Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Publié dans Le Maghreb le 10 - 03 - 2011

 

Le Rapporteur spécial de l'ONU sur le droit à l'alimentation, Olivier De Schutter a présenté mardi une étude montrant que l'agro-écologie peut aider à nourrir la planète de manière durable. Selon lui, nous sommes en plein dans une crise alimentaire majeure.

L'indice FAO des prix alimentaires et les prix du pétrole sont en très nette hausse depuis plusieurs mois. L'agroécologie, méthode basée sur le renouvellement des sols en bannissant les engrais chimiques, peut permettre d'améliorer les rendements dans les régions les plus pauvres tout en étant plus adaptée au changement climatique. "La science dit aujourd'hui que les méthodes agroécologiques sont meilleures que l'utilisation d'engrais chimiques pour accroître la production agricole dans les régions où sévit la faim", affirme Olivier De Schutter, rapporteur spécial de l'ONU pour le droit à l'alimentation et auteur du rapport. "A ce jour, les projets agroécologiques ont montré une augmentation moyenne des rendements de 80% dans 57 pays en développement, avec une augmentation moyenne de 116% pour tous les projets africains", affirme-t-il.Le rapport présenté mardi au Haut-commissariat aux droits de l'homme, à Genève, suggère que les petits agriculteurs, dans certaines régions du monde, pourraient doubler leur production d'ici à dix ans avec une telle méthode.

Les aléas climatiques ainsi que la hausse des prix du pétrole ont nourri ces dernières années des tensions sur les prix alimentaires mondiaux qui ont battu un nouveau record en février, selon l'indice des prix de l'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), publié début mars. La perspective d'une planète comptant 9 milliards d'habitants d'ici à 2050 rend la question de l'accès à l'alimentation toujours plus brûlante. "Nous ne sommes pas dans une situation où l'agriculture peut seulement consister à augmenter la production. Le sujet doit aussi être de limiter notre impact sur les éco-systèmes (...) et d'augmenter les revenus des agriculteurs", estime M. De Schutter. "L'agroécologie peut jouer un rôle central" pour atteindre cet objectif, écrit-il dans son rapport. "Les principes de base de l'agroécologie comprennent le recyclage des nutriments et de l'énergie dans l'exploitation, plutôt que l'introduction d'apports extérieurs; l'intégration des cultures et du bétail; la diversification des espèces et des ressources génétiques dans l'écosystème agricole dans le temps et l'espace". Expérimentées un peu partout dans le monde, ces pratiques offrent de meilleurs rendements tout en réduisant la pauvreté en fournissant de l'emploi rural et en réduisant le coût des traitements. Au Malawi, par exemple, le gouvernement a lancé un programme visant à inciter les agriculteurs à planter dans leurs champs des arbres fixant l'azote pour assurer une croissance soutenue de la production de maïs. Selon M. De Schutter, "les rendements ont déjà augmenté de 1 t/ha à 2 et 3 t/ha avec de telles pratiques". L'agroécologie permet par ailleurs une meilleure adaptation au changement climatique, les terres supportant mieux les phénomènes de sécheresse ou d'inondations, mais une réduction des émissions de gaz à effet de serre notamment car la gestion des sols permet un meilleur stockage du carbone. L'agro-écologie, si elle apparaît dans un premier temps judicieuse dans les pays en développement, gagne aussi du terrain dans les pays développés comme les Etats-Unis, l'Allemagne et la France, précise l'auteur.Globalement, toutefois, la méthode "est encore insuffisamment appuyée par des politiques publiques ambitieuses et va donc rarement eu-delà du stade expérimental", regrette M. de Schutter, qui appelle les Etats à faire plus de place à l'agro-écologie dans leurs stratégies de développement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article