Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

« Kherrata -Les dangereuses causes et conséquences d’un scandale écologique» Par Karim Tedjani

 

 

 

Ce matin, un internaute a publié sur le mur de ma page « facebook » une vidéo où l’on peut voir des agents de la propreté municipale déverser,  en plein jour,  leur benne à ordure dans les gorges de Kherrata, situées dans la wilaya de Bejaïa. Un véritable scandale écologique commis apparemment avec le consentement des autorités locales, puisque leurs auteurs n’ont même pas pris la peine d’accomplir leur sinistre besogne à l’abri des regards !

Il me parait tout d'abord important, avant d’évoquer toute la morbidité d’une telle entreprise,  de féliciter les auteurs  de cette vidéo amateur. Il serait bon qu’un nombre grandissant de citoyens prennent l’initiative de dénoncer  ainsi sur le net de tels actes criminels et pour la nature, et pour la santé publique dont ils sont témoins. Une telle veille  citoyenne  est à vrai dire incontournable,  car il est évident que rien n’est plus parlant qu’une vidéo ou une photo pour mettre les doigts sur les faire-semblant, les outrages à l’intérêt commun, les irresponsables  petits trafics   qui dégradent chaque jour un peu plus nos paysages ainsi que la biodiversité qu’ils abritent.  Il faut mettre toutes  les autorités locales, la presse ainsi que les hautes instances nationales devant le fait accompli, ainsi que  face à leurs responsablités respectives: les choses ne peuvent et ne doivent pas durer ainsi.

Revenons à nos ordures.  Il n’est pas rare de lire ou d’entendre dans la presse nationale que l’incivisme des citoyens algériens, en matière de déchets, est la principale cause de l’extrême saleté de nos villes. Certes, qui oserait , en partie, le nier ?

Pourtant, dans ce podcast , le  triste spectacle d’une benne à ordures soulagée de ses tonnes de détritus  dans de magnifiques gorges naturelles  n’est pourtant pas l’œuvre de citoyens à part entière. Ce sont des  agents professionnels de la propreté publique qui ont agi de la sorte. Des gens payés par le gouvernement, gérés par des élus locaux  ainsi que des fonctionnaires, et cela en bafouant outrageusement la  législation algérienne en matière de gestion des déchets.  A la triste vue d’une telle offense à la loi algérienne, commise de plus est au nez et à la barbe des autorités locales ainsi que de la société civile, on se demande  que peuvent vraiment valoir, dans un tel contexte, toutes les bonnes intentions affichées par le M.A.T.E  et  son nouveau Ministre qui  parait pourtant si prometteuse au regard de ses discours et de sa grande expérience dans le domaine de l’environnement.

Certes, la vidéo est antérieure à la mise en place de cette nouvelle équipe ministérielle puisque mise en ligne le 8 août 2011. Mais, de même que l'on dit que la muraille de Chine n'a pas été bâtie en une nuit, doit-on s'attendre à ce que ce  genre de mauvaise habitude soit devenue depuis marginale? Alors qu'elle a été pendant de longues années la triste norme... 

Que s’est-il passé à Kherrata? Est-ce simplement le manque de conscience professionnelle de ces agents dont il  a été question ? Est-ce un fait exceptionnel, ou bien, plutôt et malheureusement une morbide routine bien rodée qui persiste parmi les professionels de la proprété publique?  

J’aimerais avoir la naïveté de croire que les gorges de Kherrata, située dans une des plus belles nature tellienne du territoire algérien, ne sont pas devenues ainsi une véritable décharge publique à "oued ouvert"  et que, ce qui a été commis ici, n’est qu’un cas rare et isolé. Je serais encore plus étonné d'apprendre que de tels dégâts ont été depuis réparés et que les coupables ont été sanctionnés. 

Malheureusement,  mon expérience du terrain m’a définitivement immunisé contre  de  telles utopies. Bien au contraire : partout à travers le pays, et ce de diverses façons, de telles entreprises malhonnêtes sont  encore accomplies régulièrement.  Cela ne concerne pas seulement les déchets d’ailleurs, mais également l’entretien des forêts, les maintenances des canalisations, la construction des routes etc.  Le plus souvent,  il s’agit   d’acteurs  privés qui ne remplissent pas correctement leur part de contrat, pire, parfois, se sont des fonctionnaires ou certains élus locaux qui sont leurs  plus fervents partenaires et complices. A chaque fois, les principales victimes de ces défaillances de gestion sont  la nature algérienne   ainsi que les Algériens.

Imaginez, des tonnes et des tonnes de détritus saturant des gorges, c’est-à-dire un passage saisonnier pour un oued  qui va parcourir une partie du pays pour se déverser dans la mer… Doit-on rappeler aux internautes  que le meilleur vecteur  d’épidémies  et de pollution c’est l’eau ? Ainsi, quand le fleuve éphémère aura repris ses droits saisonniers sur ces splendides gorges , avec ses torrents et courants, il transportera des  myriades de déchets dont on ne sait même pas s’ils sont toxiques ou non. N’oublions pas que, dans certaines localités d’Algérie, les déchets hospitaliers, très dangereux et contagieux, sont jetés tout simplement à la poubelle ! Qu’y avait-il dans cette benne ?

Des cours d’eau, des puits, des nappes phréatiques seront ainsi concernées par de terribles risques de pollution. La santé des  animaux domestiques et de la faune et la flore sauvages,  celle des populations locales, et, cycle de l’eau oblige, la mer Méditerranée sera encore plus polluée qu’elle ne l’est déjà.   Dans nombre de régions parcourues par cet Oued, les  sols seront également dégradés, l’eau des champs irrigués  menacée d'être polluée…

Kherrata , à l'instar de ses gorges est un des plus beaux joyaux de la nature algérienne. Bejaïa possède un charme incomparable,  une de ces régions d'Algérie qui m'a fait oublier, le temps d'un séjour , celle de Guerbes Sanhadja  mon petit coin de paradis naturel à Skikda . Pourtant c'est également une des plus polluée, notamment parce qu'elle est victime de son succès touristique. 

J’aimerais insister sur le fait que, si j’ai délibérément choisi un ton qui pourrait sembler alarmiste quant aux  conséquences d'un délit  constaté localement, c’est parce que je n’oublie pas que c’est malheureusement un cas d’école à travers toute le Maghreb, pour ne pas dire une grande partie des pays  de la zone méditerranéenne. Ce n’est  pas seulement  un acte isolé qu’il faut condamner, mais bien la récurrence d’un tel état de fait  et, encore plus son impunité non moins récurrente de la part des autorités locales. 

Le sujet n’est pas anodin, il est même grave et soulève une légitime   interrogation : nos dirigeants sont-ils vraiment bien conscients que « la tolérance zéro » est  une des clefs  pour lutter efficacement contre la pollution ?  Comment ne pas casser d’œufs dans un panier percé ?

Si la responsabilité du citoyen est à souligner dans un tel volet, le manque de rigueur  ainsi que les maillons faibles dans tous les process  locaux de la gestion des déchets en Algérie doivent être identifiés,  corrigés  voire, quand il le faut, remplacés.

A leur décharge, les agents impliqués dans ce délit  savaient-ils vraiment quel crime ils étaient en train de commettre ? Ont-ils été suffisamment formés pour cela ? Que dire des élus locaux et de leur laisser-faire ? Quel est leur degré de connaissance  des conséquences environnementales et économiques  d’une telle inconscience ? Pourquoi , en regardant cette vidéo, a-t-on l’impression que  les auteurs de cette pollution ont agi sans  la moindre crainte d’être un jour sanctionnés ? 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article