Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Journée Mondiale de la Terre en Algérie -« Une terre, un peuple, une nature, une nation… » Par Karim Tedjani.

       Tags: Pierre Rabhi, agro écologie, Algérie, écologie, environnement, journée mondiale de la Terre...

 

              Le-maquis-et-la-subraie-de-Guerbes-Sandhaja-en-danger 8486

Le triste constat d'une région algérienne, Sanhadja (Skikda)  devenue un désert en à peine vingt ans, à force de cultiver la pastèque...(Photo: Tedjnai K.)

 

Une terre, un atout pour évoluer

Dans son fascinant ouvrage « De l'inégalité parmi les sociétés (Essai sur l'homme et l'environnement», le chercheur américain  Jarred Damond démontre avec brio, ainsi qu’une grande rigueur scientifique,  que l’indéniable inégalité entre les civilisations humaines  est avant tout intimement liée  à la nature de leur environnement ainsi qu’a leur capacité à savoir en tirer profit pour subsister.

Seuls les peuples qui ont appris au fil du temps  à apprivoiser la terre, purent  accéder à un stade  de développement qui les a sortis  définitivement de la préhistoire. De simples chasseurs-cueilleurs errants, survivants au jour le jour, au gré de la générosité de la nature, ils se sont progressivement transformés en agriculteurs-éleveurs  sédentaires  capables de produire des surplus alimentaires. Ainsi, ils disposèrent suffisamment de nourriture pour entretenir guerriers, artisans, religieux, scientifiques et même fonctionnaires, donc pour  passer du stade de tribu à celui de civilisation liée  par pacte millénaire. Celui qui uni un peuple à une terre...

Mais,  pour autant que cette maîtrise fût développée,  elle n’en a pas moins toujours été encore assujettie à la nature de l’environnement où  ces nations se sont installées… Voilà la première, au sens primordiale,  des inégalités entre les hommes de cette planète : la richesse  naturelle  de leur territoire.

Une nature humaine influencée par son environnement

La nature d’une terre forge celle d’un peuple, lui offre le meilleur terreau pour semer les fondements d’une nation. Cette nature humaine, à mon humble avis, est plus profonde, endémique que l'indentité, même nationale...

Mais, quand  la nature d’un peuple se dégrade,  au point qu’il en oublie  de veiller  à son essentiel,  sa Terre mère, alors il  se met à en détruire la nature, la maltraite, l’exploite outrageusement… Beaucoup d’autres ethnologues que Jarred Diamond ont insisté sur le fait que la plupart des déclins des grandes civilisations précédentes  se sont ébranlés suite à une grave crise écologique.

Un monde menacé de s'éteindre

A bien des égards et dans  la majeure  partie de ce monde, le  vingt et  unième siècle apparait comme le paroxysme de cette fatalité qui veut qu’aucune civilisation n’a encore été capable de relever le défi de se développer tout en respectant  l’intégrité de son environnement.

L’agriculteur-éleveur est devenu  entre temps un  sur consommateur-producteur industriel. Il ne jure que par les machines et les produits dérivés du pétrole. Il adore la vitesse, le gigantisme et les choses futiles qui se consomment facilement. Il produit, de même,  des  milliards de  tonnes de déchets que la nature n’arrive plus à recycler. Elle étouffe  de plus en plus sous le poids de tant de toxités mortifères accumlées. 

La nature,  le sol, la biodiversité, ainsi, devient non  plus un  temple sacré,  le ventre nourricier de notre Terre  , mais un vulgaire outil de production que l’on ne sait plus que saturer d’intrants chimiques au point de la rendre malade, fatiguée.  Imaginez que seulement à peine un pour cent des molécules présentes dans la plupart des  pesticides  utilisés dans le monde n’atteignent  leur cible ; le reste part sans vergogne contaminer  « ce qui nous entoure et nous influence ». Plus de cent milles à vrai dire, ont déjà ainsi été introduites dans notre environnement  mondial!

A force de vouloir plus de gain, on en est arrivé à obtenir de moins en moins de bénéfices à bousculer nos récoltes, à forcer la terre à produire plus qu’elle n’en a envie. Et, qui dit environnement vicié, dit forcement aussi santé publique en danger. Le cancer, mal du siècle précédent, fléau apocalyptique de celui-ci,  s’est imposé dans nos quotidiens de citadins, à mesure que l’industrie agro alimentaire s’est tournée vers le tout chimique, tout conditionné.

 

Pour une autre façon de cultiver

L’Homme des temps moderne mange plus, mais beaucoup moins bien qu’avant. Cet «  hyper plus », et non  plus « sur plus », n’a même pas été capable d’endiguer la famine sur Terre, pire, proportionnellement, on peut considérer qu’elle la accentuée, à mesure que les inégalités entre les peuples s’est  accélérée avec l’industrialisation et la mondialisation de l’exploitation de nos res

 

Certes, c’est aussi peut-être la première fois où nous disposons d’autant de ressources technologiques  à même de nous mener vers cette transition écologique, ce changement de cap  vital tant invoqué, même dans les officines des Nations Unies. Tous les pays qui voudront continuer à avancer sereinement à travers les siècles doivent changer de système de production autant que de consommation… A ce propos l’agriculture de ce millénaire, qui est la principale source de pollution dans le monde,  de gaspillage d’eau et d’énergie, sera écologique ou  ne sera pas…

Loin des laboratoires ultra perfectionnés, des équations de la Bourse, du fanatisme de  la rentabilité,  un peu partout à travers la planète, des hommes et des femmes  de bonnes volonté ont décidé  un autre postulat  de vie pour ce faire.  Afin d’aider l’Humanité à effectuer  ce bond en avant, fait de petits pas sereins et patients, vers la vraie modernité,.   Ils ont misé, non plus seulement  sur la technologie, l’industrie de masse, mais plutôt sur la nature de la Terre et celle des Hommes. L’agro écologie est née dans le cœur d’amoureux de la nature soucieux de continuer à nourrir leurs pairs,  juste un peu moins, mais vraiment  beaucoup mieux.

Une agriculture qui, en les associant sur la même parcelle,  rend les cultures non plus compétitives, mais complémentaires. Elle reconnait les bienfaits de la diversité, n’aime pas labourer en profondeur, ne s’interdit pas d’être productive, consciente que notre planète abrite plusieurs milliards de bouche à nourrir et  que l’on ne va pas seulement  le faire avec de belles intentions écologiques. Produire suffisamment tout en ménageant nos ressources naturelles, laisser faire la nature, réapprendre à lui faire confiance…Voilà le vrai pari gagné à l’échelle locale par nos nouveaux « prophètes » de l’agro écologie…

Pierre Rabhi, le franco-algérien qui a révolutionné l'agriculture

Parmi  eux, un nous est à bien des égards très   proche. Tout d’abord parce qu’il vit dans les Cévennes, en France, à moins de deux heures d’avion de notre pays.  Mais surtout parce que dans les veines de cet homme universel, coule un sang Algérien. En effet, Pierre Rabhi, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est né  dans la wilaya de Bechar avant de quitter, enfant, l’Algérie pour s’installer en France et y révolutionner l’agriculture. Il est devenu, au fil de ses réussites et du succès de ses livres, une des sommités nationale et internationale de l’agro écologie, au point même d’être un consultant pour l’ONU en matière de sécurité alimentaire…

« La sobriété heureuse », voilà une formule à la fois simple à appréhender qu’elle est devenue compliquée à pratiquer au quotidien  dans nos villes polluées…

C’est pourtant, à mon humble avis la substantifique moelle du message de ce vieux sage humble et serein face à toutes les difficultés.  Un citoyen du Monde qui affirme que l’acte le plus  positivement politique, de nos jours, c’est de « cultiver son jardin ». Un homme qui su faire des miracles dans plusieurs contrées africaines,  dont le Sahel , qui est écouté avec beaucoup d’attention au Maroc, en Tunisie…

A l’heure où tout le monde s’accorde à dire que l’Algérie est au carrefour de sa destinée, qu’elle doit s’extirper de sa dépendance aux exportations pétrolières autant qu’aux importations de tout ce dont elle a besoin,  il apparait qu'une telle ressource humaine devrait être sollicitée avec beaucoup plus d’insistance !

L'Agriculture en Algérie en devenir  ne doit pas être celle des erreurs  du passé

L’agriculture en Algérie, si elle se développe lentement, a déjà pris un mauvais chemin en cours de déroute, et non de route. Celui de la modernité à rebours, des pesticides, de la mono culture intensive, des apprentis sorciers de l’industrie pétrochimique. Une Algérie pauvre en eau et, il faut le rappeler, qui n’a pas beaucoup de terre cultivable à sa disposition. Une nation qui maltraite ses arbres à une échelle préoccupante, qui fait  ainsi le jeu de l’avancée du désert et du réchauffement climatique. J’en  ai été le malheureux témoin à travers tout pays, plus particulièrement dans ma région, Guerbes (Skikda), où la culture abusive de la pastèque est en train de la transformer en désert…

Pierre Rabhi ne va  pas sauver l’Algérie, s’il y revient un jour… Car seul l’ensemble des Algériennes et Algériens pourront le faire en décidant enfin d’être plus qu’un peuple, mais bien une nation unie autour d’un projet cohérent de société…

Mais il  a peut-être, entre  ses doigts   d'alchimiste agronome,  beaucoup de cartes qu'il pourrait partager avec les Algériens. Nous aider à entamer une véritable révolution agricole algérienne, il ne faut point en douter...

Voilà pourquoi j’ai répondu à l’appel  du Collectif « Les Amis de Pierre Rabhi en Algérie » qui s’est lancé le louable défi  d’inviter   cet homme à renouer des liens solides avec son pays d’origine. J’ai toujours considéré que beaucoup de ce que M. Rabhi partageait en Europe  dans sa rayonnante littérature, avait pour essence, la philosophie de nos ancêtres maghrébins. Lui-même, n’est pas né de la dernière pluie, c’est un sénior plus proche du crépuscule que de l’aube de sa vie…

Ne dit-on pas qu’à chaque fois qu’un ancien s’en va, c’est un livre vivant qui s’enfuie de nos mémoires ? Pierre Rabhi, lui, notre grand frère aîné, a eu l’intelligence d’écrire, de s’écrire, pour que son message lui survive. A notre génération de profiter d’un tel trésor, d’autant que l’homme est bien vivant,  dans tous les sens du terme…

 

              Pierre-Rabhi.JPG

                  "Manifeste pour la Terre" un des derniers ouvrage de Pierre Rabhi

 

      
 

 

          

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article