder, étendre ou partager leur territoire natal, dès lors qu’il il y a un intérêt vital à le faire. Nous interagissons tous dans ce vaste écosystème, comme un papillon peut battre des ailes ici et provoquer un ouragan à l’autre bout de la planète.

 

Pour ceux et celles qui ont gardé une approche spirituelle de la vie, il est d’autant plus clair que tous les textes sacrés de l’Histoire  évoquent  le fait que l’homme est l’égal de toute la Création dans sa célébration et ses louanges à Dieu. Nullement l’homme n’est le gardien ;  aucunement il n’a d’autres droits  sur elle que ceux qu’il tient de cette Unité. Comme chaque chose en ce bas monde, vivante ou inerte, il me semble.

Je sens, je ressens, puis je pense, et alors j’agis si nécessaire. Je  n’aime pas les raccourcis. J’aspire à vivre et, autant que possible à laisser vivre. En cela, suis-je si distant de l’arbre ? Telle est la question et sa réponse à la fois…

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article